• Accueil > 
  • Photos 
  • > Les 100 photos de 2012: 7 milliards d'humains 

Photos

Les 100 photos de 2012: 7 milliards d'humains J'aime (23 votes)

Partage

Partager par courriel
  • À la gloire de Shiva - Un sadhu, nom donné aux hommes qui ont renoncé à la société pour se consacrer aux préceptes de l'hindouisme, applique des cendres sur son visage avant les cérémonies du festival Shivaratri, à Katmandou au Népal. Les sadhu se réunissent chaque année au temple Pashupatinath pour rendre grâce au dieu Shiva | 12 décembre 2012

    AVESH CHITRAKAR, Reuters 

    À la gloire de Shiva - Un sadhu, nom donné aux hommes qui ont renoncé à la société pour se consacrer aux préceptes de l'hindouisme, applique des cendres sur son visage avant les cérémonies du festival Shivaratri, à Katmandou au Népal. Les sadhu se réunissent chaque année au temple Pashupatinath pour rendre grâce au dieu Shiva 

  • Un pèlerin indien patiente avant d?entrer dans les grottes d'Amarnath, dans l'État de Jammu-et-Cachemire, en Inde. Des milliers de pèlerins se rendent chaque été dans ce sanctuaire hindou, situé à quelque 3800 mètres d'altitude dans les montagnes de l'Himalaya, pour se recueillir devant une stalagmite de glace à l'effigie de Shiva. Selon la mythologie, c'est dans cette grotte que Shiva a expliqué le secret de l'immortalité à la déesse Parvati, fille de l'Himalaya. | 12 décembre 2012

    Kevin Frayer, Associated Press 

    Un pèlerin indien patiente avant d?entrer dans les grottes d'Amarnath, dans l'État de Jammu-et-Cachemire, en Inde. Des milliers de pèlerins se rendent chaque été dans ce sanctuaire hindou, situé à quelque 3800 mètres d'altitude dans les montagnes de l'Himalaya, pour se recueillir devant une stalagmite de glace à l'effigie de Shiva. Selon la mythologie, c'est dans cette grotte que Shiva a expliqué le secret de l'immortalité à la déesse Parvati, fille de l'Himalaya. 

  • Prêt au combat - Un lutteur de Kolhapur, au sud de Mumbai, enduit son corps de terre pour en améliorer l'adhérence, avant de sauter dans une arène de kushti, la lutte traditionnelle indienne. De moins en moins d'Indiens apprennent les rudiments du kushti, préférant la lutte sur tapis qui les mènera aux compétitions internationales. | 12 décembre 2012

    DANISH SIDDIQUI, Reuters 

    Prêt au combat - Un lutteur de Kolhapur, au sud de Mumbai, enduit son corps de terre pour en améliorer l'adhérence, avant de sauter dans une arène de kushti, la lutte traditionnelle indienne. De moins en moins d'Indiens apprennent les rudiments du kushti, préférant la lutte sur tapis qui les mènera aux compétitions internationales. 

  • Dans son village de Nyangoto, en Tanzanie, il se fait appeler « l'homme lézard ». Mwikwabe Mwita affirme souffrir d?une maladie de la peau depuis qu'il a bu de l'eau qui aurait été contaminée par la mine North Mara, appartenant à la société minière canadienne Barrick Gold « Il était assis dans l?ombre et se grattait tout le temps, se souvient le photographe Ivanoh Demers. Mais lorsqu'il se penchait vers l'avant, il entrait dans la lumière. » | 12 décembre 2012

    Ivanoh Demers, La Presse 

    Dans son village de Nyangoto, en Tanzanie, il se fait appeler « l'homme lézard ». Mwikwabe Mwita affirme souffrir d?une maladie de la peau depuis qu'il a bu de l'eau qui aurait été contaminée par la mine North Mara, appartenant à la société minière canadienne Barrick Gold « Il était assis dans l?ombre et se grattait tout le temps, se souvient le photographe Ivanoh Demers. Mais lorsqu'il se penchait vers l'avant, il entrait dans la lumière. » 

  • Piercing extrême - Un fidèle du temple chinois Bang Neow, à Phuket en Thaïlande, parade fièrement, deux pistolets en guise de piercing. Beaucoup de participants du Festival végétarien, qui se tient chaque automne dans la ville, voient le piercing comme une façon de se rapprocher des dieux. La croyance veut que les divinités chinoises protégeront de la souffrance les fidèles qui s'adonnent à ces actes d'automutilation durant le neuvième mois lunaire du calendrier chinois. | 12 décembre 2012

    DAMIR SAGOLJ, Reuters 

    Piercing extrême - Un fidèle du temple chinois Bang Neow, à Phuket en Thaïlande, parade fièrement, deux pistolets en guise de piercing. Beaucoup de participants du Festival végétarien, qui se tient chaque automne dans la ville, voient le piercing comme une façon de se rapprocher des dieux. La croyance veut que les divinités chinoises protégeront de la souffrance les fidèles qui s'adonnent à ces actes d'automutilation durant le neuvième mois lunaire du calendrier chinois. 

  • Vers la lumière - Un petit garçon ouvre la porte du vieil orphelinat de la Québécoise Jacqueline Lessard, près de Port-au-Prince à Haïti. Le photographe Martin Chamberland se souvient d?avoir patiemment attendu le bon moment pour prendre sa photo et capter la lumière qui filtrait sous la porte. « J'ai dû rester une demi-heure près de la porte avant qu'un enfant s'approche. » | 12 décembre 2012

    Martin Chamberland, La Presse 

    Vers la lumière - Un petit garçon ouvre la porte du vieil orphelinat de la Québécoise Jacqueline Lessard, près de Port-au-Prince à Haïti. Le photographe Martin Chamberland se souvient d?avoir patiemment attendu le bon moment pour prendre sa photo et capter la lumière qui filtrait sous la porte. « J'ai dû rester une demi-heure près de la porte avant qu'un enfant s'approche. »