• Accueil > 
  • Opinions 
  • > Montréal-Toronto: des opportunités équivalentes 

Montréal-Toronto: des opportunités équivalentes

Montréal et Toronto offrent pratiquement le même niveau... (PHOTO: BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Montréal et Toronto offrent pratiquement le même niveau d'ouverture à une carrière internationale.

PHOTO: BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Karl Moore, Daniel Novak*
La Presse

De nombreux étudiants universitaires montréalais estiment nécessaire de déménager à Toronto pour entreprendre une carrière internationale. Or, notre analyse des plus grandes entreprises canadiennes démontre que Montréal et Toronto offrent environ le même niveau d'ouverture à une carrière internationale.

La capitale ontarienne abrite un grand nombre de sièges sociaux de multinationales étrangères possédant une filiale canadienne, mais ces bureaux sont des satellites de sociétés étrangères et avant tout limités à la gestion locale. En revanche, les sièges sociaux mondiaux - tels que ceux que l'on retrouve à Montréal - sont le centre de prises de décisions stratégiques globales. Non seulement conservent-ils une perspective internationale au quotidien, mais ils ouvrent grand leurs portes aux personnes désireuses de poursuivre une carrière internationale.

Comment Montréal et Toronto se comparent-elles? Nous avons sélectionné les 150 entreprises canadiennes les plus importantes en termes de revenus gagnés en 2009. Nous n'avons ensuite conservé que les sociétés ouvertes affichant des revenus étrangers considérables (au moins 20%) et un siège social international situé dans la région torontoise ou dans la région montréalaise. Étant donné qu'il est difficile de trouver des données précises sur les sociétés privées, nous les avons exclues de notre analyse. Nous avons obtenu une liste d'une douzaine de multinationales canadiennes pour chacune des deux villes.

Les trois quarts des entreprises torontoises sont rattachées au milieu financier. Elles comprennent de grandes banques comme RBC, Banque Scotia et TD, ainsi que d'autres géants de la finance comme Manuvie, Sun Life, Brookfield Asset Management et Fairfax Financial Holdings. Il est clair que la plus grande ville du Canada est aussi sa capitale financière. Le secteur des services financiers du Grand Toronto emploie plus de 230 000 personnes, ce qui en fait le troisième en importance en Amérique du Nord, après New York et Chicago. Montréal, de son côté, arrive fièrement en deuxième position au Canada avec plus de 100 000 emplois dans ce domaine et aura même sous peu une grappe industrielle au nom de Finance Montréal pour en faire la promotion.

Si le portefeuille de multinationales canadiennes de Montréal est un peu plus modeste que celui de son voisin en termes de revenus totaux, il est toutefois davantage diversifié. Les principaux sièges sociaux internationaux installés à Montréal comprennent ceux de Power Corp., Bombardier, CN, SNC-Lavalin, CGI, et Molson Coors (siège social réparti entre Montréal et Denver). Ensemble, ces entreprises offrent un accès stratégique à une vaste gamme d'industries et plusieurs d'entre elles sont devenues des chefs de file sur la scène internationale.

Bombardier compte près de 70 000 employés dans plus de 60 pays sur les cinq continents. Sa division Aérospatiale est le troisième plus grand fabricant d'avions civils au monde et sa division Transport est un joueur principal de l'industrie ferroviaire. SNC-Lavalin se distingue également de la liste de Montréal comme l'un des géants mondiaux du génie et de la construction, avec plus de 21 000 employés permanents dirigeant des projets dans plus de 100 pays. CGI, qui oeuvrait essentiellement sur le marché local il y a deux décennies, joue désormais dans la cour des États-Unis tout en s'étendant en Europe et en se positionnant sur l'imposant marché de l'Inde.

Bien que la Ville-Reine soit encore le coeur des affaires au pays, lorsqu'il s'agit de bâtir une carrière internationale, Montréal est un endroit stratégique qui offre une panoplie d'opportunités aux récents diplômés.

* Les auteurs sont respectivement professeur agrégé et étudiant au baccalauréat en commerce à la faculté de gestion Desautels de l'Université McGill.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer