Disques à offrir: abondance anglophone

De la pop rafraîchissante, du rock rutilant, des groupes montréalais à tenir à... (PHOTOS ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE)

Agrandir

PHOTOS ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De la pop rafraîchissante, du rock rutilant, des groupes montréalais à tenir à l'oeil, deux chanteuses françaises et du bon vieux soul, voilà de quoi épater l'être cher avec un cadeau musical qui tombe pile dans ses goûts.

Dopamine, BØRNS

BØRNS est le pendant masculin de Lana Del Rey. Il se tient en parfait équilibre entre la pop et l'alternatif. Son premier album, Dopamine, cause une forte dépendance. Avec sa voix de tête, le jeune auteur-compositeur du Michigan gonfle de power pop seventies ses mélodies parées d'un électro-rock contemporain aguicheur, pour ne pas dire sexy. BØRNS séduira les adolescents, mais plaira aussi aux adultes qui aiment la pop qui sort des sentiers battus. Pour vous en convaincre, écoutez les extraits 10 000 Emerald Pools et American Money.

Coming Home, Leon Bridges

Voilà l'album bonbon par excellence qui a tout pour plaire aux 7 à 77 ans. Il vient d'un jeune Texan, Leon Bridges, né avec une vieille âme soul et un talent inné pour les mélodies. Il sera sans contredit l'une des révélations musicales de l'année. Ses chansons caressent les oreilles. Elles parlent de sa mère née à La Nouvelle-Orléans. Elles s'inscrivent dans la digne descendance de Sam Cooke. Réconfortant, Coming Home est une source de bien-être et de bonne humeur. L'album familial par excellence.

Princess Flash, Foreign Diplomats

Votre neveu, votre amoureux ou votre meilleure amie carbure à l'indie rock capable d'assumer ses inclinaisons pop et électro. Il adore Wolf Parade, Half Moon Run, Arcade Fire ou encore Local Natives. Impressionnez-le avec ce jeune groupe des Laurentides, Foreign Diplomats, qui a lancé en octobre dernier un premier album intitulé Princess Flash. Il s'agit d'une réalisation de Brian Deck, dont le talent a servi aux albums d'Iron & Wine, Sam Roberts et Modest Mouse. Haute cote de crédibilité.

Be Sensational, Jeanne Added

Découverte du dernier Festival de musique émergente de Rouyn-Noranda, Jeanne Added nous vient de la France. Cette bête de scène électro à la voix magnétique incarne la rencontre entre PJ Harvey et Björk. L'auteure-compositrice-interprète a été sacrée révélation des Rencontres Trans Musicales de Rennes 2014. Décrite justement par Le Figaro comme une «anti-jeune première», Jeanne Added a notamment collaboré avec The Dø et Rachid Taha. L'artiste mature de 35 ans peut se vanter d'avoir l'un des très bons crus de 2015 avec Be Sensational.

Lay Low, Lou Doillon

Beaucoup de lecteurs nous ont remerciés d'avoir suggéré il y a deux ans dans ce même cahier le premier album de Lou Doillon, Places. Voici sa suite, Lay Low, enregistré et réalisé en grande partie à Montréal avec Taylor Kirk, le chanteur du groupe montréalais Timber Timbre. Pour Lou Doillon, qui «fantasme» sur les groupes montréalais, c'était un privilège de se retrouver à l'Hotel2Tango, le studio où sont passés les Patrick Watson et Arcade Fire. C'est aussi un privilège d'en écouter le résultat. De la chanson rock racée et une voix féminine forte.

Little Mourning, Milk & Bone

Révélation montréalaise de 2015, Milk & Bone s'articule autour des voix en symbiose de Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin et de leurs aguichantes mélodies électro-pop. Minimalistes, les fondations de leurs compositions reposent sur des claviers électros et sur le souffle d'une batterie électronique. À l'international, les deux jeunes chanteuses et auteures-compositrices attirent l'attention. Le journal Libération a vanté la «pop électro à la fois poignante et onirique» du duo. Milk & Bone peut plaire au public d'Ariane Moffatt comme à celui de Lana Del Rey. De la pop vocale poignante de très bon goût.

Dodge and Burn, The Dead Weather

The Dead Weather réunit Alison Mosshart (The Kills), Dean Fertita (Queens of the Stone Age), Jack Lawrence (City and Colour) et l'illustre Jack White. Un supergroupe, dit-on, qui a lancé en septembre dernier son troisième album. Destiné aux amateurs de rock, Dodge and Burn s'avère un album explosif, du moins plus rythmique que mélodique. Jack White joue de la batterie au sein de The Dead Weather, alors que la prêtresse rock Alison Mosshart tient le micro. Défoulatoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer