Marchés de Noël: la saison du fait-main

Le design textile fait à la main, c'est... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Le design textile fait à la main, c'est ce qui passionne Annie Legault. Elle crée lampes, tapis, jardinières et couvertures sous le nom Amulette.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'approche de Noël, on peut passer beaucoup de temps à chercher LE cadeau original, celui qu'on aura autant de plaisir à donner qu'à recevoir. Un petit tour dans les marchés de Noël pourrait bien être la solution. On y trouve tout plein d'objets faits main par des artisans et designers d'ici. Rencontres avec trois créateurs qui seront de la fête et suggestions de marchés éphémères à visiter.

«Vivre» les matières brutes

Un rouleau de corde de chanvre et une balle de laine brute ne sont toujours que de la corde et de la laine. Mais sous les doigts agiles d'Annie Legault, la première deviendra une ravissante lampe, et la seconde se transformera en tableau ou en tapis, de ceux qu'on n'ose fouler qu'avec beaucoup de déférence.

C'est comme ça avec les artisans. Ils ont le don de jouer avec la matière pour en faire de beaux objets, voire des oeuvres d'art.

Les oeuvres d'Annie Legault, signées Amulette, revisitent les techniques anciennes, particulièrement le macramé, et s'imposent dans un mélange de tressage et de tissage, rehaussés parfois par des touches au crochet. Une seule constante dans ce jeu de textures: les matières se doivent d'être naturelles.

De la laine cardée, mais non filée entre... (Photo Alain Roberge, La Presse) - image 2.0

Agrandir

De la laine cardée, mais non filée entre dans certaines des compositions d'Annie Legault.

Photo Alain Roberge, La Presse

Le concept d'Amulette est né d'une maquette réalisée il y a quelques années dans le cadre d'un travail universitaire à Concordia, explique celle qui est diplômée en arts visuels. «C'est un concept contre la noirceur et le froid», précise Annie. Elle l'a reproduit par la suite dans une vitrine d'Espace Pépin, dans le Vieux-Montréal. Ça a attiré l'attention, et les choses ont fait boule de neige. J'ai décidé de décliner le concept dans les objets du quotidien, dit-elle. Couvertures, lampes, jardinières, tapis.

Voilà déjà quelques années qu'Annie Legault est présente au marché souk@sat. Les habitués de cet événement savent que les exposants doivent sans cesse se renouveler pour y participer. Cette année, Annie Legault présentera des objets qui peuvent vivre autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. «J'ai vraiment envie d'explorer et de présenter une collection de matière brute qui va dedans et dehors», confie Annie Legault.

Le coton restera donc sagement à l'atelier, et c'est principalement le chanvre qui sera à l'honneur. La créatrice annonce une lampe de chanvre pour éclairer les soirées à l'extérieur à l'année. Un peu comme «on installe des lumières de Noël à l'extérieur. C'est le même principe, c'est hydrofuge», souligne-t-elle.

www.annielegault.com

Frédérique Bonmatin a développé une passion pour la... (Photo François Roy, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Frédérique Bonmatin a développé une passion pour la poterie. Dix-huit ans plus tard, le métier la comble toujours autant.

Photo François Roy, La Presse

La passion des beaux plats

Déjà, juste avec le nom, ça commence bien. Bonmatin. Ça sonne la bonne humeur, ça met en appétit. On peut dire que ça tombe bien, vu que Frédérique Bonmatin fait de la poterie.

Dans son atelier de Rosemont, l'artisane s'affaire à donner un coup de pinceau et offre une dernière cuisson à certaines de ses oeuvres. Les tasses, les pots, les assiettes, les jardinières et tutti quanti attendent sagement leur tour. Avant les Fêtes, c'est un moment de grande production ici, mais on est loin, très loin de l'usine. Tout est fait main. Chaque objet a été pensé, tourné ou moulé, peint et même emballé par la créatrice.

Les pots et les bouteilles pour l'huile font particulièrement classe avec leurs rayures judicieusement dosées, et la collection Mina et Lulu, ode aux chats dont les premières pièces ont été lancées il y a un an, est mignonne comme tout.

Les bouteilles d'huile de la collection Bonmatin mettent... (Photo François Roy, La Presse) - image 4.0

Agrandir

Les bouteilles d'huile de la collection Bonmatin mettent de la couleur sur la table.

Photo François Roy, La Presse

Ça fait 18 ans que Frédérique Bonmatin est céramiste. Ce métier qu'elle a choisi, après des études en design, la comble toujours autant, assure-t-elle.

«J'adore ça, j'aime tout dans ça. J'aime penser à de nouveaux objets, à la façon de les produire, à les faire», lance-t-elle avec conviction. Frédérique utilise les techniques de moulage ou de tournage, selon l'objet qu'elle veut créer. «Je suis chanceuse, je fais les deux et j'aime les deux. Le moulage est plus technique, plus cérébral, on doit plancher beaucoup plus sur notre objet. C'est très intéressant, ça permet de faire des designs qu'on ne peut pas faire sur la tour, comme ces choses avec des oreilles», illustre-t-elle en montrant une assiette en forme de tête de chat.

L'artisane vend à des boutiques de même qu'en ligne et est une habituée des marchés éphémères et du Salon des métiers d'art. Cette année, on la retrouvera également à la première édition du Petit Marché, les 25 et 26 novembre. Les céramiques Bonmatin sont abordables: entre 26 $ pour une petite tasse et 46 $ pour une bouteille à huile.

Bon à savoir: Frédérique transmet son savoir et sa passion dans le cadre d'ateliers de poterie, qu'elle donne dans son propre atelier.

https://www.poteriebonmatin.com

Philippe Charlebois Gomez aime créer des lampes à... (Photo David Boily, La Presse) - image 5.0

Agrandir

Philippe Charlebois Gomez aime créer des lampes à partir de matières récupérées.

Photo David Boily, La Presse

Vieux ventilateurs et idées lumineuses

Le vieux ventilateur qui ne fonctionne plus attend tristement le passage du camion à ordures au bord de la rue. Mais avec un peu de chance, Philippe Charlebois Gomez passera par là avant. En selle sur son vélo, tel un Robin des ruelles, il sauvera l'objet de la destruction extrême.

«Oui, mais pour en faire quoi?», se demande-t-on avec une curiosité bien légitime.

Des lampes! Originales et toutes belles, en plus.

«Les lampes, c'est vraiment mon coup de coeur. Dès le début de mes études en design industriel, je savais que ce serait le luminaire», raconte le créateur de 26 ans, qui travaille justement dans le domaine du luminaire. Il est co-designer-chef chez Lambert et Fils. Toutefois, studio botté est sa marque personnelle, qu'il élabore parallèlement dans son propre atelier. «J'ai commencé en récupérant des choses du bac à recyclage au collège, se remémore Philippe. Au début, c'était des cadeaux pour ma famille. Après, j'ai pensé que ce serait intéressant de m'exprimer comme ça.»

J'aime plier les grilles d'un ventilateur jusqu'à les... (Photo David Boily, La Presse) - image 6.0

Agrandir

J'aime plier les grilles d'un ventilateur jusqu'à les rendre méconnaissables, explique Philippe Charlebois Gomez. Ici, l'une de ses créations.

Photo David Boily, La Presse

Depuis qu'il s'est installé dans un loft atelier avec sa copine, il a l'espace pour laisser libre cours à sa passion, qui commence avec la cueillette de matières premières. «Je me sens un peu comme un chasseur quand je vais dans la rue prendre des lampes, explique-t-il. Je les décompose complètement ici, sur l'établi. Je prends les vis, les pièces... J'emmagasine.»

Les objets récupérés sont triés et sagement classés afin de s'y retrouver, explique l'artisan. «Ça demande de l'accumulation pour créer de la variété», précise-t-il.

C'est au marché souk@sat que studio botté présentera ses oeuvres pour la première fois publiquement. En passant, Philippe est toujours à la recherche de pièces pour élargir son stock de matières premières. Alors, si vous avez une lampe, une cage ou un ventilateur qui ne vous dit plus rien, ça pourrait bien lui dire quelque chose à lui.

«Ce serait un grand cadeau si les gens en ont à donner», dit-il. On peut joindre le créateur par le biais de son site web ou son courriel.

studiobotte.com

Le souk@sat... (Photo tirée du compte Facebook de souk@sat) - image 7.0

Agrandir

Le souk@sat

Photo tirée du compte Facebook de souk@sat

Des marchés où trouver des trésors

Voici une sélection de marchés de Noël qui se tiendront ce week-end, et les prochains, dans le Grand Montréal et où vous pourriez mettre la main sur des pièces conçues et réalisées par des artisans d'ici.

> souk@sat

Une soixantaine de créateurs locaux seront présents avec leurs créations originales. On y trouvera des vêtements, des accessoires, des articles de décoration, des inventions, des jouets pour petits et grands... Du 29 novembre au 3 décembre. À la Société des arts technologiques: 1201, boulevard Saint-Laurent, Montréal.

souk@sat.qc.ca

> Grand Marché de Noël

Un peu plus de 50 artisans offriront leurs produits à la Place des Arts dès le début de décembre et jusqu'à la veille de Noël. Les enfants seront traités aux petits oignons à la Place de la famille, aménagée pour l'occasion. Du 1er au 24 décembre. À la Place des Arts: 175, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal.

Info: marchenoelmontreal.ca

> Marché Casse-Noisette

Un magasinage philanthropique au profit du Fonds Casse-Noisette. Ce dernier permet à des enfants issus de milieux défavorisés de la région métropolitaine et à des enfants malades de participer à des ateliers éducatifs et d'assister à une représentation du ballet Casse-Noisette. Les exposants remettent 10 % de leurs ventes nettes. Du 30 novembre au 10 décembre. Au rez-de-chaussée des galeries du Palais des congrès de Montréal: 1001, place Jean-Paul-Riopelle, Montréal.

https://grandsballets.com/fr/soutenir/le-marche-casse-noisette-2017/

> Salon des métiers d'art de Montréal

Plus de 350 exposants seront au rendez-vous annuel au Salon des métiers d'art de Montréal. Décorations, jouets, objets pratiques ou inusités, vêtements, bijoux... Du 7 au 17 décembre. À la Place Bonaventure: 800, rue de la Gauchetière Ouest, Montréal.

www.metiersdart.ca/fr/salon-metiers-art-montreal

> Marché artisanal de Montréal

Ce marché qui se tiendra pendant deux week-ends veut mettre en valeur l'artisanat et les produits locaux faits main. On annonce des «oeuvres, curiosités et "coups de coeur" réalisés par de grands passionnés d'ici». Les 9, 10, 16 et 17 décembre. À la Casa d'Italia : 505, rue Jean-Talon Est, Montréal.

www.mamtl.ca

> Puces Pop

On y trouve une grande variété de cadeaux fabriqués par une sélection d'artisans réunis dans un sous-sol d'église. Du 8 au 10 et du 15 au 17 décembre. Église Saint-Denis: 5075, rue Rivard, Montréal.

popmontreal.com

> Marché de Noël de Laval

Une soixantaine d'exposants seront réunis sous un chapiteau chauffé pour offrir leurs oeuvres et produits. Le grand parc prendra des airs féeriques, et une halte nordique permettra de se réchauffer avec café, vin chaud et soupe aux pois. Plusieurs activités sont prévues tout au long de la fin de semaine. Du 8 au 10 décembre. Au Centre de la nature de Laval: 901, avenue du Parc, Laval.

https://www.laval.ca/Pages/Fr/Activites/marche-de-noel.aspx

> Marché de Noël et des traditions de Longueuil

Plus de 60 exposants et artisans seront présents. Village illuminé avec maisonnettes, artistes, petit train, grand sapin et père Noël. Du 1er au 23 décembre. Au parc Saint-Mark: 340, rue Saint-Charles Ouest, Longueuil.

http://metierstraditions.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer