Cadeaux: albums classiques

Cette année, faisons d'une pierre deux coups, histoire de varier un peu la... (PHOTOS ULYSSE LEMERISE ET CHARLES LABERGE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

PHOTOS ULYSSE LEMERISE ET CHARLES LABERGE, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Gingras
La Presse

Cette année, faisons d'une pierre deux coups, histoire de varier un peu la formule. Toujours puisés au sommet de la production, c'est-à-dire dans la catégorie « 10 sur 10 », mes choix de disques-cadeaux pour Noël correspondent cette fois à mon palmarès des enregistrements les plus marquants des quelque 12 mois précédents. Et, comme toujours, je me limite à cinq « musts ».

FRÈRES EN SAINT-SAËNS 

De nouveau réunis au disque, les frères Capuçon, soit Renaud, violoniste, et son cadet Gautier, violoncelliste, ont choisi les plus attachants des concertos que Saint-Saëns a destinés à leurs instruments, plus exactement le troisième pour violon et le premier pour violoncelle, et se rejoignent à mi-chemin pour le rare duo La muse et le poète. L'éclatant violon de Renaud chante avec passion, le moelleux violoncelle de Gautier vibre avec chaleur et plénitude. Lionel Bringuier et l'Orchestre Philharmonique de Radio France montrent autant de finesse que d'énergie dans leur accompagnement.

Erato, 934 134

24,99 $

À DÉCOUVRIR : BEN-HAÏM

Ce disque-ci s'adresse aux fervents de musique de chambre las de toujours retrouver plus ou moins le même menu au concert. Consacré au compositeur israélien Paul Ben-Haïm et réalisé par le ARC Ensemble de Toronto, il est dominé par deux longues oeuvres de près de 30 minutes chacune : le Quatuor pour piano et cordes de 1921, fidèle à la tradition Brahms-Strauss, et le Quintette pour clarinette et cordes, de 20 ans plus tard, aux combinaisons instrumentales nouvelles et même audacieuses. Entre ces deux gros morceaux : des pièces plus courtes pour alto, pour violon et pour piano.

Chandos, CHAN 10 769

22,99 $

DU RUSSE AUTHENTIQUE

Yuri Gorodetski, jeune ténor du Bélarus, remporta au Concours international de Montréal de 2012 le prix offert par la maison ATMA, ce qui l'amena à enregistrer ce programme de 25 mélodies partagé entre Tchaïkovsky et Rachmaninov et donc puisé à la culture où il a grandi. À la découverte des pages vocales de ces compositeurs de piano et d'orchestre s'ajoutera celle d'un authentique ténor russe. D'une voix moins séduisante que la voix italienne, les touchantes imperfections servent ici l'expression la plus vraie. Au piano, Tatiana Loisha vit les textes autant que son compatriote.

ATMA, ACD2 2690

15,99 $

BRITTEN DANS L'ORIGINAL

On nous donne ici les deux grands concertos de Britten, pour violon et pour piano, et un peu plus : concernant ce dernier, on ajoute à la version finale de 1945 le mouvement lent tel qu'il était à la création de 1938. Les deux morceaux n'ont rien en commun, alors qu'on entend le concerto pour violon dans l'une des moutures assez semblables qu'en fit le compositeur. Howard Shelley apporte un stimulant relief pianistique au concerto de 1938-1945. Dans le concerto de 1939, tendu et proche de la guerre, Tasmin Little plane au suraigu du violon avec une justesse troublante. Prodigieux BBC Philharmonic dirigé par Edward Garner.

Chandos, CHAN 10 764

22,99 $

25 POUR 25

Quiconque croit avoir tout entendu en musique chorale découvrira avec joie les New York Virtuoso Singers et le programme de 25 pièces que leur chef Harold Rosenbaum a commandées à 25 compositeurs pour célébrer leurs 25 ans. Parmi ceux-ci : William Bolcom, John Corigliano, David Del Tredici, John Harbison. Presque toutes les pièces comportent quelque nouveauté : plans sonores opposant audacieusement les 21 voix, puissants glissandos et crescendos, dissonances, influences orientales et médiévales, plus, ici et là, un solo vocal, un piano, des clochettes. La pièce la plus longue fait 6 minutes et l'album de deux compacts en totalise 88.

Soundbrush SR 1027

24,50 $

MOUSSORGSKY...DIFFÉREMMENT

Peter Breiner propose ici, avec le New Zealand Symphony Orchestra, du Moussorgsky réorchestré à sa façon. Des Tableaux d'une exposition, à l'origine pour piano seul, on connaît et admire l'orchestration de Ravel. Mais il en existe beaucoup d'autres et on ne les entend jamais. Breiner ajoute maintenant sa version, où il va très loin, choquera même. À une phalange de 60 cordes, il oppose une gigantesque et ahurissante panoplie de percussions dont certaines absolument inconnues. En complément : des pages vocales où l'orchestre remplace brillamment les chanteurs.

Naxos, 8.573016

12,99 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer