Les Irlandais sont les plus dépensiers à Noël

Le Royaume-Uni et l'Allemagne (417 euros) ont retrouvé... (PHOTO JUSTIN TALLIS, AFP)

Agrandir

Le Royaume-Uni et l'Allemagne (417 euros) ont retrouvé leurs niveaux de dépense d'avant-crise.

PHOTO JUSTIN TALLIS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PARIS

Les Irlandais ont dépensé en moyenne plus de 960 euros par personne pour la période de Noël 2013, ce qui fait d'eux les plus gros consommateurs des économies occidentales selon une étude du cabinet d'audit PwC dévoilée jeudi.

Avec 963 euros dépensés par personne, les Irlandais devancent largement les Anglais (854 euros) et les Américains (622 euros).

«Au sein de la zone Euro, les Français sont ceux qui dépensent le plus par personne pour Noël, suivis de près par les Allemands et les Italiens», précise Olivier Salesse, directeur de la Stratégie chez PwC.

Les Français ont dépensé 460 euros par personne en moyenne pour Noël en 2013, soit une baisse de 26 euros par rapport à 2007, dernière année pour laquelle PwC a réalisé cette étude.

En valeur absolue, les consommateurs des principales économies occidentales ont dépensé près de 445 milliards de dollars pour la période de Noël 2013, précise l'étude.

«Certaines cicatrices de la crise financière sont encore visibles dans les habitudes de consommation à Noël», note Olivier Salesse. En Grèce, les dépenses par personne ont ainsi diminué d'environ 60 % au cours des six dernières années, plafonnant aujourd'hui à 150 euros.

La baisse est également marquée en Espagne (117 euros, -28%) et dans une moindre mesure au Portugal (286 euros, -23%). En revanche, le Royaume-Uni et l'Allemagne (417 euros) ont retrouvé leurs niveaux de dépense d'avant-crise.

Parmi les douze pays étudiés par PwC, ceux dont les habitants dépensent le moins à Noël sont le Brésil (133 euros) et la Russie (74 euros), deux pays où les dépenses par personne sont cependant en nette augmentation depuis 2007.

Pour réaliser cette enquête, PwC s'est appuyé sur les chiffres de la consommation annuelle des ménages de la Banque Mondiale et ceux relatifs aux ventes de la grande distribution, fournis par les agences nationales de la statistique.

Le cabinet a ensuite estimé et défini les dépenses de Noël comme les dépenses les plus importantes survenant en novembre et en décembre par rapport aux autres mois de l'année.

La Chine, l'Inde et le Japon, où Noël n'est pas une fête traditionnelle, ont été exclus du panel de PwC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer