L'origine de la bûche

La tradition de la bûche de Noël remonterait... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La tradition de la bûche de Noël remonterait au XIXe et serait originaire de la France.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Lefebvre

Collaboration spéciale

La Presse

Dans la catégorie des gâteaux traditionnels de Noël, la bûche fait certainement partie des plus grands classiques. D'hier à aujourd'hui, elle s'est peaufinée et affinée, au grand bonheur des becs fins et légèrement sucrés.

À la souche

Originaire de la France, la bûche serait sortie du four pour la première fois au XIXe siècle. En anglais, Christmas log fait surtout référence à yule log, une cérémonie païenne remontant au XVIIe siècle, célébrée afin de souligner le solstice d'hiver. Au fil du temps, la tradition se christianise et s'adapte aux célébrations de Noël, au cours desquelles une immense bûche d'arbre est déposée dans le feu. Elle peut alors brûler pendant les 12 jours de Noël - du 25 décembre au 5 janvier, la veille de l'Épiphanie. Les cendres de la bûche sont ensuite récupérées pour aider les plantes à pousser au printemps suivant.

Recette classique

En l'honneur de cette tradition médiévale, la bûche-dessert que nous connaissons s'est taillé une place de choix sur la tablée de Noël presque partout en Europe.

À la base, il s'agit d'un gâteau éponge roulé et garni de confiture ou de crème, le tout étant recouvert d'un glaçage de crème au beurre habituellement aromatisée au chocolat.

Des rainures sont ensuite gravées pour imiter l'écorce de l'arbre. Et les plus malins vont même jusqu'à esquisser de petites branches d'arbre et des feuilles sur les côtés du gâteau. Les décorations à base de meringue ou de pâte d'amande font aussi partie de sa version des plus classiques.

À l'épicerie

Si la bûche de Noël d'épicerie s'inspire de la recette originale, le résultat final a beaucoup changé avec les années, ne serait-ce que par la liste d'ingrédients qui s'est lourdement allongée. Certaines d'entre elles présentent dorénavant un look plus raffiné et un nom à faire saliver, mais elles sont généralement hautement transformées et pas forcément bon marché. À un tel rapport qualité/prix, ça vaut le coup de se lancer dans la préparation d'une bûche de Noël maison ou alors d'investir un peu plus pour une bûche de meilleure qualité et au goût nettement plus réussi.

Nouvelle vague

Depuis quelques années, les pâtisseries créent de réelles merveilles pour réinventer le concept de la traditionnelle bûche de Noël. Pensons simplement aux oeuvres d'art de Patrice Demers, comme sa bûche faite d'un gâteau au sarrasin, d'une mousse au chocolat noir Alpaco, un crémeux au miel de sarrasin et un croustillant aux pacanes. Il y a aussi le maître glacier Essence qui propose une bûche composée d'une glace au champagne, d'un sorbet à la mandarine et d'une glace et un glaçage au chocolat grand cru 100 % bio du Pérou. De quoi en mettre plein la vue et les papilles de vos tendres convives!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer