Le marché noir du cadeau

Au lieu de se rendre au magasin pour... (Photo Yan Doublet, Le Soleil)

Agrandir

Au lieu de se rendre au magasin pour échanger un cadeau reçu en double ou simplement non désiré, des internautes se servent des sites de petites annonces pour en tirer un profit.

Photo Yan Doublet, Le Soleil

Partager

Et si le cadeau que vous avez si gentiment offert à un être cher pour Noël était maintenant à vendre?

Depuis le passage du père Noël, un véritable marché noir du cadeau a vu le jour sur l'internet. On y trouve de tout, du iPod aux billets de spectacle en passant par le ukulele ou les téléphones portables. Placés sous le sapin dans la nuit du 24, ils n'ont pas plu à leurs destinataires, qui tentent quand même d'en tirer profit.

«J'ai reçu une machine à café, mais j'en avais déjà une.» «Je vous offre ces figurines reçues en double pour Noël.» «Bottes en cadeau, mais mauvaise grandeur.» «Eau de toilette non utilisée parce qu'on m'a acheté la mauvaise fragrance.» «Le père Noël s'est trompé d'adresse... deux boîtes de jeux neufs dans leur emballage.»

Offre vaste

Des messages comme ceux-ci, les sites de petites annonces comme Kijiji ou Craigslist en sont inondés depuis le matin du 25.

Les internautes y revendent des objets reçus en double, décevants ou simplement non désirés. Bottes d'hiver, appareils photo, livres et jouets pour enfants, appareils électroniques, jeux vidéo, instruments de musique, parfums, ustensiles de cuisine; l'offre est aussi vaste que dans un magasin grande surface.

«Beaucoup de gens ne souhaitent plus s'encombrer inutilement et voient un avantage à obtenir de l'argent sonnant en échange des objets dont ils ne veulent plus», indique un porte-parole de kijiji.ca, Marc-André Hade, qui voit plusieurs avantages à utiliser un site comme le sien plutôt que de se rendre en magasin pour échanger ses cadeaux.

«On évite d'avoir à récupérer la facture de la personne qui a offert le cadeau et on n'a pas à se déplacer et à affronter la cohue des soldes d'après les Fêtes. Il y a certainement, près de chez soi, quelqu'un qui cherche à mettre la main sur l'objet même dont on souhaite se défaire.»

Troc

François a choisi cette avenue pour tenter de se débarrasser du ukulélé qu'a reçu sa copine. «Je n'en joue malheureusement pas. Flambant neuf», dit leur petite annonce, mise en ligne hier matin. L'instrument ayant été acheté par internet, il leur est impossible de le rapporter au détaillant.

«Ce cadeau ne correspond malheureusement pas aux besoins de ma conjointe, explique François à La Presse. Nous allons donc tenter de le revendre en deçà de sa valeur pour le remplacer par autre chose».

Un autre internaute a mis en vente pour 60$ une bouteille de parfum pour hommes Calvin Klein qui coûte 87$ en magasin. Il a déjà un parfum, dit-il. Déterminé à conclure une transaction, il offre même la livraison gratuite dans certains secteurs de Montréal.

Une autre propose des bottes qu'on lui a données dont la pointure ne lui va pas. Elle en demande 300$ au lieu des 350$ annoncés sur le site internet de la compagnie. «J'aime mieux faire un peu d'argent que de les changer pour une autre pointure, raconte la jeune femme. De toute manière, j'ai déjà une paire de bottes qui fait l'affaire.»

D'autres personnes, histoire de préserver un peu l'esprit des Fêtes, proposent plutôt le troc. Ainsi, un internaute propose un téléphone Samsung Galaxy, modèle qui ne lui plaît pas, en échange d'un iPhone.

Un second veut échanger des billets d'un spectacle de l'humoriste Martin Petit, qu'il a déjà vu, contre des laissez-passer pour un spectacle du même genre.

Cadeaux inusités à vendre

Ukulélé: 85$

Banc de scie: 200$

Jeu de Wii pour bébé: 10$

Carte de 200$ chez Starbucks: 135$

Eau de toilette Dior: 60$

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer