Jeu interactif: votre nom de famille est-il populaire?

La Presse

Découvrez quelle proportion de la population québécoise porte le même patronyme que vous grâce à notre moteur de recherche conçu à partir des données de l'Institut de la statistique du Québec sur les 5000 noms de famille québécois les plus communs.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ah, le temps des Fêtes. Les visites à la parenté, les soupers en famille, les nouvelles des cousins éloignés avec lesquels on partage un patronyme et quelques vagues ancêtres... Au fait, quelle est la proportion de Québécois qui portent le même nom de famille que vous? Pour le savoir, consultez notre moteur de recherche concocté avec des données de l'Institut de la statistique du Québec. Où se situe votre nom sur l'échelle de la popularité?

#1

Tremblay

Un Québécois sur 100 s'appelle Tremblay. C'est beaucoup ? Pas vraiment, en regard d'autres pays. Le nom Smith compte également pour 1 % des patronymes aux États-Unis. En Espagne, 3,3 % de la population s'appelle Garcia. Et au Danemark, 7,7 % de la population s'appelle Jensen.

#30

Poulin

Il y a les Simard du Saguenay-Lac-Saint-Jean, les Lévesque du Bas-Saint-Laurent, mais surtout les Poulin de Chaudière-Appalaches. Selon l'ISQ, 36 % des Poulin du Québec habitent cette région.

#47

Lachance

C'était le surnom d'une branche de Pépin dit Lachance. Tout comme une foule de surnoms du genre (Gauthier dit Larouche, Audet dit Lapointe, Roy dit Desjardins...) utilisés pour différencier ceux qui portaient le même patronyme, le surnom est devenu, vers la fin du XIXe siècle, un nom officiel. Bibliothèque et Archives Canada explique que ce surnom pouvait évoquer tant des caractéristiques physiques (Le Fort, Le Roux) que morales (Le Bon, Le Sage), ou un métier (Le Boucher).

#113

Renaud

Renauld ? Renault ? Renaut ? Ou Renaud ? Beaucoup de patronymes ont souffert de l'orthographe approximative de certains curés au moment d'inscrire le nom sur le baptistaire, ou de l'absence de normes dictées par l'Académie française. Ainsi, on croise aujourd'hui des Ouellet et des Ouellette, des Hémond et des Émond, des Deschêne, des Deschêches et des Deschesne... Un conseil : au moment d'entreprendre des recherches sur un nom, mieux vaut se baser sur sa phonétique que sur son orthographe.

#130

Nguyen

Premier nom à consonance non française dans la liste, la popularité de Nguyen est associée à l'importance de la communauté vietnamienne accueillie au Québec à la suite de la guerre. Le patronyme était celui de la dynastie qui a régné pendant 140 ans au Viêtnam et dont le nom a été adopté par ses sujets. Selon certaines estimations, 40 % des Vietnamiens portent aujourd'hui ce patronyme.

#493

Johnson

Dans certaines cultures, les gens ont d'abord été identifiés comme « fils de... ». Ainsi, Johnson signifie à l'origine « fils de John », tout comme Fitzgerald (fils de Gérald), McDonald (fils de Donald) ou Bensimon (fils de Simon). Ailleurs, on a marqué l'identification de l'enfant à son père avec un suffixe, comme Simons (de Simon), Martinez (de Martin), DiTomasso (de Thomas).

En chiffres

84%

Selon le démographe Louis Duchesne, auteur de la dernière étude publiée par l'ISQ sur les noms de famille en 2006, 84 % de la population du Québec porte l'un des 5000 noms de famille les plus populaires dans la province

12%

C'est la proportion d'enfants qui ont reçu les noms de famille de leurs deux parents en 2005. Une pratique apparemment en perte de vitesse, puisqu'elle avait atteint 22 % dans les années 90.

7

C'est le nombre de caractères que compte le nom de famille de la moyenne des Québécois.




publicité

image title
Fermer