Le charme des planchers qui grincent

Dans les constructions récentes, les grincements peuvent résulter... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dans les constructions récentes, les grincements peuvent résulter d'une installation de piètre qualité. Plusieurs entrepreneurs s'en tiennent aux normes minimales du Code de construction.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dumont

Collaboration spéciale

La Presse

Les planchers de bois qui grincent sous nos pas font partie du cachet des maisons anciennes. Mais dans les constructions récentes, représentent-ils un vice de construction ?

« Le bruit des planchers qui grincent peut être agaçant, surtout quand on réveille toute la famille en allant se chercher un verre de lait au frigo la nuit », reconnaît Marco Lasalle, directeur du service technique à l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ).

Le problème en est un de quiétude et de qualité de vie, et non de durabilité du plancher, précise M. Lasalle. Le plancher qui grince n'est pas sur le point de s'effondrer, mais il pourrait venir à bout de vos nerfs.

Le bruit est toujours le résultat d'un frottement bois contre bois. Il y a trois possibilités : 

  • les lattes du plancher qui se frottent les unes aux autres;
  • les lattes du plancher qui frottent contre le sous-plancher;
  • le bois du sous-plancher qui frotte contre les solives.

Dans un contexte de transaction immobilière, assurez-vous d'être disposé à vivre avec les grincements ou à investir dans un renouvellement complet du plancher.

Gérer l'humidité

Le bois se dilate et se contracte au gré des variations importantes du taux d'humidité dans l'air. Les clous ou les agrafes cèdent et ne se remettent jamais en place, ce qui permet alors des frottements quand le poids d'une personne induit une flexion, aussi petite soit-elle.

Le taux d'humidité des matériaux doit être soigneusement mesuré avant de procéder à l'assemblage des planchers de bois franc. À la pose, le taux d'humidité dans l'air doit se situer entre 37 % et 45 %. Par la suite, ce sera au tour des occupants de maintenir ce taux d'humidité, afin de prévenir l'apparition de grincements.

«Les gens partent en Floride l'hiver et laissent fonctionner l'échangeur d'air. D'autres chauffent au bois de façon excessive. Ces deux situations assèchent l'air dans la maison.»

Marco Lasalle
Directeur du service technique à l'APCHQ

Pour prévenir ou atténuer les grincements, l'entrepreneur spécialisé en restauration de maisons ancestrales Maxime Dostie suggère d'utiliser un humidificateur quand on chauffe au bois. L'été, un déshumidificateur est essentiel dans les sous-sols humides.

Qualité d'installation

Dans les constructions récentes, les grincements peuvent résulter d'une installation de piètre qualité. Plusieurs entrepreneurs s'en tiennent aux normes minimales du Code de construction. Ces normes sont insuffisantes, mais tant qu'elles sont suivies, on ne peut conclure au vice de construction.

Pour une stabilité maximale, le contreplaqué du sous-plancher devrait être non seulement cloué ou vissé, mais aussi collé contre les solives, ces pièces de bois à la verticale qui soutiennent le plancher.

Le Code de construction ne prévoit pas non plus cette bonne pratique préventive : disposer un papier-feutre ou une membrane synthétique entre les lattes du plancher et le contre-plaqué du sous-plancher, ce qui élimine toute possibilité de bruit de frottement.

Il se peut aussi que l'ouvrier qui a installé le sous-plancher ait manqué de précision : il a cloué dans le vide, à gauche ou à droite des solives.

Certaines méthodes traditionnelles permettant une meilleure qualité d'assemblage de planchers ont été remplacées par des pratiques qui requièrent moins de main-d'oeuvre et produisent moins de retailles de bois, ajoute Maxime Dostie, dont l'entreprise Ancestra est à l'oeuvre principalement en Estrie.

Les solutions

Avec un peu de chance, les petits trucs qui suivent élimineront les grincements. Sinon, vous devrez vous y faire ou vous résoudre à refaire tout le plancher à neuf.

Si ce sont les lattes du plancher qui se frottent et grincent, Mario Lasalle propose ce « truc de grand-mère » : lubrifier l'espace entre les lattes avec le talc d'une poudre de bébé.

Si le plancher est accessible par le plafond à l'étage inférieur, on peut tenter de mieux fixer le sous-plancher aux solives, en insérant des visses à 45 degrés. La même méthode peut servir à solidariser les lattes du plancher avec le sous-plancher, en prenant soin de ne pas utiliser des visses trop longues.

Dans une maison ancestrale, sur un plancher qui a été cloué par le dessus, Maxime Dostie offre cette suggestion : percer des trous, insérer des visses qui viendront rattacher le plancher au sous-plancher, puis camoufler le tout avec des produits de finition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer