La beauté du bois huilé

Si vous aimez l'éclat et l'apparence de propreté... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Si vous aimez l'éclat et l'apparence de propreté absolue, renoncez à l'huile. Optez pour le vernis.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Angers
Le Soleil

Pendant que le bois teint et vernis est à la mode, le plancher de bois huilé, qu'il soit teint ou non, fait son entrée.

 «Pareil plancher ne devrait jamais être resablé de sa vie», dit Denis Linteau de Sélection bois francs, de Québec. On se contente de lui appliquer une nouvelle huile - spécialement destinée à cette fin - aux trois ou quatre ans, toujours avant qu'il ne blanchisse. Chaque fois, il croît en beauté. Jusqu'à ce qu'il ait l'aspect soyeux et la patine si désirables des parquets des vieux logements européens.

 Mais si votre couvre-plancher est en érable, gardez-vous de le mettre à l'huile, recommande M. Linteau. Son grain est si serré qu'il lui interdirait le passage en profondeur. Si on le fait, il faudra recommencer l'huilage à tout bout de champ.

 «Si vous y tenez néanmoins, préférez un vernis très mat qui peut avoir de l'huile toute l'apparence. Prenez conseil auprès de votre détaillant», propose M. Linteau.

 D'un autre côté, si vous aimez l'éclat et l'apparence de propreté absolue, renoncez à l'huile. Optez pour le vernis.

 Magie

 «Ainsi, un chien qui a de la neige contre ses pattes pourrait laisser de l'eau sur le plancher. Si elle n'est pas immédiatement enlevée, elle peut laisser des picots», met en garde Mario Grondines, conseiller et inspecteur en bâtiment de L'Ancienne-Lorette. Problème que, tôt ou tard, on corrige par l'application à la polisseuse d'un revitalisant. Ce qui redonne au plancher l'aspect du neuf dans le temps de le dire.

 «Aujourd'hui, c'est magique», trouve Christian Cloutier de Plancher Bois Franc 2000 de Québec. On peut sabler son plancher et le vernir; le sabler, le teindre et le vernir. À moins qu'on ne le sable et qu'on ne l'huile tout simplement. Ou qu'on ne le sable, ne le teigne et ne l'huile.

 L'ennemi, l'humidité

Lorsque le vernis, sur un plancher de bois dur, est usé jusqu'au grain, le parquet est virtuellement en péril. Car ses pores sont ouverts à l'eau et à la poussière. Et le bois grisonne.

 Cela se voit souvent sur les marches d'escalier, puis localement sur le plancher du vestibule, du salon, du séjour ou de la salle à manger. Il y a 40 ans, il arrivait qu'on mette du tapis mur à mur pour ne plus voir ça. Maintenant, parce qu'on a la nostalgie du bois, on l'enlève. On découvre parfois un matériau déliquescent sur lequel sont disséminées des plaques grisonnantes aggravées par les liquides renversés sur la moquette au fil des ans.

 «Bref, il ne faut pas laisser entrer l'humidité profondément dans le bois, car, par la suite, il sera très difficile de le remettre en état», craint Mario Grondines, inspecteur et conseiller en bâtiment de L'Ancienne-Lorette.

 Quelle est l'espérance de vie d'un plancher verni, avant que n'ait lieu son premier sablage?

 Se fondant sur un usage normal par un ménage comprenant deux enfants, Denis Linteau de Sélection Bois Francs de Charlesbourg calcule de 15 à 20 ans avec un vernis de choix, de 8 à 10 s'il est honnête, puis de cinq à huit s'il est de troisième ordre.

 En revanche, un plancher, après 15 ans, peut avoir encore très belle apparence. Alors, on peut lui administrer, suivant les règles de l'art, un «rénovateur» de qualité, sans sablage. «Il sera reparti pour 15 autres années», est persuadé M. Linteau.

 Resurfaçage

 «Le nombre de sablages est potentiellement de trois ou quatre pour le bois massif», estime Christian Cloutier de Plancher de bois franc 2000 de Québec. Ce, avant d'atteindre les clous à l'angle de la languette. Mais, dans la vie de quelqu'un, estime-t-il, on aura «resurfacé» tout au plus deux ou trois fois. Encore que deux adultes vivant en pantoufles n'auront, en principe, jamais besoin de le faire.

 En ce qui concerne les planches en tranches de bois contre- collées, elles ne peuvent l'être plus de trois fois. En fait, jusqu'à la fin de la première tranche. Mais s'il s'agit de bois teint, qu'il soit massif ou autrement, celui-ci pourrait reprendre son apparence initiale ou naturelle après un premier sablage.

 Si la couche de surface a moins de 2,5 mm d'épaisseur, le technicien en sablage devra être très compétent et «ne pas trembler ce jour-là», estime M. Cloutier.

 Pour ménager vos planchers

 > Mettez des autocollants de feutre sous les pattes de vos meubles.

 > Déchaussez-vous en entrant (surtout si vous portez des souliers à talon aiguille) et passez des pantoufles.

 > Assurez-vous que les griffes de votre chien ne soient pas trop longues. Asséchez ses pattes lorsqu'il revient de dehors.

 > Passez un balai doux dès qu'il y a sable ou gravier.

 ° Évitez au maximum le contact de l'eau avec le plancher. Il n'est pas bon de laver à grande eau, cela peut le faire gonfler et se déformer.

 > Pour le laver, employez un produit sans gras, à évaporation rapide et à pH neutre. Du vinaigre, oui. Mais occasionnellement et modérément. Car avec le temps, il altérera le lustre. Excluez tous les produits de nettoyage tout usage.

 




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer