Une affaire de jeunes à Saint-Sauveur

Des lignes simples, un toit légèrement en pente... (Photo fournie par Sotheby's International Realty Québec)

Agrandir

Des lignes simples, un toit légèrement en pente qui a été végétalisé, un parement en peuplier torréfié teint et des fenêtres en aluminium hors des normes habituelles : la maison tranche dans le décor de Saint-Sauveur.

Photo fournie par Sotheby's International Realty Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

L'histoire des sept ans de cette maison est sous le signe de la jeunesse: c'est d'abord en raison de ses enfants que David Latour a déménagé à Saint-Sauveur.

Au rez-de-chaussée, le plancher en céramique nous chauffe... (Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec) - image 1.0

Agrandir

Au rez-de-chaussée, le plancher en céramique nous chauffe les pieds, les armoires en noyer et en granit brut nous réchauffent le coeur.

Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec

La cuisine a été pensée pour être fonctionnelle... (Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec) - image 1.1

Agrandir

La cuisine a été pensée pour être fonctionnelle et conviviale.

Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec

David habitait auparavant à Blainville, sur le site d'un terrain de golf: il s'est rapidement rendu compte qu'il n'était pas à sa place en constatant que la majorité de ses voisins frisaient la soixantaine, alors que lui n'avait même pas 30 ans. De plus, il voulait inscrire ses deux garçons, qui avaient alors 8 et 10 ans, à un programme de ski-études à Sainte-Adèle. Voilà pourquoi il s'est mis à la recherche d'un terrain pour y construire sa résidence principale.

Amateur d'architecture

David est actionnaire d'une entreprise spécialisée dans l'importation de machinerie reliée au domaine de la construction. Il baigne donc dans cette industrie, et des amis l'ont aidé : des entrepreneurs de différents corps de métier, de même qu'un architecte qui l'a guidé dans l'élaboration de son concept. Car David est un grand amateur d'architecture, qu'il explore grâce à des magazines et des sites spécialisés comme Pinterest.

Dès le départ, il a eu un pépin: son idée de faire une maison à toit plat n'a pas plu aux autorités de Saint-Sauveur, qui ne jurent que par les pignons. On est alors en 2010, et David a la main heureuse en vendant l'idée du toit vert qui émerge à ce moment-là. Notre homme devient l'un des rares chanceux dans la municipalité à posséder une habitation ornée d'une ligne plutôt horizontale. Une autre caractéristique du bâtiment est son parement entièrement fait de peuplier torréfié.

Au rez-de-chaussée, le plancher en céramique nous chauffe... (Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec) - image 2.0

Agrandir

Au rez-de-chaussée, le plancher en céramique nous chauffe les pieds, les armoires en noyer et en granit brut nous réchauffent le coeur.

Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec

Habiter en milieu naturel

Même si David travaille à Varennes et passe beaucoup de temps dans les aéroports, il a choisi de s'établir dans la campagne laurentienne. Sa conjointe s'occupe des ados, de l'intendance et d'enjoliver les murs grâce aux toiles qu'elle peint dans un atelier qui lui est réservé. La cuisine bien équipée, les haut-parleurs stratégiquement placés, la chambre d'invité, une terrasse joliment aménagée et le rez-de-jardin transformé en lieu destiné aux fêtes font de la résidence un endroit où il fait bon vivre et recevoir. Les ados ne sont pas en reste, avec un gym où l'on peut jouer au basket, au badminton et au hockey, sans compter une salle d'exercice à part.

La nature s'invite à l'intérieur grâce à de grandes fenêtres, dont un certain nombre sont à l'horizontale, donnant ainsi l'impression d'admirer des tableaux champêtres. Plusieurs meubles fabriqués par David et des éléments architecturaux sont faits à partir d'arbres qui étaient sur le terrain. Comme l'escalier en merisier, qui a conservé son écorce sur le chant. On retrouve d'autres essences de bois, comme le noyer pour les armoires de cuisine et le bambou pour celles de la salle de bains.

Une nouvelle étape

Malgré son air juvénile et son jeune âge, David pense déjà à un nouveau chapitre de sa vie. Les gars se dirigent vers le cégep et l'université: un déménagement à Montréal se profile donc. Peut-être à Outremont, mais dans un condo. Il se rapprochera ainsi de son travail et de l'aéroport, mais s'éloignera de son chalet à Nominingue. Qu'importe, quand on est jeune!

La cuisine a été pensée pour être fonctionnelle... (Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec) - image 3.0

Agrandir

La cuisine a été pensée pour être fonctionnelle et conviviale.

Photo fournie par Sotheby’s International Realty Québec

La propriété en bref

Prix demandé: 1 175 000 $

Année de construction: 2010

Pièces: 17, dont 4 chambres et 3 salles de bains/d'eau

Comprend: réfrigérateur Jenn-Air, cuisinière au gaz DCS, lave-vaisselle DCS, cellier Avantgarde, réfrigérateur de bar Dandy, luminaires, haut-parleurs encastrés

Évaluation municipale: 664 400 $

Impôt foncier: 4285 $

Taxe scolaire: 707 $

Dimension du bâtiment: 70 pi sur 40 pi (irrégulier)

Courtiers: Michel Davidson et Melanie Clarke, Sotheby's International Realty Québec, 514 239-7399

La fiche de la propriété: https://www.centris.ca/fr/maison~a-vendre~saint-sauveur/17612180?view=Summary




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer