La ville à la campagne à l'île Paton

L'édifice Le Laurier est situé en bordure de... (Photo fournie par Sotheby's International Realty)

Agrandir

L'édifice Le Laurier est situé en bordure de la rivière des Prairies, dans l'île Paton. L'appartement en question est situé au 2e étage.

Photo fournie par Sotheby's International Realty

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On la connaît pour toutes sortes de raisons. Avec ses tours luxueuses et ses jolis sentiers pédestres, l'île Paton est célèbre bien au-delà des frontières de l'île Jésus. Dites que vous vivez en condo quelque part au bord de l'eau à Laval et, immanquablement, on vous demandera si vous vivez à l'île Paton...

L'île a vu sa population exploser depuis une quarantaine d'années. Les tours et autres résidences, qui ont été construites progressivement d'ouest en est, accueillent depuis 45 ans des résidants aisés à la recherche de quiétude et de verdure.

Ce n'est pas d'hier que l'île Paton se veut un lieu de privilégiés. Déjà, en 1880, Hugh Paton, un jeune écossais bien nanti de 28 ans, en avait fait l'acquisition. Il y avait bâti un domaine comprenant une villa de 50 pièces avec serre, écuries, terrain de tennis et parcours de golf. Le repaire privé recevait régulièrement des membres de la bourgeoisie anglophone. Les membres du Montreal Hunt Club y étaient particulièrement bienvenus pour faire la chasse à courre.

De cette époque, il ne reste que des photos. On sait par contre que l'île a été brièvement la propriété de la famille Berthiaume-Du Tremblay, anciens propriétaires de La Presse.

La construction des tours a débuté en 1972. Dix complexes résidentiels longent maintenant les berges de la rivière des Prairies : le Chantilly, le Laurier, le Manoir des Îles, l'Héritage... L'appartement de Claude Marcoux est au Versailles, un édifice construit en 1981. M. Marcoux et sa femme l'habitent depuis 1985.

M. Marcoux est né à Montréal, a grandi à Montréal et a toujours travaillé à Montréal. Pourquoi l'île Paton? «Parce qu'ici, c'est la ville à la campagne.» Avocat spécialisé en droit des affaires, Me Marcoux s'était fait conseiller par son associé de visiter cette partie de Laval qu'il ne connaissait pas beaucoup. «En ouvrant la porte du condo, j'ai vu la rivière.» Le coup de foudre.

C'est cette vue qui avait happé le propriétaire... (Photo fournie par Sotheby’s International Realty) - image 2.0

Agrandir

C'est cette vue qui avait happé le propriétaire lors de sa première visite il y a plus de 30 ans.

Photo fournie par Sotheby’s International Realty

Il avait alors 33 ans et sa femme Ellen, 29. «On était les plus jeunes de l'édifice. Dans l'ascenseur, les gens nous demandaient si nous venions visiter nos parents!»

Au fil des ans, le couple a effectué plusieurs rénovations. «Au départ, les sols étaient recouverts de carpettes, comme c'était la mode à l'époque de la construction de l'édifice. Nous les avons retirées pour installer un nouveau revêtement.» Le plancher est maintenant recouvert de dalles de 5 pieds sur 3 pieds en marbre fin de Florence, nous explique M. Marcoux. La teinte crémeuse et les stries grisâtres ont donné le ton à la décoration du salon et de la salle à manger, pièces décloisonnées mais séparées par deux marches, le salon étant légèrement en contrebas.

Dès l'entrée, les fenêtres révèlent la rivière qui avait tant charmé M. Marcoux. L'appartement est une unité de coin, ce qui lui permet d'avoir des ouvertures sur trois murs. «L'orientation est sud-est, on a donc le soleil du matin jusqu'à l'après-midi.» Le balcon qui longe l'appartement a 53 pieds de longueur. Il permet de prendre du soleil le matin ou de lire à l'ombre en fin de journée.

M. Marcoux a également retiré une cloison entre deux chambres, pour en créer une plus grande que le couple a transformée en salle de musique et en bureau. Il a aussi abattu un mur et y a installé des portes françaises vitrées.

Après 32 ans, le couple quitte son appartement qu'il a tant chouchouté pour s'embarquer dans une nouvelle aventure. «On est mûrs pour du nouveau. On a acheté un appartement tout près.» Tout près, c'est le Paton1, un très luxueux et très élégant complexe en construction, situé à quelques centaines de mètres du Versailles. L'endroit précis où Hugh Paton avait fait construire son manoir. Près de 140 ans plus tard, le lieu est toujours aussi attrayant... et luxueux.

Cet espace sert de passage entre le hall... (Photo fournie par Sotheby’s International Realty) - image 3.0

Agrandir

Cet espace sert de passage entre le hall et les pièces communes.

Photo fournie par Sotheby’s International Realty

La propriété en bref

Prix demandé: 699 000 $

Année de construction: 1981

Pièces: 7 pièces, comprenant 3 chambres, 1 salle de bains, 1 salle d'eau, 1 foyer au bois, 2 espaces de garage intérieur, 1 casier à vin pour 60 bouteilles.

Superficie habitable: 1500 pi2

Évaluation municipale: 467 600 $

Impôt foncier: 4112 $

Taxe scolaire: 1111 $

Charges annuelles de copropriété: 6336 $

Courtière: Carole Lemieux, Sotheby's International Realty Québec, 514 992-2249

Consultez la fiche de la propriété: http://www.centris.ca/fr/condo~a-vendre~chomedey-laval/26225814




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer