Carignan: joliment bien équipée

Cette demeure située à Carignan a été construite... (Photo fournie par Re/Max)

Agrandir

Cette demeure située à Carignan a été construite sans compromis esthétique ou qualitatif, selon les goûts du propriétaire.

Photo fournie par Re/Max

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Cette maison à étage a eu beaucoup de chance, car on l'a dotée du plus beau, du plus chic, du plus pratique. Merci au propriétaire, au dessinateur Mario Adornetto et à la designer Katherine Daoust qui ont tous collaboré.

Le propriétaire est un homme d'affaires très dynamique d'à peine 43 ans. Un style Bill Gates, qui n'a pas usé ses culottes sur les bancs d'école trop longtemps, désireux d'accomplir plusieurs choses, le plus rapidement possible. Sébastien Bisaillon a déjà quelques constructions à son actif: son ancienne résidence à Candiac, de même que des condos dans le même coin. Et il n'est même pas promoteur immobilier, mais très entreprenant.

En 2001, il a lancé sa propre entreprise qui a grossi rapidement et qui compte maintenant plus de 200 employés. C'est avec quelques collaborateurs proches qu'il a découvert Carignan, où ceux-ci habitent. Sébastien est tombé sous le charme de ce secteur où il est allé faire de la motomarine sur le bassin de Chambly, l'un des plus grands plans d'eau de la proche banlieue de la Rive-Sud. Il a acheté une vieille maison, l'a fait démolir pour en construire une autre selon ses goûts. Sans compromis esthétique ou qualitatif.

Matériaux de choix, architecture soignée

Quand on déambule dans cette maison, on est frappé par la qualité des matériaux et le souci du détail. Plusieurs sols sont recouverts de céramique et bénéficient d'un chauffage radiant. Toute la demeure est équipée de domotique qui permet de réguler l'éclairage (les DEL foisonnent), d'écouter de la musique partout, de gérer le système d'alarme ainsi que les caméras de surveillance, d'actionner le moteur des stores électriques...

Du salon, on a une vue sur une... (Photo fournie par Re/Max) - image 2.0

Agrandir

Du salon, on a une vue sur une bonne partie du rez-de-chaussée, sur la terrasse et la chambre à l'étage lorsque les rideaux sont ouverts.

Photo fournie par Re/Max

D'autres aspects impressionnent et caressent l'oeil. Les fenêtres généreuses donnent sur l'eau, mais avant de voir le bassin, le regard s'accroche sur une piscine à débordement et une terrasse au garde-corps vitré. Parlant de verre, toutes les portes de la maison sont en verre opaque, importées d'Italie, et certaines sont coulissantes, alors que d'autres sont d'une hauteur de 10 pieds! La designer a fait des choix audacieux: un foyer au gaz est surmonté de lattes d'acier qui sont un rappel d'un faux-mur ajouré fait du même matériau. Pour réchauffer la céramique, le verre et l'acier, le noyer est utilisé pour l'escalier et de nombreux murs. Tout cela, sans compter les décrochés de plafond et autres finesses architecturales.

Une question de nature

Quand Sébastien Bisaillon a quitté Candiac pour Carignan, il ne se doutait pas qu'il s'enfonçait dans la banlieue. Il est maintenant à 25 km du centre-ville, dans un endroit idyllique certes, mais qu'on ne peut qualifier de quartier. Les habitations autour sont toutes tournées vers le bassin, et plusieurs de ses voisins sont des membres de son état-major, mais il ne sent pas qu'il participe à une vie trépidante de proximité. Quand il va au restaurant en été, il le fait vers Chambly en bateau. Amusant, assurément, mais cela ne correspond plus à sa façon de voir les choses.

Lors de l'année et demie qui a servi à faire les travaux de construction, Sébastien a habité le Vieux-Montréal pendant quelques mois et il a découvert son côté urbain. Aussi songe-t-il à déménager à Montréal, dans Griffintown. D'autant plus que des projets professionnels du côté de Laval font qu'il y serait situé de manière plus centrale à Montréal pour gérer ses affaires. Il va donc troquer la nature pour sa propre nature... citadine.

Armoires en laque italienne, frigo-cellier en inox, vastes... (Photo fournie par Re/Max) - image 3.0

Agrandir

Armoires en laque italienne, frigo-cellier en inox, vastes plans de travail en quartz, grandes fenêtres laissées à nu et plancher en céramique chauffante: une cuisine qui fait saliver!

Photo fournie par Re/Max

La propriété en bref

Prix demandé: 2 750 000 $

Année de construction: 2014

Pièces: 16, dont 5 chambres et 4 salles de bains/d'eau

Comprend: Électroménagers de la cuisine, aspirateur central et accessoires, système d'alarme, ouvre-porte de garage, luminaires, habillages de fenêtres, système géothermique, échangeur d'air, chauffe-eau (3), système de domotique, caméras, haut-parleurs, accessoires de piscine, bar/îlot extérieur, système d'irrigation.

Surface habitable: 4000 pi2

Évaluation municipale: 1 313 200 $

Impôt foncier: 8763 $ 

Taxe scolaire: 1215 $

Courtier: Steve McKenzie, RE/MAX Platine S. McK, 514 247-6604

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer