Espace urbain dans Nouveau Rosemont

Au centre, la phase 2 du complexe Cité... (Photo fournie par Royal LePage Tendance)

Agrandir

Au centre, la phase 2 du complexe Cité Nature. La famille habite au rez-de-chaussée, de l'autre côté, dans une unité de coin.

Photo fournie par Royal LePage Tendance

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cité Nature. Le nom évoque un mariage de végétation et d'urbanité. «C'est exactement ce qu'on s'est dit», racontent les propriétaires du condo que nous avons rencontrés par une belle journée.

Karim et Nadine cherchaient un environnement vert, tranquille, en ville, grand, avec quatre chambres et beaucoup de lumière naturelle. «On a vu passer une publicité qui affichait pas mal tout ce qu'on cherchait. Et... on a acheté!»

L'environnement en question n'était pas bâti. Il fallait être assez visionnaire pour le saisir. Quand le couple a visité le complexe, situé près du boulevard de l'Assomption, à quelques pas du golf municipal et du parc Maisonneuve, seul un des édifices, en l'occurrence la phase 1, était érigé. «La phase 2 n'était qu'un trou.»

Qu'importe. Le couple avait trois enfants, Théo, Liam et Louka qui avaient respectivement 11, 6 et 2 ans. Trois petits garçons qui, on l'imagine, avaient besoin d'espace. Or, le promoteur offrait justement de l'espace. À l'intérieur comme à l'extérieur.

«L'appartement sur deux paliers était installé au rez-de-chaussée de l'édifice. Il nous offrait quatre chambres», raconte Karim, acteur et entrepreneur de son métier. Chaque enfant aurait donc la sienne. «Vous auriez dû voir le visage de Théo quand il a vu sa chambre bien à lui pour la première fois!», se souvient Nadine.

Et puis, il y avait toute cette nature environnante, loin de la rue. Le complexe est installé en retrait du boulevard, si bien qu'on n'entend pas beaucoup les bruits de la ville, même si elle est à deux pas.

Dehors, au-delà de la terrasse de l'appartement, il y a un petit bois qui ressemble beaucoup à une forêt, des jardins communautaires, de grands espaces pour jouer au soccer. Le tout, à quelques mètres de l'appartement. Bref, on est dans une sorte de campagne apprivoisée. Pour une famille active, c'est le summum.

Pourtant, il y a beaucoup de monde autour. Déjà, trois phases sont construites dans le complexe, chacune avec plusieurs étages (la phase 1 compte 11 étages et 145 unités, les phases 2 et 3, 14 étages avec 162 unités chacune); le voisin, le Village olympique, compte 980 logements. Malgré ce voisinage, on ne ressent pas la promiscuité. Sûrement en raison de la nature environnante.

«L'hiver, on en profite aussi. Si l'été, on fait du vélo et du golf, l'hiver, on troque pour le ski et le patin», insistent les deux parents.

Les meubles ont été fabriqués sur mesure. Le... (Photo fournie par Royal LePage Tendance) - image 2.0

Agrandir

Les meubles ont été fabriqués sur mesure. Le carrelage est radiant.

Photo fournie par Royal LePage Tendance

Duplex réinventé

Karim et Nadine ont décidé d'effectuer eux-mêmes les travaux de finition de l'appartement. Plutôt que de choisir parmi les options offertes par le promoteur, ils ont décoré à leur façon, avec les matériaux de leur choix, leurs entrepreneurs. «Dans mon travail, j'ai l'habitude de faire le design intérieur moi-même», confie Karim.

Ainsi, cette unité est unique et se distingue des autres. Les comptoirs de la cuisine, par exemple, sont en quartz blanc pur, une option qui n'existait pas chez le promoteur. Le dosseret jaune vif de la cuisine est en plexiglas. Les sols radiants sont recouverts de carrelage gris. 

Entre le jour de l'achat et celui de l'aménagement, il s'est passé presque deux ans. Deux ans durant lesquels ils ont réfléchi à ce qui leur ferait plaisir. «Je voyais de beaux tabourets, hop! je les achetais pour les mettre de côté.» Ils ont repensé les divisions, les salles de bains, les rangements. «J'en rêvais la nuit», se souvient Nadine. 

Près de la cuisine, ils ont installé un butler's pantry pour compléter le rangement des victuailles. Chaque chambre a son placard (jouets, jeux et équipements sportifs obligent), et la principale a une penderie de style walk-in allongé. En plus, ils ont deux espaces de rangement bétonnés pour le reste. «C'était une de mes obsessions», sourit Nadine.

Le couple quitte son condo dans la nature pour se rapprocher encore plus de la nature et de la famille. «On a acheté un terrain sur la Rive-Sud près d'un bois protégé.» Il y bâtira une maison contemporaine. Un tout nouveau style de vie qui leur donnera encore plus d'espace.

C'est ici qu'on se retrouve autour de la... (Photo fournie par Royal LePage Tendance) - image 3.0

Agrandir

C'est ici qu'on se retrouve autour de la table. À droite, l'une des deux terrasses.

Photo fournie par Royal LePage Tendance

La propriété en bref

  • Prix demandé: 929 000 $
  • Année de construction: 2011
  • Pièces: 7 pièces, comprenant 4 chambres, 2 salles de bains, 2 stationnements intérieurs, 2 espaces de rangement. Grande terrasse privée.
  • Évaluation municipale: 725 000 $
  • Impôt foncier: 6115 $
  • Taxe scolaire: 1331 $
  • Frais de copropriété: 580 $/mois
  • Superficie: 1905 pi2
  • Courtier: Jean-François Piché, Royal LePage Tendance. 514 726-5019

http://www.centris.ca/fr/condo~a-vendre~rosemont-la-petite-patrie-montreal/26314152

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer