Vous avez dit «maison de plain-pied»?

Avec ses toits en pente, ses hauts plafonds... (PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE)

Agrandir

Avec ses toits en pente, ses hauts plafonds et son sous-sol en bonne partie sortir de terre, cette maison de plain-pied s'harmonise aux modèles à étages qui l'entourent dans ce croissant paisible de Carignan adossé à Saint-Bruno-de-Montarville.

PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

On ne s'attend pas à trouver dans une banlieue-dortoir typique un plain-pied qui offre près de 6000 pide superficie au total, si l'on inclut le garage. Ce qui rend cette maison assez rare dans un environnement où les maisons à étages sont reines.

La salle à manger s'ouvre sur la cuisine... (PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE) - image 1.0

Agrandir

La salle à manger s'ouvre sur la cuisine par la droite et le passage en face, mais elle est traitée comme une pièce à part. Le parquet d'ingénierie en mélèze est répété partout ailleurs dans la maison. 

PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE

Mais pourquoi donc un plain-pied ? Auparavant, Annie et Philippe habitaient dans une maison à étages à Candiac et ils étaient las des deux cages d'escalier à emprunter pour accéder aux trois niveaux. Ils ont fait le choix de vivre au rez-de-chaussée et d'aménager au sous-sol un espace pour leurs deux filles de 14 et 11 ans, Jade et Anaïs. La maison a été construite en 2010 par Philippe, un charpentier de formation devenu entrepreneur général en construction, avec l'aide de la designer Marie-Josée Berthiaume pour tout l'aménagement intérieur. Le terrain a été trouvé par hasard au retour d'une soirée au restaurant en passant devant des demeures que Philippe avait construites dans le secteur.

En entrant par des portes doubles, sans vestibule... (PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE) - image 2.0

Agrandir

En entrant par des portes doubles, sans vestibule fermé, on accède à une enfilade de pièces de chaque côté qui se termine par le salon et le solarium à l'arrière. Au palier de l'escalier, une porte mène au garage. 

PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE

Une configuration sur mesure

Le couple se réserve le rez-de-chaussée où se trouvent le salon, la cuisine avec un coin-repas, une salle à manger fermée, un bureau près de l'entrée principale, la chambre principale et une salle de bains, de même qu'un solarium donnant sur la piscine. Au sous-sol, trois chambres à coucher avec des plafonds de neuf pieds, une salle de bains, une salle familiale et un cinéma maison, sans compter plusieurs espaces de rangement, dont une pièce équivalant à la surface du garage double au-dessus ! Les filles et leurs amies profitent donc d'un spacieux royaume, les parents, de coins appréciables pour ranger les effets des adolescentes et, par ailleurs, d'une bonne intimité, puisqu'ils sont seuls à l'étage au-dessus. Annie, qui adore faire à manger, bénéficie d'une cuisine de rêve : des plans de travail en quartz, un îlot de 4 x 9 pi, une gazinière, un réfrigérateur grand format, un garde-manger, un accès visuel à la télé du salon, une belle lumière, des plafonds de 10 pi... Philippe, fan fini du Canadien (il a d'ailleurs vendu sa maison de Candiac à... Carey Price !), a pensé à lui aussi : il a un espace prévu pour se faire un cellier, il a installé des haut-parleurs dans toutes les pièces de la maison (et dehors), il s'est construit un cinéma maison qui rivalise avec les petites salles commerciales (son écran a 120 po et des sièges qui vibrent quand l'action se corse).

La chambre à coucher principale constitue le repère... (PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE) - image 3.0

Agrandir

La chambre à coucher principale constitue le repère intime des parents dont les filles couchent au sous-sol. 

PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE

Pour faire changement

Bien qu'il n'ait pas encore 40 ans, Philippe pense déjà à son avenir. Il met la maison en vente pour réinvestir la plus-value dans son projet de devenir promoteur immobilier et délaisser le marteau, qui devient de plus en plus lourd à porter. Le couple va ainsi rester dans le même domaine d'expertise, mais à un autre niveau. Pour commencer cette nouvelle vie, Philippe et Annie vont chercher une maison à rénover à Saint-Bruno, une municipalité qui commence juste derrière... leur haie de cèdres. Cette fois, la résidence sera plus petite, mais ce sera quand même un autre plain-pied.

Le salon est doté d'un plafond tendu Barrisol,... (PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE) - image 4.0

Agrandir

Le salon est doté d'un plafond tendu Barrisol, d'un foyer au bois qui peut chauffer l'ensemble de la maison et d'un petit piano à queue pour la jeune Anaïs. Au fond, les portes menant au solarium. 

PHOTO FOURNIE PAR ROYAL LEPAGE

La propriété en bref

Prix demandé : 925 000 $

Année de construction : 2010

Pièces : 16, dont 5 chambres à coucher, 3 salles de bains

Comprend : rideaux et stores (sauf ceux de la chambre principale), luminaires, ventilateurs, ouvre-portes de garage électriques, aspirateur central, système d'alarme, lave-vaisselle, cuisinière au gaz, réfrigérateur, cellier, génératrice.

Évaluation municipale : 780 500 $

Impôt foncier : 5528 $

Taxe scolaire : 1441 $

Courtier : Luc Grisé, Royal LePage Privilège SHG, 450 441-1576

>>>Consultez la fiche de la propriété.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer