Île Paton: vue sur la rivière et bien plus

L'Héritage a des airs de paquebot avec ses...

Agrandir

L'Héritage a des airs de paquebot avec ses baies vitrées et sa forme arrondie.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Andrée Amiot

Collaboration spéciale

La Presse

Huguette Blanchard n'avait pas tellement envie de déménager quand son mari lui a proposé d'aller vivre à l'île Paton. « J'aimais ma maison de Saint-Laurent, mais mon mari insistait... »

L'entrée de l'édifice, où il y a un... - image 1.0

Agrandir

L'entrée de l'édifice, où il y a un portier en tout temps.

La chambre d'invités s'ouvre sur un balcon qui surplombe... - image 1.1

Agrandir

La chambre d'invités s'ouvre sur un balcon qui surplombe la rivière des Prairies.

Un agent immobilier les avait appelés pour leur demander la permission de visiter leur propriété. « Il nous assurait qu'il avait un client intéressé par notre maison. Personnellement, je ne le croyais pas trop, trop ! », se souvient la jeune octogénaire, l'oeil rieur et le sourire enjôleur.

Mais il disait vrai. En deux coups de cuillère à pot, le fameux client a acheté la maison du couple. « Il a bien fallu que je me résigne », se rappelle Mme Blanchard, un brin amusée aujourd'hui.

Elle a de quoi rire de ses hésitations d'il y a plus de 20 ans. Le condo qui avait séduit sa douce moitié est très beau. « Mon mari voulait absolument vivre au bord de l'eau. Le jour où on a vendu la maison, on a arpenté toutes les rives de la rivière des Prairies ! »

Ils ont choisi l'Héritage, un édifice ensoleillé qui venait d'être construit en 1991.

« Pour toutes sortes de raisons, c'était l'endroit idéal pour nous, il y avait deux balcons, beaucoup de rangement et une vue fabuleuse. »

Hélas, le mari de Mme Blanchard n'a pas pu profiter longtemps de son nouveau chez-soi, puisqu'il est mort peu de temps après le déménagement. Sa femme est restée dans ce lieu qu'elle a rapidement appris à aimer.

VUE SUR LA VILLE

Le plan initial de l'appartement comprenait trois chambres. Pour maximiser l'ouverture vers le bois Saraguay et bien au-delà (dont l'ensemble du mont Royal), Mme Blanchard a fait retirer le mur mitoyen entre la salle à manger et une des chambres, créant ainsi un vaste espace ouvert sur la rivière qui coule sous les fenêtres. En tout, la façade de l'appartement fait 55 pieds. La chambre principale ainsi que toutes les autres pièces possèdent des ouvertures spacieuses qui permettent un flot de lumière dans chacune d'entre elles.

Elle a effectué d'autres rénovations au fil des ans. La cuisine compte maintenant plus de rangement avec l'ajout de deux garde-manger dont le revêtement en stratifié lustré est identique aux armoires d'origine.

Les deux salles de bains ont été complètement remises à neuf. « J'ai fait retirer le papier peint et les tapis à la grandeur. C'était la mode, que voulez-vous ! Autres temps, autres moeurs ! »

Les carpettes vieux rose ont fait place à des lattes de chêne d'ingénierie noisette.

TROIS AIRES

Passé le seuil, on a trois choix : droit devant, pour le salon et la salle de télévision, à gauche pour les chambres et au centre pour la cuisine, la salle à manger et le bureau. Les chambres sont flanquées de deux terrasses quasi identiques. Les copropriétaires ont le droit d'avoir un gril à l'extérieur.

« Il y a beaucoup d'avantages à vivre ici, confirme Mme Blanchard qui, décidément, s'est bien remise de ses premières hésitations. L'appartement est assez grand pour recevoir mes enfants, il y a une piscine intérieure et une autre à l'extérieur, un gym, un sauna, deux places de garage à l'intérieur, une marina, un climatiseur central... » Sans parler du portier présent 24 heures sur 24.

De l'extérieur, l'édifice rappelle un paquebot en verre. On y accède par un pont qui relie Laval à l'île. On s'y sent à la fois loin de tout et près de tout, les aires commerciales se trouvant à quelques minutes.

Mme Blanchard quitte son appartement, mais ne sait pas encore où elle ira. Mais, c'est garanti, elle n'aura pas d'hésitations cette fois.

La propriété en bref 

Prix demandé: 699 000$

Année de construction: 1991

7 pièces, comprenant 2 chambres, 1 bureau, 2 salles de bains

Superficie utile: 1630 pi2

Évaluation municipale: 587 800$

Charges annuelles de copropriété: 6804$

Impôt foncier: 4696$

Taxe scolaire: 1273$

Courtière: Carole Lemieux, Sotheby's International Realty

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer