Saint-Vincent-de-Paul: cure de jouvence près de la rivière

  • Le propriétaire n'a gardé que le solage et les blocs de béton qui constituaient la charpente originale de la maison. Il a complètement redéfini les espaces extérieurs et intérieurs. Construite en hauteur, elle compte six demi-paliers. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Le propriétaire n'a gardé que le solage et les blocs de béton qui constituaient la charpente originale de la maison. Il a complètement redéfini les espaces extérieurs et intérieurs. Construite en hauteur, elle compte six demi-paliers.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 1 / 5
  • La cuisine est installée au rez-de-chaussée. Les parquets, comme tous ceux de la propriété, sont en bois brésilien qui s'apparente à une essence tigrée. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    La cuisine est installée au rez-de-chaussée. Les parquets, comme tous ceux de la propriété, sont en bois brésilien qui s'apparente à une essence tigrée.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 2 / 5
  • Un foyer a été installé à l'une des extrémités du grand salon. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Un foyer a été installé à l'une des extrémités du grand salon.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 3 / 5
  • La salle de bains de la chambre principale. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    La salle de bains de la chambre principale.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 4 / 5
  • Une piscine a été ajoutée à l'avant de la maison, face à la rivière. (Photo courtoisie)

    Plein écran

    Une piscine a été ajoutée à l'avant de la maison, face à la rivière.

    Photo courtoisie

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

D'abord, il faut savoir où se cache la rue du Barrage, condition indispensable pour repérer la propriété de Guy Girouard. Et quand on la trouve, on comprend pourquoi l'entrepreneur s'est mis en tête, il y a deux ans, d'acheter la maison qui s'y trouvait. Le site est drôlement intéressant. La maison aussi.

On est en bordure de la rivière des Prairies, à Laval, tout juste à l'est du barrage hydroélectrique de Saint-Vincent-de-Paul. La rue, un brin escarpée, descend le long de la falaise.

De chez M. Girouard, on n'entend que les rapides de la rivière et les quelques voitures qui s'aventurent jusqu'au bout du cul-de-sac. Durant les années 70, un entrepreneur a construit des tours de condos. Plus récemment, d'autres ont été érigées à l'ouest. Mais au bout de la rue, il n'y a que quelques maisons unifamiliales, dont celle-ci.

M. Girouard est entrepreneur en construction. C'est la dernière de ses nombreuses carrières. Il a été propriétaire de discothèques (célèbres!), a trempé dans la coiffure, a vendu des voitures, a plongé dans le design... bref, notre homme porte plusieurs chapeaux et possède autant de talents. Il y a cinq ans, il changeait de cap: il concentrerait désormais ses efforts sur la rénovation domiciliaire. «J'ai toujours travaillé à temps perdu dans la construction, j'ai décidé d'en faire un emploi à temps plein.»

Sa signature propre

Il a donc repéré des propriétés au potentiel de revente intéressant. «Ça prend le bon spot.» Il les a achetées, une à une, puis les a dégarnies et rebâties. On peut en voir quelques-unes dans le quartier Duvernay à Laval, des ranchs qu'il a transformés puis revendus, en y laissant son empreinte personnelle. Il a fait de même avec la sienne.

Sa griffe est partout: le bois chocolat, les portes en verre trempé, les lignes épurées. Un mélange d'éléments réchauffants et apaisants, au look moderne.

«Ici, j'ai tout enlevé, il ne restait que le solage et les blocs de béton. Les terrains du quartier reposent sur du roc (on est tout près de l'ancienne carrière Demix). Les maisons sont solides, il n'y a pas de fissures nulle part», constate notre constructeur.

Comme dans ses autres constructions, il conçoit tout lui-même et réalise «sans plan, au pif», précise-t-il. «J'y vais selon mon humeur.» On a peine à le croire tellement l'intégration est réussie. Tout a été installé minutieusement. Prenez les pierres au mur du salon. «Je ne voulais pas mettre des joints en silicone, ça aurait juré.» Il a donc appliqué la silicone transparente, mais l'a saupoudrée de poussière de béton. C'est à s'y méprendre.

La maison est en hauteur avec ses six demi-paliers. Chacun est séparé de l'autre par des marches ouvertes et des panneaux en verre trempé. Du salon au rez-de-jardin, on voit de haut en bas. Plus que tout, la rivière est apparente de partout. Les arbres aussi. La nouvelle piscine creusée est installée au deuxième palier.

Les teintes et le style rappellent les constructions contemporaines en vogue dans les nouveaux quartiers. Cela contraste avec les maisons avoisinantes, dont celles qui datent des années 60. Plusieurs, d'ailleurs, ont subi un lifting. «Quand j'ai commencé à rénover les maisons, les gens prenaient des photos et les montraient à leur entrepreneur.»

Il quitte la maison pour une autre qu'il n'a pas encore choisie, ce qui viendra en temps et lieu, dit-il. Car comme pour les autres, il faut trouver «le bon spot». À suivre donc.

La propriété en bref

> Prix demandé: 999 900$

> Année de construction: 1976, rénovée en 2012-2014

> 10 pièces, dont 3 chambres, 3 salles de bain, 2 salles d'eau.

> Piscine creusée, cinq terrasses, verrière, sauna, terrain en pente aménagé, garage double.

> Superficie utile: 4500 pi2

> Superficie du terrain: 14 550 pi2

> Évaluation municipale: 559 600$

> Impôt foncier: 4264$

> Taxes scolaires: 1215$

> Tous les meubles et électros sont compris

Courtiers: Madeleine Sollazzo et Fabio Sollazzo, Re/Max 2000.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer