Sainte-Thérèse: authentique mid-century

  • On ne voit ici qu'une partie de la maison qui s'étend sur presque toute la largeur du terrain de 36 000 pi<sup>2</sup>. (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    On ne voit ici qu'une partie de la maison qui s'étend sur presque toute la largeur du terrain de 36 000 pi2.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 1 / 5
  • La cuisine est d'origine, mais on l'a améliorée au fil des ans. Notamment, le couple a ajouté un garde-manger qui longe tout le mur. (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    La cuisine est d'origine, mais on l'a améliorée au fil des ans. Notamment, le couple a ajouté un garde-manger qui longe tout le mur.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 2 / 5
  • Les cinq chambres sont de bonne dimension. Celle-ci sert aux propriétaires. Le rangement recouvert de miroirs a été ajouté. (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    Les cinq chambres sont de bonne dimension. Celle-ci sert aux propriétaires. Le rangement recouvert de miroirs a été ajouté.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 3 / 5
  • Ce foyer dans le salon est une sculpture unique. Elle a été conçue selon une méthode artisanale très en vogue dans les années 60. (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    Ce foyer dans le salon est une sculpture unique. Elle a été conçue selon une méthode artisanale très en vogue dans les années 60.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 4 / 5
  • Comme toute maison banlieusarde qui se respecte, celle-ci possède un sous-sol «fini», avec du rangement à ne plus savoir qu'en faire. En prime: les premiers propriétaires avaient installé un plan d'eau avec fontaine et un pont pour l'enjamber. Ce qu'aucun autre proprio n'a voulu enlever! (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    Comme toute maison banlieusarde qui se respecte, celle-ci possède un sous-sol «fini», avec du rangement à ne plus savoir qu'en faire. En prime: les premiers propriétaires avaient installé un plan d'eau avec fontaine et un pont pour l'enjamber. Ce qu'aucun autre proprio n'a voulu enlever!

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La maison trône tout en haut du Jardin de Blainville. Au sommet d'une montagne. Quelle montagne? Aucune idée.

«Je n'en connais pas le nom, confie la propriétaire Sylvie McClure, mais c'est la première des Laurentides!» Vérification faite auprès des hautes autorités: si ladite montagne a été baptisée, personne ne sait comment elle s'appelle. Principalement parce qu'elle ressemble davantage à une haute dénivellation qu'à une montagne. Qu'importe, la butte est bel et bien là, dans toute sa splendeur d'automne. Et des autres saisons, assurément.

Ce coin de Sainte-Thérèse rappelle les vieilles banlieues qui se sont embellies avec l'âge. Les espaces verts sont grands, les arbres aussi. Une sorte de jungle gentille, apprivoisée, mais pas trop. Les maisons ont subi des cures de rajeunissement. On a conservé les ruisseaux, on n'a jamais cru bon d'ajouter des trottoirs. Un peu la campagne, quoi. Les rues encerclent la fameuse butte, et l'hiver, quand les arbres ont perdu leurs feuilles, on s'imagine voir jusqu'à Montréal.

Les propriétaires, Bruno Authier et Sylvie McClure, étaient tombés sous le charme de ce lieu il y a 14 ans quand ils cherchaient une nouvelle maison pour leur famille. Ils en ont visité des dizaines. Puis, Mme McClure a aperçu une affiche «À vendre» dont on ne lui avait pas parlé. «Bruno ne voulait pas rentrer tellement la maison semblait grande...» Mais il a abdiqué. L'enthousiasme de sa femme était contagieux. Une heure plus tard, le couple faisait une offre d'achat.

«Oui, il y avait des travaux à effectuer, mais elle était tellement intéressante», se souvient-elle.

Intéressante, en effet.

Les matériaux utilisés ainsi que la taille et la disposition des pièces rappellent les maisons des années 60 au look californien: poutres qui suivent les plafonds inclinés, fenêtres étendues, bois exotique, dalles irrégulières au plancher, porte sculptée dans le hall d'entrée...

C'est sans compter les trois foyers assurément inédits.

À chaque découverte, on croit voir Don Draper, verre de Canadian Club à la main.

Le couple Authier-McClure était très conscient de la particularité de la propriété et a choisi de conserver l'authenticité et l'esthétique des lieux. «Ces traits existent grâce au premier propriétaire qui a fait construire la maison. C'était un homme riche, qui avait des goûts très précis, indique Mme McClure. Certaines pièces, comme la grande sculpture qui coiffe le foyer de la salle de télévision, ont été commandées à des artisans.» Même chose, sans doute, pour la cheminée de l'autre foyer, fabriquée en émail sur cuivre.

C'est sans compter le petit plan d'eau du sous-sol enjambé par un vrai pont! «Décidément, il voulait beaucoup d'originalité pour sa maison.»

Les rénovations récentes effectuées dans les salles de bains ou la cuisine, par exemple, respectent l'atmosphère: elles sont très bien intégrées. Comme l'immense garde-manger ajouté par le couple et qui se fond dans la cuisine.

Le terrain fait plus de 36 000 pi2 et la maison s'étend sur presque toute la largeur. L'arrière donne sur un boisé circonscrit par un ruisseau. Le terrain est suffisamment vaste pour accommoder trois terrasses (32 pieds de longueur chacune), une piscine creusée et un grand terrain gazonné.

La maison se divise en deux. À une extrémité, la chambre principale et sa salle de bains ainsi qu'une nursery transformée en walk-in. «Chaque pièce s'ouvre sur une des terrasses à l'arrière», fait remarquer Mme McClure. À l'autre bout, les chambres autrefois occupées par les filles du couple. Et au centre, les pièces communes. Partout, il y a des salles de bains, des placards et autres rangements. On n'est pas ici dans un concept à aire ouverte: chaque pièce a sa vocation.

Le couple a beaucoup aimé sa maison. Cela paraît quand ils nous la font visiter. Mais elle est grande (même s'ils l'habitent entièrement!). Prochaine étape, un nouveau chez-soi près de leurs meilleures amies: leurs filles.

LA PROPRIÉTÉ EN BREF 

> Prix demandé: 729 000$

> Année de construction: 1963

> Pièces: 14, dont 6 chambres, 3 salles de bains, 1 salle d'eau

> Comprend: garage double, piscine creusée, terrasses multiples, ruisseau; vue sur la ville

> Superficie utile: plus de 3300 pi2

> Superficie du terrain: 36 000 pi2

> Évaluation municipale: 573 400$

> Impôt foncier: 4466$

> Taxes scolaires: 1355$

> Courtiers: Daniel Deserres et Sonia Duplain, RE/MAX TMS 450 430-4207

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer