Habitat 67: habiter un monument historique... moderne!

  • Non seulement Habitat 67 est-elle une adresse de prestige, mais c’est aussi un monument classé par le gouvernement du Québec. L’ensemble est devenu un complexe d’habitation à copropriété indivise lorsque les anciens locataires ont acheté leur appartement de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, gestionnaire des lieux après Expo 67. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Non seulement Habitat 67 est-elle une adresse de prestige, mais c’est aussi un monument classé par le gouvernement du Québec. L’ensemble est devenu un complexe d’habitation à copropriété indivise lorsque les anciens locataires ont acheté leur appartement de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, gestionnaire des lieux après Expo 67.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 1 / 5
  • On aperçoit le salon à partir d’une ouverture percée dans le bloc de béton par le propriétaire précédent, architecte de profession. Sur la gauche, on note une longue unité de rangement installée à même le mur. La vue donne sur l’avant de l’immeuble, soit la ville. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    On aperçoit le salon à partir d’une ouverture percée dans le bloc de béton par le propriétaire précédent, architecte de profession. Sur la gauche, on note une longue unité de rangement installée à même le mur. La vue donne sur l’avant de l’immeuble, soit la ville.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 2 / 5
  • La cuisine est la seule pièce, avec une salle de bains, qui a vraiment fait l’objet d’une rénovation importante. Amoureux de la nature et du beau, le propriétaire a choisi de faire ses armoires en cerisier d’automne, une espèce indigène. Pour le plan de travail, il a choisi des carreaux de marbre insérés dans des baguettes d’érable piqué. Un mur a été enlevé pour permettre de communiquer avec la salle... (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    La cuisine est la seule pièce, avec une salle de bains, qui a vraiment fait l’objet d’une rénovation importante. Amoureux de la nature et du beau, le propriétaire a choisi de faire ses armoires en cerisier d’automne, une espèce indigène. Pour le plan de travail, il a choisi des carreaux de marbre insérés dans des baguettes d’érable piqué. Un mur a été enlevé pour permettre de communiquer avec la salle...

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 3 / 5
  • La chambre profite d’une belle lumière grâce à une fenêtre aux dimensions généreuses. Le parquet en petites lattes de bois est d’origine : il a été poncé et verni par le propriétaire lors de son arrivée il y a sept ans. L’absence relative de meubles s’explique par la présence d’espaces de rangement prévus lors de la construction. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    La chambre profite d’une belle lumière grâce à une fenêtre aux dimensions généreuses. Le parquet en petites lattes de bois est d’origine : il a été poncé et verni par le propriétaire lors de son arrivée il y a sept ans. L’absence relative de meubles s’explique par la présence d’espaces de rangement prévus lors de la construction.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 4 / 5
  • Au niveau inférieur, une chambre d’ami donne sur le côté sud d’Habitat 67. Étonnamment, la pièce dispose de trois fenêtres: on a beau habiter des cubes de béton, on ne manque pas de lumière! L’espace est suffisamment grand pour permettre d’y faire un bureau. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Au niveau inférieur, une chambre d’ami donne sur le côté sud d’Habitat 67. Étonnamment, la pièce dispose de trois fenêtres: on a beau habiter des cubes de béton, on ne manque pas de lumière! L’espace est suffisamment grand pour permettre d’y faire un bureau.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 5 / 5
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Des cubes en béton précontraint de 624 pi2; un assemblage de 354 cubes sur un terrain face au fleuve; une thèse de doctorat en trois dimensions du jeune architecte Moshe Safdie; un ensemble immobilier de 150 appartements; une construction à l'occasion de l'Exposition universelle de 1967; un monument historique classé en 2009, une attraction mondiale devenue icône de Montréal: nous sommes à Habitat 67.

Cette merveille d'ingéniosité a attiré le propriétaire en ces lieux. Notre homme est un esthète et il trouve chaussure à son pied, car il est lui-même un monument. Nous sommes chez Champlain Charest. Celui du Bistro à Champlain, à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson. Le médecin spécialiste, devenu spécialiste des vins. Mais aussi amateur de chasse et de pêche. Et d'art.

Ce qui lui plaît à Habitat 67, c'est qu'il a de la place sur les murs pour exposer ses tableaux. On a parfois l'impression d'être en plein musée: Jean-Paul Riopelle, Joan Mitchell, Charles Carson, Marc Séguin. Tiens, il s'est présenté à l'appartement lors de notre visite, car Séguin est un ami de chasse du bon docteur. Comme l'était Riopelle.

Champlain Charest est un homme attachant qui a su rester simple. Quand il est en ville, dans ce condo qui embrasse le coeur de Montréal, il se rend au centre-ville en autobus, car une navette est mise à la disposition des occupants d'Habitat 67. Il reprendra la voiture dans le garage uniquement pour retourner à l'Estérel, où il a une maison.

Il veut justement simplifier les choses en vendant son condo: on le comprend, car à 82 ans, il est encore très actif avec son restaurant, qui est géré par sa compagne Monique Nadeau, avec laquelle il a emménagé à Habitat 67 il y a sept ans. C'était un retour aux sources pour lui, puisqu'il y avait déjà eu un condo avec sa première femme au début des années80. Il en a acheté plusieurs, y compris pour ses deux filles, dont une est la designer de mode Marie Saint-Pierre. Au total: six achats! Il a même essayé d'acquérir l'unité que possède encore Safdie, le créateur d'Habitat 67.

Champlain Charest est plus acheteur que vendeur: il n'est pas inquiet s'il n'arrive pas à vendre ses trois cubes. Quand il aime, c'est pour longtemps: ses vins de garde et ses beaux tableaux en font foi.

Quand on lui fait remarquer que le condo n'est pas si cher, il abonde et fait par ailleurs remarquer que les autres copropriétaires hésitent eux aussi à se départir de leur résidence. Si on avance que les charges sont élevées, il sourcille et proteste; tout est compris: les taxes, l'électricité, le chauffage, les services, la navette, alouette!

On pourrait ajouter le fleuve à proximité, une belle terrasse, une splendide vue sur la ville et le sentiment d'être bien chez soi, d'être entouré de gens qui nous ressemblent, même si on ne les voit que très peu. Après tout, on vit ici dans une singulière pyramide faite de blocs savamment disposés afin d'optimiser l'art de vivre.

 La propriétéen bref

> Prix demandé: 749 000$

> Année de construction: 1967

> Pièces: 8 sur deux niveaux, dont 3 chambres et 2 salles de bains + garage et terrasse

> Comprend: appareils électroménagers (sauf cellier), système d'alarme, luminaires (sauf lustre), stores

> Évaluation municipale: 44 300 000$ (copropriété indivise)

> Impôt foncier: 1$ (inclus dans les charges de copropriété)

> Taxe scolaire: 1$ (inclus dans les charges de copropriété)

> Charges de copropriété: 29 700$ (annuel)

Courtière: Karen Karpman, Sotheby's International Québec, 514 497-8218




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer
  • Habitat 67: habiter un monument historique... moderne!
    Non seulement Habitat 67 est-elle une adresse de prestige, mais c’est aussi un monument classé par le gouvernement du Québec. L’ensemble est devenu un complexe d’habitation à copropriété indivise lorsque les anciens locataires ont acheté leur appartement de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, gestionnaire des lieux après Expo 67. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Photo Alain Roberge, La Presse

    Non seulement Habitat 67 est-elle une adresse de prestige, mais c’est aussi un monument classé par le gouvernement du Québec. L’ensemble est devenu un complexe d’habitation à copropriété indivise lorsque les anciens locataires ont acheté leur appartement de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, gestionnaire des lieux après Expo 67.

  • Habitat 67: habiter un monument historique... moderne!
    On aperçoit le salon à partir d’une ouverture percée dans le bloc de béton par le propriétaire précédent, architecte de profession. Sur la gauche, on note une longue unité de rangement installée à même le mur. La vue donne sur l’avant de l’immeuble, soit la ville. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Photo Alain Roberge, La Presse

    On aperçoit le salon à partir d’une ouverture percée dans le bloc de béton par le propriétaire précédent, architecte de profession. Sur la gauche, on note une longue unité de rangement installée à même le mur. La vue donne sur l’avant de l’immeuble, soit la ville.

  • Habitat 67: habiter un monument historique... moderne!
    La cuisine est la seule pièce, avec une salle de bains, qui a vraiment fait l’objet d’une rénovation importante. Amoureux de la nature et du beau, le propriétaire a choisi de faire ses armoires en cerisier d’automne, une espèce indigène. Pour le plan de travail, il a choisi des carreaux de marbre insérés dans des baguettes d’érable piqué. Un mur a été enlevé pour permettre de communiquer avec la salle à manger. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Photo Alain Roberge, La Presse

    La cuisine est la seule pièce, avec une salle de bains, qui a vraiment fait l’objet d’une rénovation importante. Amoureux de la nature et du beau, le propriétaire a choisi de faire ses armoires en cerisier d’automne, une espèce indigène. Pour le plan de travail, il a choisi des carreaux de marbre insérés dans des baguettes d’érable piqué. Un mur a été enlevé pour permettre de communiquer avec la salle à manger.

  • Habitat 67: habiter un monument historique... moderne!
    La chambre profite d’une belle lumière grâce à une fenêtre aux dimensions généreuses. Le parquet en petites lattes de bois est d’origine : il a été poncé et verni par le propriétaire lors de son arrivée il y a sept ans. L’absence relative de meubles s’explique par la présence d’espaces de rangement prévus lors de la construction. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Photo Alain Roberge, La Presse

    La chambre profite d’une belle lumière grâce à une fenêtre aux dimensions généreuses. Le parquet en petites lattes de bois est d’origine : il a été poncé et verni par le propriétaire lors de son arrivée il y a sept ans. L’absence relative de meubles s’explique par la présence d’espaces de rangement prévus lors de la construction.

  • Habitat 67: habiter un monument historique... moderne!
    Au niveau inférieur, une chambre d’ami donne sur le côté sud d’Habitat 67. Étonnamment, la pièce dispose de trois fenêtres: on a beau habiter des cubes de béton, on ne manque pas de lumière! L’espace est suffisamment grand pour permettre d’y faire un bureau. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Photo Alain Roberge, La Presse

    Au niveau inférieur, une chambre d’ami donne sur le côté sud d’Habitat 67. Étonnamment, la pièce dispose de trois fenêtres: on a beau habiter des cubes de béton, on ne manque pas de lumière! L’espace est suffisamment grand pour permettre d’y faire un bureau.