Sainte-Anne-des-Lacs: coup de coeur à la campagne

  • Conçue par un architecte en 1987, la maison est construite sur le roc d’un mont, ce qui assure une belle vue sur les environs et beaucoup de calme. Les colombages et les toits en pente sont caractéristiques du style Tudor. Sur la droite, on devine le garage; tout autour, à l’arrière, des terrasses dominent le paysage. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Conçue par un architecte en 1987, la maison est construite sur le roc d’un mont, ce qui assure une belle vue sur les environs et beaucoup de calme. Les colombages et les toits en pente sont caractéristiques du style Tudor. Sur la droite, on devine le garage; tout autour, à l’arrière, des terrasses dominent le paysage.

    Photo David Boily, La Presse

  • 1 / 5
  • Bien que voisine du salon et de la cuisine, la salle à manger est une pièce fermée. À remarquer, les fenêtres en chêne à croisillons sont laissées à nu pour bénéficier d’un maximum de lumière et profiter du paysage enchanteur de ce village laurentien (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Bien que voisine du salon et de la cuisine, la salle à manger est une pièce fermée. À remarquer, les fenêtres en chêne à croisillons sont laissées à nu pour bénéficier d’un maximum de lumière et profiter du paysage enchanteur de ce village laurentien

    Photo David Boily, La Presse

  • 2 / 5
  • Cette tourelle ajoute un côté très spectaculaire à l’architecture de la maison. Et on n’a pas lésiné sur la qualité de réalisation: les détails de finition abondent. Vue de l’extérieur, cette partie est surmontée d’une girouette; à l’intérieur, elle couronne la cage d’escalier. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Cette tourelle ajoute un côté très spectaculaire à l’architecture de la maison. Et on n’a pas lésiné sur la qualité de réalisation: les détails de finition abondent. Vue de l’extérieur, cette partie est surmontée d’une girouette; à l’intérieur, elle couronne la cage d’escalier.

    Photo David Boily, La Presse

  • 3 / 5
  • Le bureau de consultation du psychologue en résidence comprend des portes pour la privauté des patients, mais il constitue néanmoins un irritant pour sa conjointe dont les déplacements sont entravés lorsque les visiteurs sont dans la salle d’attente située au pied de l’escalier. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Le bureau de consultation du psychologue en résidence comprend des portes pour la privauté des patients, mais il constitue néanmoins un irritant pour sa conjointe dont les déplacements sont entravés lorsque les visiteurs sont dans la salle d’attente située au pied de l’escalier.

    Photo David Boily, La Presse

  • 4 / 5
  • Construite il y a plus de 20 ans, la cuisine a bien tenu le coup. Il aura suffi d’envoyer les portes en bois à l’usine pour les laquer à nouveau; on n’a même pas eu à changer les poignées! Deux éléments forts: la hotte en cuivre et les poutres décoratives au plafond. Une terrasse très fréquentée est accessible par la porte-fenêtre. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Construite il y a plus de 20 ans, la cuisine a bien tenu le coup. Il aura suffi d’envoyer les portes en bois à l’usine pour les laquer à nouveau; on n’a même pas eu à changer les poignées! Deux éléments forts: la hotte en cuivre et les poutres décoratives au plafond. Une terrasse très fréquentée est accessible par la porte-fenêtre.

    Photo David Boily, La Presse

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

«Un coup de coeur», c'est ainsi que Nicole Tremblay qualifie son état d'esprit et celui de son conjoint, Christian Forget, lorsqu'ils ont découvert cette propriété en 2012. Ils étaient pourtant partis à la recherche d'une maison contemporaine, et se retrouvaient avec une de style Tudor!

«On se croirait dans une auberge», aurait alors déclaré Christian, un habitué des Laurentides dans sa jeunesse. Peut-être était-ce la concrétisation d'un rêve d'enfance? Toujours est-il que le couple, amoureux d'architecture, n'allait pas bouder son plaisir: passer du triplex victorien en ville à une maison à étage d'un genre encore plus ancien permettait à ces gens audacieux et aventuriers de vivre une autre expérience architecturale.

Nichée sur un monticule dans une municipalité peu connue des Laurentides, la maison bénéficie d'une vue sur la campagne environnante, à un jet de pierre du turbulent village de Saint-Sauveur-des-Monts. Pourtant, le village de Sainte-Anne-des-Lacs est isolé, oublié, tranquille et peu fréquenté des habitués de la 15.

Nicole se plaît à habiter un endroit calme qui n'est pourtant qu'à 40 minutes de Montréal. «J'aime les contrastes», dit-elle en évoquant cette dichotomie ville-village.

D'ailleurs, Christian qui est psychologue de pratique privée, a toujours un bureau urbain en plus de celui qu'il a à la maison. Même si le cabinet est stratégiquement placé près de la porte d'entrée, avec antichambre et salle de bains d'appoint, il irrite pour Nicole: elle ne peut pas déambuler à son aise lorsque des patients se présentent pour une consultation. D'autant que cette réalisatrice retraitée de Radio-Canada travaille aussi à la pige à partir de chez elle. Il faudra revoir l'aménagement des bureaux la prochaine fois.

«Ce que j'apprécie ici, c'est que l'on voit les saisons», explique Nicole. En été, ils font des randonnées à pied; en hiver, ils s'adonnent au ski et à la raquette. À la belle saison, ils profitent pleinement du grand air en prenant leurs trois repas par jour sur la terrasse. Et les maringouins? Il n'y en a pas! Du moins pas dans les hauteurs de ce lieu de 91 000 pi2; l'absence de plan d'eau explique aussi ce miracle.

Néanmoins, les propriétaires profitent d'une cascade qui descend vers une gloriette sur ce terrain qui avait été bien aménagé à l'origine, et que les nouveaux acquéreurs ont entretenu et enjolivé. À l'intérieur aussi, ils ont fait des mises à niveau, car le look était trop vieillot à leur goût. Exit les lourdes tentures inutiles: les voisins sont éloignés et le paysage, sublime.

À l'usine, les portes d'armoires de cuisine en érable, pour être laquées à neuf. Pour la salle familiale, acquisition d'un poêle à gaz performant pour se protéger en cas de pannes d'électricité, fréquentes dans cette région. Une génératrice fait aussi partie de la trousse d'urgence et d'autosuffisance. À noter que l'eau à boire est puisée d'un puits et que les eaux usées sont traitées par un tout nouveau système à la fine pointe de la technologie.

Nicole et Christian sont maintenant à la recherche d'un terrain dans les environs pour leur future maison. Habitués à profiter d'une belle vue, l'exercice s'avère difficile, car on doit trouver l'emplacement idéal. Mais en ce qui a trait au style, ils s'entendent: ce sera contemporain. À moins qu'ils ne soient encore victimes entretemps d'un nouveau coup de coeur...

Une visite libre aura lieu demain de 14h à 16h. La propriété est située au 14, chemin Edelweiss, à Sainte-Anne-des-Lacs.

La propriété en bref

> Prix demandé: 748 000$

> Année de construction: 1987

> Pièces:10, dont 4 chambres, 3 salles de bains et 1 salle d'eau + garage

> Comprend: électroménagers, luminaires, habillages de fenêtre, système d'alarme, aspirateur central, gloriette

> Évaluation municipale: 762 635$

> Impôt foncier: 4371$

<saxo:ch value="226 128 137"/>> Taxe scolaire<saxo:ch value="226 128 137"/>: 876$

<saxo:ch value="226 128 137"/>Courtière<saxo:ch value="226 128 137"/>: Marie-Claire Rémillard, Profusion Immobilier, 514 975-5731




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer