Fabreville: un architecte à la rescousse

  • En façade, la maison dépasse le garage en hauteur. Les bâtiments sont entièrement recouverts de bardeaux d’ardoise provenant d’une carrière québécoise. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    En façade, la maison dépasse le garage en hauteur. Les bâtiments sont entièrement recouverts de bardeaux d’ardoise provenant d’une carrière québécoise.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 1 / 5
  • Grâce à un dénivelé du terrain, la maison dispose d’un rez-de-jardin très ensoleillé. Sur toute la longueur, un balcon surmonté d’une marquise en aluminium peint et un plafond en cèdre, le même qu’à l’intérieur. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Grâce à un dénivelé du terrain, la maison dispose d’un rez-de-jardin très ensoleillé. Sur toute la longueur, un balcon surmonté d’une marquise en aluminium peint et un plafond en cèdre, le même qu’à l’intérieur.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 2 / 5
  • Sur toute la longueur du mur, des portes et des fenêtres en alu. Le proprio aurait voulu que l’ardoise se poursuive jusque dehors (comme le plafond en cèdre), mais les coûts auraient été trop élevés: sage décision de comptable. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Sur toute la longueur du mur, des portes et des fenêtres en alu. Le proprio aurait voulu que l’ardoise se poursuive jusque dehors (comme le plafond en cèdre), mais les coûts auraient été trop élevés: sage décision de comptable.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 3 / 5
  • Très dépouillée, la chambre reprend la typologie de la maison: cèdre, ardoise et plâtre. Derrière le mur à mi-hauteur, la garde-robe de type walk-in dispose d’une fenêtre. Le lit est signé Normand Couture. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Très dépouillée, la chambre reprend la typologie de la maison: cèdre, ardoise et plâtre. Derrière le mur à mi-hauteur, la garde-robe de type walk-in dispose d’une fenêtre. Le lit est signé Normand Couture.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 4 / 5
  • Salon, salle à manger et cuisine occupent le même espace traité comme un loft. Le bloc comprenant armoires et électroménagers ne monte pas jusqu’au plafond pour permettre à la lumière de passer. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Salon, salle à manger et cuisine occupent le même espace traité comme un loft. Le bloc comprenant armoires et électroménagers ne monte pas jusqu’au plafond pour permettre à la lumière de passer.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

C'est une Cadillac 1940 qui est à l'origine de cette maison. Enfin, presque. Denis Lacroix est un comptable qui a une voiture de collection, une seule. Un très beau modèle entièrement remis à neuf, avec chrome rutilant et pneus à flancs ultra blancs. Dans le condo qu'il habitait, il devait s'éloigner de la belle, et cela l'embêtait. Il a donc décidé de se faire construire une maison... avec garage.

Facile, car ce Lavallois de souche avait passé sa vie dans le secteur, à un jet de pierre de la maison où son père a vu le jour. Sur des terres familiales à vocation agricole qui ont lentement pris un tournant résidentiel, sous l'impulsion du clan Lacroix, justement. Il avait donc sous les yeux une parcelle de terrain, à forme irrégulière, légèrement en retrait de ses voisins, sur laquelle serpentait un joli ruisseau. En 2007, il passe la commande auprès de la firme d'architectes Affleck de la Riva: une maison longue de près de 80 pieds d'un seul étage, mais avec un rez-de-jardin très éclairé, obtenu grâce à une dénivellation du sol. Cet étage inférieur se prêterait très bien à devenir une résidence intergénérationnelle.

Au rez-de-chaussée, on retrouve un grand espace où cuisine, salle à manger et salon occupent les lieux. On s'y sent comme dans un loft, avec les plafonds hauts. Mais la touche du professionnel nous ramène rapidement à ce que c'est véritablement: une maison d'architecte. Du mur entièrement vitré, on accède à un balcon, une terrasse, une coursive - peu importe le nom qu'on lui donne - en cèdre qui prend une patine grisâtre se mariant au parement en ardoise québécoise de teinte anthracite. Les fenêtres et les trois portes oscillo-battantes en aluminium peint, de même que le garde-corps, ont été choisis pour leurs qualités: longévité et absence d'entretien. Voilà pour le côté cartésien du propriétaire, comptable de formation. Mais il a aussi un côté écolo: il apprécie le solaire passif, la géothermie, le ruisseau (qui apporte de la fraîcheur en été), la corde à linge!

Stratégiquement située entre les autoroutes 13 et 15, entre la 440 et la 640, la maison est entourée de verdure, et la vue sur les voisins est limitée. On y accède par une étroite allée qui donne sur un mur aveugle et le garage, faisant un écran visuel et sonore. Malgré l'abondante fenestration, côté piscine, l'immeuble est conçu pour assurer beaucoup d'intimité à l'occupant. Durant l'été, la belle bagnole occupe le garage avec le véhicule de tous les jours, mais à l'hiver, M. Lacroix l'entrepose à l'étage inférieur, dans un espace qui fait toute la longueur de la bâtisse sur la moitié de sa largeur, accessible par une porte de garage standard. Pourquoi si grand? La collection de voitures pourrait grossir. À moins que les futurs acquéreurs ne transforment le tout en chambres ou cinéma: des fenêtres existent déjà, et d'autres pourraient être percées dans ce solage. Avec ces possibilités, actuelles ou virtuelles, qu'est-ce qui peut bien pousser notre propriétaire à vendresa maison? Lorsque la maison du grand-père, située au fond du lot, a été démolie récemment, M. Lacroix a senti qu'un lien venait de se rompre avec le passé et qu'il pouvait maintenant chercher ailleurs qu'à Fabreville pour déménager. Mais la vraie raison se trouve du côté des autos. Comme il travaille au centre-ville de Montréal, les trajets sont trop longs. Ces pertes de temps commencent à lui peser. Il n'abandonne pas l'idée d'acheter une résidence avec garage, car sa Caddie le suivra, encore une fois.

La propriété en bref

Prix demandé: 1 488 000$

Année de construction: 2008

Nombre de pièces: 13, dont 2 chambres et 2 salles de bains ainsi qu'un garage séparé

Comprend: électroménagers, stores, aspirateur central, accessoires de piscine

Évaluation municipale: 653 600$

Impôt foncier: 7791$

Taxe scolaire: 1276$

Avec un ruisseau

Courtier: John Di Pietro (514 726-1400) et Cyrille Girard (514 582-2810) Sotheby's International Realty Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Fabreville: un architecte à la rescousse
    En façade, la maison dépasse le garage en hauteur. Les bâtiments sont entièrement recouverts de bardeaux d’ardoise provenant d’une carrière québécoise. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    En façade, la maison dépasse le garage en hauteur. Les bâtiments sont entièrement recouverts de bardeaux d’ardoise provenant d’une carrière québécoise.

  • Fabreville: un architecte à la rescousse
    Grâce à un dénivelé du terrain, la maison dispose d’un rez-de-jardin très ensoleillé. Sur toute la longueur, un balcon surmonté d’une marquise en aluminium peint et un plafond en cèdre, le même qu’à l’intérieur. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Grâce à un dénivelé du terrain, la maison dispose d’un rez-de-jardin très ensoleillé. Sur toute la longueur, un balcon surmonté d’une marquise en aluminium peint et un plafond en cèdre, le même qu’à l’intérieur.

  • Fabreville: un architecte à la rescousse
    Sur toute la longueur du mur, des portes et des fenêtres en alu. Le proprio aurait voulu que l’ardoise se poursuive jusque dehors (comme le plafond en cèdre), mais les coûts auraient été trop élevés: sage décision de comptable. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Sur toute la longueur du mur, des portes et des fenêtres en alu. Le proprio aurait voulu que l’ardoise se poursuive jusque dehors (comme le plafond en cèdre), mais les coûts auraient été trop élevés: sage décision de comptable.

  • Fabreville: un architecte à la rescousse
    Très dépouillée, la chambre reprend la typologie de la maison: cèdre, ardoise et plâtre. Derrière le mur à mi-hauteur, la garde-robe de type walk-in dispose d’une fenêtre. Le lit est signé Normand Couture. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Très dépouillée, la chambre reprend la typologie de la maison: cèdre, ardoise et plâtre. Derrière le mur à mi-hauteur, la garde-robe de type walk-in dispose d’une fenêtre. Le lit est signé Normand Couture.

  • Fabreville: un architecte à la rescousse
    Salon, salle à manger et cuisine occupent le même espace traité comme un loft. Le bloc comprenant armoires et électroménagers ne monte pas jusqu’au plafond pour permettre à la lumière de passer. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

    Salon, salle à manger et cuisine occupent le même espace traité comme un loft. Le bloc comprenant armoires et électroménagers ne monte pas jusqu’au plafond pour permettre à la lumière de passer.