Près de 3000 pi2 dans un ancien entrepôt du Vieux-Montréal

  • L'appartement se trouve au troisième niveau de cet immeuble de la Place d'Youville. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    L'appartement se trouve au troisième niveau de cet immeuble de la Place d'Youville.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 1 / 14
  • Neuf fenêtres donnent sur la place d'Youville et le Centre d'histoire de Montréal. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Neuf fenêtres donnent sur la place d'Youville et le Centre d'histoire de Montréal.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 2 / 14
  • Les poutres et les piliers en bois brut créent des divisions psychologiques entre le salon, la salle à manger et la salle de billard. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Les poutres et les piliers en bois brut créent des divisions psychologiques entre le salon, la salle à manger et la salle de billard.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 3 / 14
  • La cuisine se trouve au centre du vaste appartement. Au fond, une juliette donne sur une petite cour intérieure. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    La cuisine se trouve au centre du vaste appartement. Au fond, une juliette donne sur une petite cour intérieure.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 4 / 14
  • Des dizaines de pilliers de bois rythment le plan à aire ouverte des pièces principales. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Des dizaines de pilliers de bois rythment le plan à aire ouverte des pièces principales.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 5 / 14
  • Du verre givré sépare la douche et la baignoire. Une penderie se cache derrière le meuble-lavabo. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Du verre givré sépare la douche et la baignoire. Une penderie se cache derrière le meuble-lavabo.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 6 / 14
  • La salle de bains principale contient deux douches. Celle-ci est ouverte sur la vaste chambre aménagée le long d'un mur de brique. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    La salle de bains principale contient deux douches. Celle-ci est ouverte sur la vaste chambre aménagée le long d'un mur de brique.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 7 / 14
  • L'une des pièces fermées abrite un bureau. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    L'une des pièces fermées abrite un bureau.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 8 / 14
  • Chacune des chambres abrite une relique de l'entrepôt de jadis: il s'agit d'une porte, condamnée (un autre immeuble se trouve derrière). (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Chacune des chambres abrite une relique de l'entrepôt de jadis: il s'agit d'une porte, condamnée (un autre immeuble se trouve derrière).

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 9 / 14
  • Les plafonds sont relativement bas dans la chambre principale et les autres sections de l'appartement. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Les plafonds sont relativement bas dans la chambre principale et les autres sections de l'appartement.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 10 / 14
  • Les nombreuses poutres conservées dans l'appartement lui confèrent un cachet original. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Les nombreuses poutres conservées dans l'appartement lui confèrent un cachet original.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 11 / 14
  • Un faux-fini antique décore le plafond et les murs du logement. Il y a deux salles de bains équipées de douches en céramique. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Un faux-fini antique décore le plafond et les murs du logement. Il y a deux salles de bains équipées de douches en céramique.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 12 / 14
  • La cuisine donne sur un séjour, ce qui permet à la cuisinière du foyer de garder contact avec ses invités installés de l'autre côté du bar. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    La cuisine donne sur un séjour, ce qui permet à la cuisinière du foyer de garder contact avec ses invités installés de l'autre côté du bar.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 13 / 14
  • Les poutres et les piliers en bois brut créent des divisions psychologiques entre le salon, la salle à manger et la salle de billard. (Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Les poutres et les piliers en bois brut créent des divisions psychologiques entre le salon, la salle à manger et la salle de billard.

    Photo: Valérie Vézina, collaboration spéciale

  • 14 / 14

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une patine authentique imprègne les 2914 pieds carrés de cet appartement du Vieux-Montréal, au deuxième étage d'un édifice centenaire de la place d'Youville. Un ancien entrepôt recouvert de brique, occupé dès 1906 par un importateur de «produits alimentaires fins», la Howe McIntyre Company, selon le site officiel du Vieux-Montréal. Seul le rez-de-chaussée a servi d'entrepôt au propriétaire suivant, une entreprise de sauvetage maritime.

On est tout près du Vieux-Port, un attrait pour le couple ayant acquis l'endroit en 2010, quelques années seulement après la transformation de l'immeuble en copropriétés. «On a l'ambiance de la rue Saint-Paul, les galeries, notre baguette au coin de la rue, sans l'action touristique de la place Jacques-Cartier», dit Sylvie Mongeau, 53 ans.

Autre avantage, plutôt rare dans ce secteur: elle et Hubert Pelletier, son conjoint de 63 ans, ont une terrasse privée sur le toit. Les jeudis midi l'an dernier, la musique des concerts donnés dans la petite place d'Youville entrait par leurs fenêtres, précise la jeune retraitée. Le clic-clac des chevaux dans la rue fait partie de l'ambiance sonore.

Par contre, il n'y a pas d'ascenseur ni de balcon, à part une juliette donnant sur une petite cour intérieure bétonnée.

Il n'y pas de stationnement non plus. C'est facile de se garer dans la rue avec une vignette, affirme Mme Mongeau. «Nous pouvons dire que le vendredi soir, en été, il faut marcher un ou deux coins de rue.»

Ils cohabitent avec le fils de madame, âgé de 20 ans, et le ménage est passé de trois véhicules à un seul. Le métro Square-Victoria se trouve à 800 m, et la promenade n'est pas banale, entre les immeubles élégants de la rue McGill comme l'édifice du Grand Tronc (1899-1902) et la façade d'une ancienne épicerie datant de 1850 intégrée au Boris Bistro, et la vue naissante du centre-ville moderne au-delà.

Beaucoup d'espace

Le vestibule de ce logis similaire à un loft s'ouvre dans une immense pièce. La cuisine se trouve quelque part au centre de ce plan ouvert. Une cuisinière électrique, une hotte-micro-ondes et un mini dosseret en inox longent un mur, avec divers rangements et le frigo. Un espace de séjour douillet attend les invités du côté opposé, près d'un bar vitré installé au-dessus du comptoir en bois coiffant des armoires basses.

Billard, salle à manger et salon avec foyer se trouvent plus près des neuf fenêtres, en plus d'une aire de circulation dépouillée - sans aucun meuble - entre ces espaces et la cuisine.

«Il y a de l'espace pour respirer, il y a de la lumière», apprécie M. Pelletier.

C'est celui des deux qui a craqué en premier pour cet habitat particulier. C'était un jour de printemps. Le couple avait visité une vingtaine de condos dans ce secteur et près du stade et du marché Atwater. «C'était toujours trop petit.» Là, ils peuvent aller faire leurs emplettes en bicyclette au marché et profiter de ce lieu de vie mêlant cachet et vie de quartier.

Il y a deux chambres fermées. Chacune arbore une relique de l'ancien entrepôt: il s'agit d'une porte large et basse (condamnée) avec des pentures en fer. Il serait possible d'agrandir le bureau de l'étudiant pour y créer une troisième chambre, près d'une salle de bains avec douche en céramique, à l'avant de l'appartement.

Une baignoire et une douche pour deux personnes se trouvent directement dans la chambre principale de presque 500 pieds carrés, laquelle abrite aussi un boudoir pour lire et rêver à l'abri de la rumeur de la rue.

Mme Mongeau, quant à elle, recherchait des plafonds de 15 pieds. L'horizontalité spacieuse du lieu l'a gagnée.

Mais ça, c'était hier. Maintenant, elle songe à son univers qui changera radicalement. «Quand je suis couchée dans mon lit, je pense à notre prochaine vie dans un univers de sept mètres!» Elle parle de la longueur du véhicule récréatif que le couple veut acquérir en Europe en vue de faire le tour du monde. C'est pour cette raison qu'ils veulent vendre toutes leurs possessions ou presque, y compris ce logement.

La propriété en bref

Prix demandé: 925 000$.

Année de construction: 1906/2002.

Nombre de pièces: 5 dont 2 chambres + 2 salles de bains.

Comprend cuisinière, réfrigérateur, lave-vaisselle, micro-ondes, laveuse, sécheuse, luminaires, armoire-penderie, rangements dans la penderie de la chambre principale.

Évaluation municipale (2013): 681 400$.

Frais de copropriété annuels: 5184$ .

Impôt foncier (2013): 6354$.

Taxe scolaire (2012): 1381$.

À proximité d'une épicerie fine et du Centre d'histoire de Montréal.

Courtiers: Carole Baillargeon, Century 21 Max-Immo, et Cyril Jouzeau, Century 21 Innovation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer