À quel âge peut-on envoyer les enfants dormir seuls au sous-sol?

«Où est-ce qu'on va quand on veut s'amuser? Dans le sous-sol, en bas dans le... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE)

Agrandir

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Où est-ce qu'on va quand on veut s'amuser? Dans le sous-sol, en bas dans le sous-sol!», chantent Les petites tounes.

Mais y dormir, seul, toutes lumières éteintes? Là, c'est une autre chanson, dont le refrain dépendra de plusieurs facteurs.

Nous tenons évidemment pour acquis que le sous-sol est sain, sans moisissures ou vices qui pourraient nuire à la santé humaine.

Les experts s'entendent pour dire que 7 ans est l'âge minimum idéal pour envoyer un enfant dormir au sous-sol sans ses parents. Il saurait réagir si jamais une situation d'urgence survenait, comme un incendie. Mais encore faudrait-il qu'un plan d'évacuation soit mis en place. Et les discussions autour de ce plan n'auraient-elles pas pour effet d'alimenter encore plus la peur d'un enfant un peu craintif? Bref, le tempérament et la personnalité de l'enfant comptent pour beaucoup dans la décision de l'envoyer dormir à l'étage du dessous.

«Les enfants d'âge préscolaire ont tendance à vivre des périodes de cauchemars», explique Francine Ferland, ergothérapeute, professeure de la faculté de médecine de l'Université de Montréal à la retraite et auteure de plusieurs livres aux éditions du CHU Sainte-Justine. «S'il se réveille la nuit, seul au sous-sol, il va se sentir loin de ses parents. De manière générale, c'est tellement préférable de ne pas avoir son enfant trop loin lorsqu'il est petit.»

La conférencière cite en exemple le cas d'une fillette de 9 ans qui, dans un réaménagement, s'était retrouvée au fond de la maison et se sentait trop loin de ses parents. L'éloignement, l'absence des sons rassurants de la conversation des parents ou de la télévision sont les facteurs les plus déterminants. Lorsque toute la famille dort au sous-sol, c'est une autre histoire.

Le fils aîné de Martin, qui a aujourd'hui 13 ans, n'a jamais voulu dormir au sous-sol, si bien que son petit frère, qui a aujourd'hui 11 ans, s'est «sacrifié», il y a quatre ans, quand le temps est venu de les séparer. Encore aujourd'hui, il lui arrive d'aller retrouver ses parents la nuit.

Parfois, ce sont les parents qui n'aiment pas sentir que leurs enfants sont loin. «Il y avait une entrée dans la cave par la cour. Je n'aimais pas trop ça. On a tenu six mois, quand les enfants avaient 4 et 5 ans», a confié Samuel, avant de se qualifier de «papa poule» !

Lorsque tous les enfants dorment au sous-sol, le dénouement est généralement beaucoup plus heureux. Dans la famille recomposée de Julie et Jean-François, les quatre enfants (4, 6, 6 et 8 ans) dorment en bas, dans des chambres partagées. Personne ne rouspète.

Sur le forum de mamanpourlavie.com, on peut lire de nombreux témoignages de parents qui ont bien souvent été obligés de faire les chambres de leurs très jeunes enfants au sous-sol, faute d'espace. Ils sont pour la plupart positifs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer