Question de propriété: des vacances pour acheter une maison

Les ventes du mois de juillet sont « généralement... (PHOTO DAVID BOILY, archives la presse)

Agrandir

Les ventes du mois de juillet sont « généralement excellentes », selon la courtière immobilière Gilberte Lefebvre.

PHOTO DAVID BOILY, archives la presse

Yvon Laprade

Collaboration spéciale

La Presse

Certains prennent leurs vacances pour aller se prélasser sur la plage ; d'autres en profitent plutôt pour se trouver une maison.

« Je constate, depuis quelques années, que l'activité immobilière est plus intense pendant les vacances estivales, en particulier lors des vacances de la construction », souligne Andrew Mitchell, courtier au Groupe Vistacor.

Le courtier a du mal à s'expliquer les raisons qui provoquent cette « vague de chaleur dans l'immobilier ». Il assure toutefois que ses clients en vacances sont « des acheteurs très sérieux ».

« Ils me disent qu'ils souhaitent trouver une propriété en septembre, au plus tard en octobre, en vue de la rentrée scolaire », précise le courtier dont la clientèle se trouve dans l'ouest de l'Île de Montréal.

« Pendant l'été, les acheteurs peuvent mieux apprécier les maisons, l'aménagement paysager, l'état du bâtiment. Les vendeurs, de leur côté, y trouvent aussi leur compte, du fait qu'il y a moins de propriétés à vendre. »

- Andrew Mitchell, courtier

La courtière immobilière Gilberte Lefebvre, chez Royal LePage, fait le même constat. « Je ne prends jamais mes vacances en juillet et en août ! Je suis bien trop occupée pour ça ! J'attends la fin de l'été, début septembre, pour me reposer », indique-t-elle.

Elle affirme que les ventes du mois de juillet sont « généralement excellentes », et que cela est attribuable à la présence, dans le marché, d'acheteurs « qui cherchent ».

« Ils m'appellent pour me dire qu'ils sont en vacances et qu'ils veulent consacrer une partie de leur temps pour trouver une maison, ou un immeuble à logements », ajoute la courtière qui exerce ce métier depuis 15 ans à Montréal, Laval et dans la couronne nord.

Avec humour, elle précise qu'elle a parfois moins de difficulté à recruter des clients-acheteurs qu'à organiser des visites, « parce que les vendeurs sont partis en vacances ».

Une approche différente

Chose certaine, ceux qui ont décidé de mettre une pancarte « À vendre » à la mi-juillet, ou qui envisagent de le faire, ont tout avantage à faire du ménage, à l'intérieur et à l'extérieur de leur propriété, pour attirer des visiteurs.

Il faut éviter que le gazon soit trop long, que le garage soit embourbé, que les fenêtres soient sales, et que l'eau de la piscine soit brouillée... En outre, comme le rappelle le site Soumissions courtiers, une maison où il fait trop chaud, même si c'est l'été, pourrait inciter les acheteurs à aller prendre l'air et aller voir ailleurs, d'où l'importance d'avoir une climatisation efficace par temps caniculaire...

Les mois les plus actifs

Depuis 2012, juillet est le 8mois en termes de transactions, avec 2778 ventes d'unifamiliales, de condos et de plex, dans la Région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Les mois les moins actifs sont : août (2656), décembre (2376) et janvier (2223). C'est le mois de mars qui est le plus chargé, avec 4881 transactions, suivi d'avril (4836).

Source : FCIQ selon le système Centris




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer