Jeunes acheteurs en série

Gaby Tétreault, 29 ans... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Gaby Tétreault, 29 ans

Photo François Roy, La Presse

Charles-Édouard Carrier

Collaboration spéciale

La Presse

Ils ont à peine 30 ans - ou moins - et sont propriétaires d'enviables parcs immobiliers locatifs. Portraits.

Le pouvoir d'achat

Gaby Tétreault, 29 ans

Nombre d'unités locatives: 25 unités résidentielles et commerciales dans la banlieue sud de Montréal

Premier achat: Triplex à 19 ans

Pourquoi avoir choisi d'investir en immobilier?

À l'époque, j'étais menuisier et je construisais et rénovais des immeubles résidentiels pour des propriétaires. Je me suis dit que j'allais essayer d'éliminer une étape et acheter moi-même les immeubles. D'après ce que je voyais, ça ne semblait pas trop difficile: acquérir l'immeuble, faire des travaux et augmenter la valeur. C'est ce que j'ai fait et, petit à petit, j'ai pris goût à ça.

Cinq ou six mois après le premier achat, j'ai acheté un terrain pour construire un immeuble multilogement avec un rez-de-chaussée commercial. Le vendeur ne m'a pas pris au sérieux. Je me souviens, je venais de vendre ma voiture et je n'avais pas encore reçu le nouveau véhicule alors j'y suis allé en vélo. J'ai tout de même négocié avec lui, avec le peu d'expérience que j'avais. Il a accepté. Je suis allé à la municipalité pour voir ce que je pouvais faire avec le terrain. Un an plus tard, j'y avais construit trois logements et quatre commerces.

Comment voyez-vous votre avenir dans l'immobilier?

La première fois où j'ai réalisé le pouvoir d'achat réel que j'avais, c'est lorsque j'ai acheté mon troisième immeuble. J'avais suffisamment d'équité sur les deux premiers pour pouvoir acheter le troisième sans donner aucun comptant. J'ai démarré mon entreprise en construction pour pouvoir voler de mes propres ailes, du côté professionnel. Avec le Club d'investissement immobilier du Québec (CIIQ), les formations et mon réseau de contacts, j'ai bâti une clientèle presque exclusivement en multilogement.

J'ai comme but de faire de l'immobilier un travail à temps plein. Jusqu'à ce que j'aie atteint un objectif de 50 portes, je vais garder mon entreprise de construction comme emploi à temps plein.

Selon vous, en quoi investir est différent aujourd'hui?

Ceux qui ont acheté dans les années 2000, il leur suffisait d'attendre pour que leurs immeubles prennent de la valeur, même s'ils s'en occupaient à peine. Le boom est passé. Il faut être plus stratégique lorsque l'on fait des investissements.

C'est d'autant plus important de bien s'entourer. Heureusement, on ne sent pas du tout un esprit de compétition dans ce domaine. Le soleil brille pour tout le monde. On s'entraide, on partage nos expériences, personne ne veut garder ses trucs pour lui seul.

Que diriez-vous à un jeune investisseur qui souhaite se tourner vers l'immobilier?

Tout faire par soi-même, c'est beaucoup plus difficile que d'aller chercher les connaissances auprès de ceux qui les ont déjà. En achetant un immeuble, on achète une entreprise. Il faut avoir envie de gérer les locations, aimer être avec la clientèle, travailler en dehors des heures standard de 9 h à 17 h, accepter d'en faire un peu plus, surtout au début. Mais en fin de compte, je crois que ça peut assurer un très bel avenir.

Frédéric Aubry, 30 ans... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Frédéric Aubry, 30 ans

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Se faire confiance

Frédéric Aubry, 30 ans

Nombre d'unités locatives: 400 unités résidentielles dans l'île de Montréal

Premier achat: Maison jumelée à 18 ans

Comment s'est constitué votre parc immobilier?

Ç'a été assez lent au début. L'immobilier est une courbe exponentielle. J'ai commencé avec une maison, ensuite un triplex, un condo, j'ai suivi la formation du Club d'investissement immobilier du Québec (CIIQ), je suis allé chercher une licence d'entrepreneur général et j'ai construit une première maison, j'ai fait une conversion en condos d'un huit logements, j'ai flippé une petite maison, etc. En cinq ans, j'ai atteint 14 logements. Puis, avec mon équité, et un partenaire qui avait de la liquidité, nous avons acheté un immeuble de 23 logements. Ç'a été un point de départ pour acheter plus gros. Nous avons créé de la valeur et refinancé, la roue a commencé à tourner et j'ai été capable d'en vivre.

Qu'est-ce qui peut contribuer au succès en immobilier?

L'immobilier est un milieu relativement vieux et l'expérience des gens est très pertinente. Oui, on fait des erreurs, mais d'avoir un mentor est plus payant que d'avancer seul. Il faut se former adéquatement et s'entourer de gens qui font ça. Il faut se faire confiance et acheter le plus tôt possible. On entend souvent qu'une maison est le plus gros achat dans une vie. Il faut plutôt le voir comme le début de quelque chose et non pas une finalité.

Ensuite, la crédibilité que l'on bâtit avec le temps fait la différence. Après un certain nombre d'années à faire de l'immobilier à temps plein, les gens voient la ligne de succès que tu traces. Puis, il faut arriver à dénicher les opportunités intéressantes. L'argent viendra. La crédibilité, l'opportunité, l'argent, c'est indissociable.

Avez-vous toujours su que vous feriez carrière en immobilier?

À 12 ou 13 ans, en rentrant d'un camp de vacances, j'avais une discussion avec ma mère qui me disait qu'elle voulait faire un investissement et acheter la maison en face de chez nous pour la louer, qu'elle prendrait de la valeur. Cette discussion a allumé une flamme dans ma tête et toute mon adolescence, je me répétais qu'il fallait absolument que j'achète une maison le plus tôt possible. J'avais très vite compris que l'inflation allait faire une partie du travail.

Que souhaitez-vous pour l'avenir?

Je me suis fixé comme objectif d'avoir 1000 unités résidentielles. C'est un objectif que je crois pouvoir atteindre d'ici deux ou trois ans. C'est difficile de se fixer des buts à long terme, mais l'important, c'est surtout de s'amuser dans ce que l'on fait, de conclure des transactions stimulantes, qui donnent le goût d'avancer. C'est essentiel d'être passionné par ses achats.

Cynthia Perreault, 27 ans... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Cynthia Perreault, 27 ans

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Foncer tête première

Cynthia Perreault, 27 ans

Nombre d'unités locatives: 21 unités résidentielles dans la banlieue nord de Montréal

Premier achat: Triplex à 24 ans

Quel souvenir avez-vous de vos premiers pas en immobilier?

Mon premier achat, c'était un triplex. J'avais peur de l'endettement, mais je préférais louer plutôt que d'acheter. J'ai fait face à ma peur des locataires et à ma peur des dettes et je suis passée à l'action. Ma perception de l'immobilier a changé beaucoup et rapidement.

Je ne pensais pas en faire une carrière. J'ai lu le livre L'indépendance financière grâce à l'immobilier écrit par Jacques Lépine et ça m'a réellement transformée. Deux ans plus tard, j'achetais deux «six-plex». Depuis, j'ai quitté un métier en relation d'aide où je n'étais pas satisfaite et l'immobilier est venu combler cette recherche de défi et de liberté.

Où en êtes-vous dans vos projets actuels?

Je me concentre à faire de l'optimisation, trouver des investisseurs qui peuvent travailler avec moi et graduellement, c'est comme ça que je gagne des portes, un projet à la fois. Pour le moment, je suis en croissance. Je veux aller chercher le plus d'immeubles possible. Mon modèle actuel est de récupérer ma mise de fonds en 12 mois. Plus tard, avec plus de liquidités, je pourrais aller vers des projets de plus grande envergure.

On dit que l'immobilier est un milieu où les femmes sont encore peu nombreuses. C'est le cas?

Oui, c'est encore un milieu très masculin, mais ça attire de plus en plus de femmes. Je crois que c'est une limite sociale que l'on s'impose et ça change tranquillement. Les femmes apprennent qu'elles peuvent choisir le métier d'investisseur, elles aussi. Je m'entoure de personnes qui foncent dans la vie, il y a des femmes qui ont soif de ça, de très beaux exemples.

Est-ce que c'est difficile pour une jeune femme de faire sa place dans ce milieu?

Certains sont surpris de voir une femme dans les négociations. Je sors du lot, mais les gens sont curieux et posent des questions sur mon parcours. Jusqu'à présent, j'ai fait quatre acquisitions et peut-être une vingtaine d'offres d'achat. Ça ne m'est arrivé qu'une seule fois où j'ai senti que le fait d'être une femme changeait la perception que l'on avait de moi.

Selon vous, est-ce que l'investissement immobilier est accessible à tous?

Il faut faire de l'immobilier pour les bonnes raisons, pas uniquement pour le succès. Pour ma part, à chaque achat, c'est une barrière que je fais tomber. Ça m'aide dans mon estime de moi et ça me pousse à relever de plus grands défis. Pour réussir, il faut bien se connaître et savoir identifier les joueurs-clés avec qui on doit travailler. À plusieurs, les solutions sont là.

Éric Desroches, 31 ans... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Éric Desroches, 31 ans

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Priorité au service à la clientèle

Éric Desroches, 31 ans

Nombre d'unités locatives: 120 unités résidentielles et des terrains dans le Grand Montréal

Premier achat: Maison unifamiliale à 19 ans

Parlez-nous de votre premier achat.

C'était une maison unifamiliale qui n'avait pas été rénovée depuis 30 ou 40 ans. Ça s'est fait avec mon partenaire Maxime Dupuis, avec qui je fais des affaires depuis l'âge de 16 ans. C'est en suivant notre petite voix intérieure que l'on a fait l'acquisition de la maison pour la rénover les soirs et week-ends après nos heures d'école. On savait que l'immeuble avait besoin d'être mis en valeur, on aimait l'immobilier, on aimait la construction, c'est ce qu'on a fait. Ç'a été notre premier pas en avant.

Comment s'est déroulée la suite?

On a fait une quinzaine de transformations d'immeuble. Il y a quatre ans, on a commencé à faire de l'acquisition pour atteindre 120 unités. On est en croissance. En plus du locatif résidentiel, on a touché à du commercial, des terrains et de la construction.

Qu'est-ce qui vous distingue dans votre approche en tant qu'investisseur immobilier?

Aujourd'hui, on a beaucoup plus d'opportunités de croissance et de plaisir à gérer nos immeubles en considérant nos locataires comme des personnes, des clients et non des chèques et des numéros de porte. Je crois que nous avons tous intérêt à prendre conscience maintenant des bénéfices de cette relation propriétaire-locataire. De notre côté, on cherche à transformer les espaces qu'occupent nos occupants pour faire en sorte qu'ils soient heureux et s'y sentent bien.

Ce ne sont pas tous les propriétaires qui acceptent d'investir dans le bien-être de leurs locataires et de leurs espaces de vie. Dans le contexte du marché actuel, je ne crois pas que les nouveaux acheteurs puissent uniquement se fier à la hausse des prix pour justifier leur investissement. On a tous avantage à être créatifs dans l'offre et la qualité du service aux locataires.

Quels sont vos objectifs à long terme?

Nous n'avons pas d'objectifs en termes de nombre d'immeubles, mais plutôt une raison d'être de plus en plus claire. On continue de faire des projets que l'on aime et qui nous font vibrer. On travaille à raffiner l'expérience client dans nos immeubles et à donner une belle énergie aux espaces de vie. Par ailleurs, il y a un mois, nous avons fait l'acquisition d'un site exceptionnel loué par le Camp Bruchési à Saint-Hippolyte, au bord du lac de l'Achigan, dans les Laurentides. Un site qui a une histoire d'environ un siècle et qu'on va continuer de louer au camp de vacances tout en lui permettant d'élargir son offre de services à l'année afin de permettre à une plus grande clientèle de vivre une superbe expérience sur ce magnifique bord de l'eau. On souhaite pouvoir entre autres accueillir les adultes pour qu'ils puissent eux aussi retrouver leur coeur d'enfant.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer