Le pouvoir d'attraction de Joliette

Les baby-boomers sont toujours plus nombreux à vendre... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Les baby-boomers sont toujours plus nombreux à vendre leur maison, ce qui accroît l'offre de maisons plus âgées sur le marché.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Joliette sait se faire remarquer. La ville présente chaque été dans le cadre du Festival de Lanaudière des concerts de musique classique qui résonnent à l'international, elle a accueilli les compétitions de tir à l'arc lors des Jeux olympiques de 1976 et elle attire à la fois de grandes entreprises et des PME qui fournissent des emplois de qualité.

Le musée d'art de Joliette... (Photo fournie par Tourisme Lanaudière) - image 1.0

Agrandir

Le musée d'art de Joliette

Photo fournie par Tourisme Lanaudière

Pas surprenant que l'agglomération de Joliette compte près de 21 % des emplois disponibles dans la région de Lanaudière, même si elle ne représente que 13,5 % de la population1. Et cette tendance attire de nouveaux arrivants vers la municipalité traversée par la rivière L'Assomption.

« Il y a beaucoup de gens de l'extérieur qui viennent s'installer depuis quelques années. Des gens qui partent de la première couronne ou qui viennent de la campagne. Cela développe notre marché immobilier », dit Manon Gadoury, courtière immobilière pour Via Capitale. Selon elle, Joliette reste pour le moment un marché d'acheteurs.

« Il y a beaucoup de bons emplois à Joliette, et cela attire de nouveaux acheteurs. Et Joliette offre beaucoup pour la qualité de vie, notamment pour les familles », ajoute Mme Gadoury.

En plus de faire partie des 10 meilleures villes entrepreneuriales du Québec, Joliette compte quelques poids lourds de l'économie, dont la multinationale Bridgestone, qui a récemment entrepris un agrandissement d'une valeur de 300 millions à son usine qui emploie environ 1300 personnes.

1. Source : Corporation de développement économique de la MRC de Joliette

Deux tendances

Deux tendances se démarquent dans le marché immobilier de la municipalité depuis quelques années. D'abord, les baby-boomers sont toujours plus nombreux à vendre leur maison, ce qui accroît l'offre de maisons plus âgées sur le marché. À l'opposé, de nouveaux secteurs sont sortis de terre, comme le Carrefour du moulin, par exemple, où l'on retrouve à la fois des maisons unifamiliales, des jumelées et des copropriétés.

Sébastien Melançon et Vanessa Meynard emménageront dans leur première... (Photo fournie par Sébastien Melançon) - image 2.0

Agrandir

Sébastien Melançon et Vanessa Meynard emménageront dans leur première maison au mois de juillet, à Joliette.

Photo fournie par Sébastien Melançon

Le choix de Sébastien Melançon et Vanessa Meynard

Encore dans la vingtaine, Sébastien Melançon et sa conjointe Vanessa Meynard emménageront dans leur première maison au mois de juillet. La Presse s'est entretenue avec Sébastien.

Comment avez-vous réussi à acheter votre première maison à 26 ans ?

On me le demande souvent. J'ai fait des sacrifices depuis l'adolescence dans le but d'arriver là. Depuis que je travaille que je mets de l'argent de côté. Mais mon achat n'est pas spéculatif. Le but est de m'établir à long terme. Je n'ai pas l'intention de revendre à court terme.

Qu'est-ce que vous avez acheté ?

Une maison à deux étages.

Est-ce que vous avez cherché longtemps ?

J'ai commencé mes recherches en septembre dernier. Je cherchais des maisons assez jeunes. Mais le problème, c'est qu'elles sont souvent plus petites avec de petits terrains, dans des quartiers où elles se ressemblent toutes. J'ai fini par en trouver une dans le quartier où j'ai grandi. Elle a une vingtaine d'années. Elle est plus grande ainsi que le terrain. Elle a plus de caractère aussi. C'est une époque où les gens faisaient construire des maisons plus à leur goût personnel.

Quels avantages voyez-vous avec votre achat ?

C'est le quartier où j'ai grandi. Je le connais bien. Mes parents et mon frère habitent aussi tout près.

Vous voyez des désavantages ?

Non. Je n'en vois pas.

En chiffres

VENTES RÉSIDENTIELLES AU QUATRIÈME TRIMESTRE 2016*

  • Joliette** : 91 (- 21 %)
  • Province de Québec : 16 623 (+ 6 %)

PRIX MÉDIAN AU QUATRIÈME TRIMESTRE 2016*

MAISONS UNIFAMILIALES

  • Joliette : 190 000 $ (+ 4 %)
  • Province de Québec :  235 000 $ (+ 2 %)

COPROPRIÉTÉS

  • Joliette : 155 100*** $ (+ 7 %)
  • Province de Québec :  228 000 $ (+ 2 %)

Source : Fédération des chambres immobilières du Québec, par l'entremise du système Centris

* Données par rapport à la même période l'année dernière

** Donnée pour l'agglomération de Joliette, qui inclut Joliette, Saint-Charles-Borromée, Notre-Dame-des-Prairies et Saint-Paul

*** Prix pour les 12 derniers mois




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer