L'unique Ville-Marie

Des milliers de nouveaux condos, comme ceux de... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Des milliers de nouveaux condos, comme ceux de l'Icône, sont arrivés sur le marché montréalais au cours des dernières années. Les vendeurs du secteur Ville-Marie doivent en être conscients, selon le courtier immobilier Jean-Patrice Bourguet, de Via Capitale. «Comme il y a un choix important, il faut être juste dans le prix, dit-il. Il faut sortir du lot.»

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des 19 arrondissements qui forment Montréal, aucun n'est aussi diversifié que celui de Ville-Marie. Des tours qui poussent comme des champignons au coeur de la ville, de vieux murs de pierres qui racontent son histoire le long du fleuve Saint-Laurent et ses anciens quartiers ouvriers à l'est, témoins d'une réalité économique et sociale encore pas si lointaine.

Le marché immobilier du coeur de la métropole est à l'image de cette réalité et présente une clientèle variée, à la fois locale et internationale. En ce début d'année, la courtière immobilière Patricia Lallier, de l'agence Keller Williams Urbain, constate que les acheteurs dans le Vieux-Montréal proviennent surtout de l'extérieur du Canada, notamment des États-Unis et de l'Europe. Mais selon elle, cette clientèle s'intéresse tout autant au bouillonnement du centre-ville et ne se limite pas au secteur historique.

«Quand les clients viennent visiter une propriété dans le Vieux-Montréal, ils vont aussi voir ce qu'il y a dans le centre-ville. Et vice versa. Ce sont des vases communicants, analyse-t-elle. Le centre-ville offre un cachet différent de celui du Vieux-Montréal. C'est une architecture qui est plus anglaise. C'est recherché.»

Plus à l'est, dans les secteurs du Centre-Sud et du Village, le courtier immobilier Jean-Patrice Bourguet, de Via Capitale, constate une certaine effervescence en ce début d'année. «Les nouveaux acheteurs qui n'ont pas trouvé à l'automne reviennent. [...] Ils ont réévalué leurs besoins», dit-il, notamment en raison du resserrement des règles d'emprunts hypothécaires annoncé par le gouvernement fédéral l'automne dernier.

Puisqu'il s'en construit peu dans le secteur, M. Bourguet note aussi une demande soutenue pour les maisons en rangée. La réalité est par contre différente pour les copropriétés en raison des milliers de nouveaux condos qui sont arrivés sur le marché au cours des dernières années. Pour vendre, selon lui, il faut prendre les bonnes décisions: «Comme il y a un choix important, il faut être juste dans le prix. Il faut sortir du lot. On ne peut se permettre d'être trop cher.»

L'aspect central de Ville-Marie plaît beaucoup à Louis... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

L'aspect central de Ville-Marie plaît beaucoup à Louis Tremblay. «Il y a tout à distance de marche, dit-il. À deux rues, je suis sur le Plateau, et le Vieux-Montréal est tout près.» Sur la photo, la patinoire Bonsecours, dans le Vieux-Montréal.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Le choix de Louis Tremblay

Vivre dans Ville-Marie, c'est le choix qu'a fait Louis Tremblay plus d'une fois. Lui qui réside aujourd'hui dans le Quartier latin habitait auparavant dans le Village. Il nous explique ce qui l'attire dans cet arrondissement de la métropole.

Qu'aimez-vous le plus de l'arrondissement de Ville-Marie et quels sont les points positifs?

C'est sans contredit l'aspect central. Il y a tout à distance de marche. À deux rues, je suis sur le Plateau, et le Vieux-Montréal est tout près. Tout se fait à pied. Pour moi, Montréal, c'est ici. Tout ce qui n'est pas Ville-Marie, pour moi, c'est loin. Il y a une multitude d'événements, il y a de la vie. Je n'ai pas à prendre l'autobus pour me rendre au métro. Et avec sa proximité, je peux aller où je veux. Je pourrais aller ailleurs à Montréal, mais je veux absolument rester dans les quartiers centraux.

Quels sont les points négatifs?

Le quartier a les défauts de ses qualités. Il est très achalandé et ça peut être très bruyant. Il y a beaucoup de monde et il y a beaucoup d'itinérance. Pour certains, cela peut devenir un inconvénient.

Dans les secteurs du Centre-Sud et du Village,... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Dans les secteurs du Centre-Sud et du Village, le courtier immobilier Jean-Patrice Bourguet, de Via Capitale, constate une certaine effervescence.

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

En chiffres

Ventes résidentielles au 4e trimestre de 2016*

Ville-Marie: 329 (+ 21 %)

Île de Montréal: 3601 (+ 8 %)

Prix médian au 4e trimestre de 2016* 

Maisons unifamiliales

Ville-Marie: 841 000 $** (- 13 %)

Île de Montréal: 430 000 $ (+ 8 %)

Copropriétés

Ville-Marie: 335 000 $ (+ 5 %)

Île de Montréal: 290 000 $ (+ 4 %)

________________________________________________________________________________

Source: Fédération des chambres immobilières du Québec, par l'entremise du système Centris

* Données par rapport à la même période l'année dernière

** Donnée pour les 12 derniers mois




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer