La lente disparition de la plaque d'adresse montréalaise

Les plaques de ce type ont été imposées... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Les plaques de ce type ont été imposées par la Ville de Montréal au début du XXe siècle afin de standardiser la signalisation des rues et des adresses, notamment dans la foulée de l'annexion de villages comme Tétreaultville et Longue-Pointe.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Laroche

Collaboration spéciale

La Presse

Dans tout le brouhaha de la rénovation de son duplex, François Bouthillette a égaré l'une des deux plaques d'adresse originales.

François Bouthillette et sa conjointe ont fait reproduire... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

François Bouthillette et sa conjointe ont fait reproduire par un artisan normand, en France, une des plaques d'adresse originales de leur duplex du quartier Hochelaga-Maisonneuve.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Il aurait pu se contenter de la remplacer par de simples numéros autocollants, mais il ne pouvait se résoudre à laisser aller une petite partie du cachet montréalais de sa maison d'Hochelaga-Maisonneuve. 

«L'histoire derrière ces plaques est intéressante, raconte-t-il. C'était dommage de voir ça disparaître de ma maison.» 

Ces plaques font en effet partie de l'histoire architecturale de Montréal. Elles ont été imposées par la Ville au début du XXe siècle afin de standardiser la signalisation des rues et des adresses, explique Mario Robert, archiviste principal de la Ville de Montréal. 

Toute la toponymie montréalaise était devenue, à l'époque, un capharnaüm non seulement pour l'administration municipale, mais également pour les policiers, pompiers et postiers. L'annexion des villages environnants (de Lorimier, Tétreaultville, Longue-Pointe...) avait provoqué un fouillis dans le nom des rues et la numérotation des immeubles. Chacun faisait comme bon lui semble. «La Ville a donc entrepris dès 1905 une refonte et une uniformisation des adresses», explique M. Robert. 

Signature graphique

À compter de 1909, les propriétaires montréalais se voient ainsi obligés de se procurer auprès de l'administration municipale une plaque d'adresse. Montréal avait fait fabriquer un lot de 7500 plaques pour s'assurer de leur uniformité graphique. Leur emplacement sur la façade était aussi standardisé, car les employés municipaux se chargeaient de l'installation. 

À l'origine avec des chiffres blancs sur fond bleu, la plaque montréalaise a subi très peu de modifications graphiques au fil des décennies. Ses couleurs et la forme de ses chiffres varient néanmoins selon le quartier ou encore les années de production. On trouve notamment des plaques avec des chiffres noirs sur fond blanc dans le Plateau Mont-Royal et Ahunstic. Ailleurs, on peut voir des plaques à chiffres blancs sur fond vert. 

En 1979, la Ville possédait toujours un stock de 15 000 plaques émaillées, a écrit Le Devoir en 2014. Aujourd'hui? Plus rien. 

Quand la réglementation a-t-elle été abandonnée? Impossible de le savoir. «La dernière mention dans les règlements municipaux remonte à 1944», indique Mario Robert. 

Quelle est la valeur patrimoniale de ces plaques d'adresse? 

Claudine Déom, professeure en protection du patrimoine bâti à l'École d'architecture de l'Université de Montréal, hésite un peu, puis souligne plutôt l'importance des gestes de conservation du patrimoine faits par les citoyens. 

Reproduction française

Pour avoir deux plaques semblables, François Bouthillette a donc dû trouver un émailleur qui lui fabriquerait une reproduction fidèle. Il a trouvé l'artisan en question... en France! 

L'entreprise Émaillerie normande, établie à Caen, se spécialise en effet dans la fabrication de plaques d'adresse ou de signalisations diverses. Elle a commencé à offrir les plaques montréalaises il y a deux ou trois ans, après avoir reçu une demande d'un propriétaire de... Laval, désireux d'afficher une telle plaque sur sa maison. 

«Le monsieur avait fait ses recherches, raconte Pierre Opderbeck, descendant d'une lignée familiale d'émailleurs remontant à 1840. Il avait étudié l'histoire de ces plaques. Il avait fait une liste des différentes polices d'écriture, avec plusieurs photographies en exemple. Il nous avait aussi envoyé une plaque qu'il avait récupérée pour qu'on puisse reproduire la forme.»

Malgré sa riche expérience, l'artisan n'avait jamais vu de telles plaques. «Nous faisons habituellement des plaques plates. Celles de Montréal sont bombées de manière originale et l'épaisseur n'est pas la même qu'ici. Ensuite, elles sont en mesures impériales, et non métriques. Enfin, je ne connaissais pas ces formes de caractères.» 

L'émailleur n'avait d'ailleurs pas dans ses dossiers la police d'écriture appropriée pour reproduire de manière fidèle la plaque de François Bouthillette. «Ses chiffres étaient plus typiques des années 20 et 30, explique le propriétaire montréalais. Or, notre duplex a été construit en 1958.» 

Chanceux dans sa malchance, il habite au numéro 2633 de sa rue. L'autre appartement de son immeuble possède le numéro 2631. «Ma blonde a tracé la plaque en répétant deux fois le 3 à la fin.» François Bouthillette a reçu sa nouvelle plaque trois semaines après avoir passé la commande. 

Coût? 60 $. 

Mais elle devrait durer longtemps. «Je vois ici [en France] des plaques qui ont 100 ans. Mais il est vrai qu'on n'a pas le même climat», convient M. Opderbeck. 

Une histoire de numéros 

C'est en 1905 que le conseil municipal a établi le boulevard Saint-Laurent comme la ligne de démarcation entre l'est et l'ouest de la ville. Cette décision visait à régler les problèmes de répétition d'adresses causés par l'annexion des municipalités environnantes. Les immeubles des rues perpendiculaires furent alors renumérotés de chaque côté de ce nouveau point zéro. En 1924, la Ville entreprend la renumérotation des rues parallèles à la Main en prenant cette fois-ci le fleuve comme point d'origine. Elle établit alors un système qualifié d'unique au monde à l'époque: un numéro commun est attribué à chaque coin de rue important (1400 à la rue Sainte-Catherine, 4500 à l'avenue du Mont-Royal). C'est pourquoi il est facile de trouver une adresse même si l'on ne remonte pas la rue recherchée. À Montréal, du sud au nord, tous les numéros montent au même rythme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer