Immobilier: des trucs pour mieux vendre

C'est le but de chaque courtier: vendre des propriétés. Et pour y arriver,... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julie Roy

Collaboration spéciale

La Presse

C'est le but de chaque courtier: vendre des propriétés. Et pour y arriver, chacun a ses trucs. En voici cinq, fournis par les pros.

La fourchette de prix

Aujourd'hui, 7 propriétés sur 10 sont vendues par l'intermédiaire du système Centris des courtiers immobiliers. L'internet est donc incontournable. Pour tenir compte des moteurs de recherche, il faut établir son prix par tranches de 10 000 $. «Il vaut mieux mettre sa maison 199 900 $ que 201 000 $ parce que les gens qui cherchent en bas de 200 000 $ ne vous trouveront pas», raconte Patrice Masson, 39 ans, courtier depuis 11 ans. Et mieux vaut même annoncer à 198 900 $ plutôt que 199 000 $. «Les 8 dans le prix donnent l'impression d'économie. On retrouve cette même stratégie chez Walmart», mentionne Steve Léveillé, un jeune courtier de 23 ans.

Flairer la bonne affaire

Rien n'est plus rebutant que l'odeur de litière ou d'excréments dans une maison. Premier conseil, chats et chiens doivent être dans leur cage ou en promenade pour ne pas gêner la visite et leur odeur ne doit pas être perceptible. Inversement, les gens sont attirés par les bonnes odeurs. «L'effet olfactif joue sur la perception de bien-être. La traditionnelle tarte aux pommes ou l'odeur de café frais dans la maison sont des trucs qui marchent toujours», soutient Juliana Lulelaru, courtière immobilière pour l'entreprise Expansion Immo.

Une image vaut mille mots

Le gros boom de vente de maisons se déroule encore au printemps, mais de plus en plus d'acheteurs acquièrent leur demeure l'automne et même l'hiver pour éviter la cohue du 1er juillet. Si vous mettez votre maison en vente en dehors de la belle saison, il est important d'avoir sous la main des photos ou des vidéos prises en plein été. «Si un de vos arguments de vente est vos magnifiques plates-bandes ou un jardin d'eau, en plein hiver, ils ne sont pas visibles. Une image percute plus que des mots. D'ailleurs, si vous êtes à Saint-Sauveur, un cliché en hiver montre tout le charme de la maison au cours de cette saison», raconte Patrice Masson.

Le bon éclairage

Lorsqu'une maison présente un sérieux manque d'amour, il n'est pas rare de voir un courtier souhaiter la faire visiter en soirée. «Le soir, les défauts trop moins apparents», raconte Patrice Masson. Donc, avis aux futurs acheteurs: visitez en journée. En contrepartie, on allume les lumières pour donner une ambiance chaleureuse et pour que les futurs acheteurs puissent se projeter dans la maison, car rien n'est moins invitant qu'une pièce sombre.

C'est du propre

L'ordre et la propreté sont des éléments-clés si on veut vendre une maison. Les acheteurs achètent avec les yeux. «Tout est une question de look aujourd'hui. Les gens ne posent pas trop de questions sur les fondations, mais vont remarquer la couleur des murs et des rideaux», souligne Steve Léveillé. Réparer, rafraîchir et, surtout, désencombrer les aires communes comme les comptoirs de cuisine et la salle de bains. Les courtiers demandent souvent de réduire le nombre de bibelots, les photos, les plantes et les objets personnels. «Le truc, c'est de donner une idée de grandeur. Une pièce encombrée aura l'air petite», dit Patrice Masson.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer