Un condo sur trois vendu à perte

Plus de la moitié (56 %) des 7195 condos vendus... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE)

Agrandir

Plus de la moitié (56 %) des 7195 condos vendus au Québec depuis 2012 ont généré un gain de moins de 5 % pour leur propriétaire, révèle l'étude publiée la semaine dernière par la firme JLR.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'immobilier, un moyen assuré de s'enrichir ? Certainement pas pour les Québécois qui ont acheté un condo au cours des trois dernières années.

La firme JLR a analysé toutes les transactions impliquant des copropriétés achetées en 2012 ou 2013 et revendues avant le 31 décembre dernier. Sa conclusion ? Près du tiers des vendeurs ont dû se résoudre à accepter un prix égal ou inférieur à celui qu'ils avaient payé !

Plus de la moitié (56 %) des 7195 condos vendus depuis 2012 ont généré un gain de moins de 5 % pour leur propriétaire, révèle l'étude publiée la semaine dernière par JLR. Une fois les frais de courtage, de notaire, les droits de mutation et l'inflation pris en compte, ce gain « se transforme souvent en perte ».

La plus-value médiane lors de la revente a été de 3,9 %, toutes transactions confondues, précise l'étude de JLR.

Beaucoup de pertes à Québec

La situation est encore pire dans la ville de Québec, où l'orgie de construction des dernières années a entraîné une surabondance de copropriétés sur le marché.

Selon l'analyse de JLR, 37 % des condos ont été vendus à un prix égal ou inférieur au coût d'achat dans la Vieille Capitale. La proportion de propriétaires « perdants » grimpe à 62 % lorsqu'on inclut les appartements revendus avec un profit inférieur à 5 %.

« Ces résultats corroborent le rapport de l'évaluation du marché de l'habitation de la SCHL, qui indique que le niveau élevé de l'offre de copropriétés demeure inquiétant dans la RMR de Québec », souligne l'étude.

JLR conclut qu'il est « peu probable de sortir gagnant d'une revente après un court délai de possession », à moins d'avoir investi en rénovations pour améliorer la valeur de revente de sa copropriété.

De quoi faire réfléchir sur ses besoins à court et à moyen terme avant de déposer une offre sur un condo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer