Banlieues éloignées: vivre entre ville et campagne

Julie Philippon et son fils Félix Cormier habitent... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Julie Philippon et son fils Félix Cormier habitent à Saint-Benoît, près d'Oka.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne Gaignaire

Collaboration spéciale

La Presse

Aller toujours plus loin pour vivre dans de plus grandes maisons moins chères. Les jeunes familles n'hésitent plus à s'éloigner encore et s'installent à la lisière de la campagne. Ce qui n'est pas sans conséquence sur la vie des familles, les milieux de travail et ces villes périphériques, dont le visage change.

Élever ses enfants dans de grands espaces fait encore partie des idéaux des Québécois. Or, il faut désormais s'éloigner des grands centres, en deuxième ou troisième couronnes, pour trouver une maison abordable. C'est ainsi que la périphérie de Montréal s'urbanise.À Mercier, à 40 km de Montréal, le visage de la ville se transforme. Il faut traverser une artère commerciale remplie de restaurants et de boutiques diverses ainsi que des quartiers de maisons en rangée avant de voir les champs s'étendre à perte de vue. Si le territoire de la municipalité est encore à 90 % agricole, selon sa mairesse Lise Michaud, les nouveaux quartiers résidentiels se multiplient. «Depuis une dizaine d'années, des gens de Montréal viennent s'installer chez nous. Le phénomène est arrivé rapidement», constate Mme Michaud. Mercier, qui compte aujourd'hui 12 500 habitants, a vu sa population augmenter de 23,5 % entre 2006 et 2015.

Dans la même période, Châteauguay, la première ville au pied du pont Mercier, appartenant à la première couronne, n'a vu sa population augmenter que de 12,5 %. «Les villes des premières couronnes sont vieillissantes, remarque Sébastien Lord, professeur adjoint à l'École d'urbanisme et d'architecture de paysage à la faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal. Elles se sont dotées de services, de bons réseaux de transports en commun souvent, de centres commerciaux, de restaurants, bref, elles se sont urbanisées si bien que l'immobilier a pris de la valeur.» Les propriétés, bien que moins chères qu'à Montréal ou Québec, sont ainsi encore souvent inaccessibles aux jeunes familles.

«[À Mercier], les taxes sont 30 % moins élevées qu'à Châteauguay et les maisons moins chères.» - Lise Michaud, mairesse de Mercier

Cet avantage attire les familles, entraînant ainsi un phénomène de métropolisation selon lequel la ville s'étend de façon non continue dans la périphérie. Et c'est ainsi que Saint-Jérôme, aux portes des Laurentides, est devenue une banlieue de Montréal.

Les grands espaces

Car, au moment de fonder une famille, «au-delà de l'argument financier, on se rend compte que le choix des couples repose encore beaucoup sur une représentation de la vie de famille ancrée dans nos mentalités selon laquelle il faut élever ses enfants dans une maison détachée, avec une chambre pour chacun et une cour à l'arrière», constate Sandrine Jean. Actuellement professeure en anthropologie à la Memorial University de St. John's à Terre-Neuve-et-Labrador, Mme Jean a mené, en 2014, une étude sur les choix résidentiels et l'attachement au quartier de jeunes familles de classes moyennes dans la région de Montréal.

Souvent, au tout début du moins, les couples installés dans les banlieues lointaines continuent de travailler à la grande ville. Si bien qu'un des principaux inconvénients à ce choix de vie est le temps passé sur la route matin et soir. 

«Mais après quelque temps, un des deux conjoints - souvent la femme - cherche un travail plus proche, quitte à revoir ses aspirations professionnelles», souligne Sandrine Jean. Les réseaux de transports en commun n'ont pas toujours suivi cette évolution sociétale et sont encore peu développés ou mal adaptés.

Plus de services

C'est une des préoccupations de ces petites villes aux prises avec un nouveau phénomène. «Alors que certaines se dépeuplaient et avaient dû fermer certains services, des écoles, elles se retrouvent avec beaucoup de jeunes familles en demande de services scolaires, d'activités, de garderies, de transports en commun, etc.», indique Sandrine Jean. Cela imprime une forte pression sur ces municipalités qui, certes, engrangent des revenus supplémentaires grâce à ces nouveaux habitants, mais doivent assurer une offre de services à la hauteur.

La pression existe également sur les terres agricoles lorgnées par les promoteurs immobiliers pour faire face à la demande. Sur ce plan, mieux vaut être prudent, car, selon Sébastien Lord, «on approche de la stagnation démographique».

«Certains projets résidentiels risquent à un moment donné de devoir être suspendus.»

D'ailleurs, «les difficultés de transport et le temps passé sur les routes ainsi que le surendettement des ménages commencent à faire inverser la tendance et il se pourrait que le nombre de jeunes familles qui quittent les grandes villes diminue légèrement dans les prochaines années, car elles préféreront louer plus longtemps et rester en ville, proche de leur travail», analyse Sandrine Jean. En effet, tandis que Montréal perdait 25 000 habitants par an entre 2003 et 2007, 15 000 seulement l'ont quitté en 2013-2014.

En attendant, les jeunes familles, citadines et parfois d'origine étrangère, qui s'installent dans les villes de la périphérie posent un défi d'intégration à ces communautés. «On ne sent pas du tout de rejet de la part des résidents de longue date, mais les nouveaux arrivants ne sont pas assez informés et inclus dans la ville», constate Lise Michaud.

Pour créer un sentiment d'attachement, la municipalité de Mercier a décidé de mettre en place cette année une fête des quartiers qui aura lieu dans tous les secteurs de la ville et envisage d'ouvrir la traditionnelle journée d'accueil des nouveaux résidants à tous les citoyens afin de connaître et d'intégrer le plus de nouveaux habitants possible. 

Pour et contre

S'éloigner de la grande ville comporte des avantages et des inconvénients. En voici quelques-uns.

Les pour

> Plus d'espace, maisons plus grandes, chambre pour chaque enfant

> Sentiment de sécurité

> Proximité de la nature et accès plus facile aux activités extérieures

> Environnement calme, moins de pollution sonore

> Propriétés moins chères

> Petites communautés

Les contre

> Beaucoup de temps passé dans les transports

> Obligation d'avoir deux, voire trois ou quatre voitures par foyer

> Parfois, moins de services municipaux

> Isolement

> Éloignement des zones commerciales

> Coût des déplacements

> Pollution à cause des déplacements en voiture

Julie Provencher et ses deux enfants, Maxime et... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Julie Provencher et ses deux enfants, Maxime et Antoine Hudon, habitent à Mercier.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Trois familles et leur vie de banlieue

Ils font partie de ceux qui ont choisi de s'excentrer. Ils nous expliquent pourquoi et à quoi ressemble leur vie.

Julie Philippon, Saint-Benoît: «Le soir, on voit plein d'étoiles»

Julie, 43 ans, Richard, 40 ans, Camille, 11 ans, et Félix, 9 ans, vivent depuis cinq ans à Saint-Benoît, près d'Oka, dans une grande maison... au milieu des champs. Tout un changement pour la famille qui habitait jadis Blainville. Depuis, la famille aime beaucoup regarder le paysage et les couchers de soleil dans les champs et sortir faire de la raquette, confie Julie Philippon, mère, blogueuse, auteure et enseignante. «Le soir, on voit plein d'étoiles», s'enthousiasme-t-elle. La contrepartie: l'éloignement. «Il faut faire 7 km pour aller chercher du lait, les gens trouvent ça loin pour venir nous voir», reconnaît Julie Philippon. Les conjoints ont tous deux des métiers prenants, mais flexibles. Richard, programmeur, travaille principalement de chez lui et se rend régulièrement à Brossard. Quant à Julie, elle travaille à temps partiel dans l'école du village, mais se déplace souvent à Montréal. Elle a appris à regrouper ses déplacements et ne remet pas en cause son choix de vie.

Julie Provencher, Mercier: «Les enfants vont à pied à l'école»

Julie et son conjoint, Martin, ont choisi de s'installer à Mercier, sur la Rive-Sud, en 2004, avant de fonder une famille. «À Montréal, on a cherché, mais c'était soit trop cher, soit trop petit», se souvient Julie, 39 ans. Le couple a donc choisi une maison dans un nouveau lotissement, à Mercier, ville située à une trentaine de kilomètres de Montréal. Julie, consultante en éducation, a des horaires variables et travaille en partie de chez elle. Quant à Martin, il travaille à LaSalle, ce qui l'oblige à passer le pont Mercier tous les jours. «Son trajet lui prend 20 minutes quand il n'y a pas de problème sur la route», explique Julie. Si la ville manque au couple, il ne regrette pas son choix. «Les enfants vont à pied à l'école, jouent avec ceux des voisins dans la rue et on se sent en sécurité. C'est une belle qualité de vie!», confie Julie.

David Ferreira, Prévost: «On décroche, c'est magique!»

David Ferreira, 42 ans, directeur commercial chez Lozeau, rue Saint-Hubert, fait la route tous les jours entre son domicile, à Prévost, situé un peu après Saint-Jérôme, et Montréal. Il conduit donc près de 150 km et passe environ 2 h 30 dans sa voiture tous les jours de la semaine. Il travaille généralement jusqu'à 18 h 30 le soir pour éviter les bouchons du retour à la maison et finir plus tôt le vendredi. Pourtant, sa femme, leurs deux adolescentes et lui n'envisagent pas du tout de changer de lieu d'habitation. «Ma conjointe vient de la Côte-Nord, elle voulait plus d'espace. Quand on arrive à Prévost, on décroche tout de suite, c'est magique. On est aussi proches des pentes de ski. C'est un entre-deux entre la maison et le chalet.» Le monde idéal... s'il n'y avait pas la route jusqu'au travail. Mais David Ferreira s'en accommode pour rester dans son paradis.

David Ferreira travaille en ville mais vit à... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

David Ferreira travaille en ville mais vit à Prévost, en banlieue éloignée.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Explosion de la population

Le nombre d'habitants a fortement augmenté dans certaines villes de la périphérie de Montréal depuis 20 ans.

Augmentation entre 1996 et 2015

Saint-Colomban: +167,8 %

Sainte-Marthe-sur-le-Lac: +112,99 %

Mirabel: +112,4 %

Vaudreuil-Dorion: +99 %

Sainte-Sophie: +75,8 %

Candiac: +74,1 %

Saint-Lazare: +73,2 %

Mont-Saint-Hilaire: +41,1 %

L'Assomption: +39 %

Source: Statistique Canada

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer