Le manoir torontois de Conrad Black aux enchères

Le manoir de 23 000 pieds carrés situé... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le manoir de 23 000 pieds carrés situé dans le quartier de Bridle Path a une valeur estimée à 21,8 millions $.

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Les enchères pour la maison torontoise du magnat de la presse déchu Conrad Black sont officiellement ouvertes. La propriété de 23 000 pieds carrés située dans le quartier de Bridle Path a été inscrite à la vente du 8 mars et sa valeur est estimée à 21,8 millions $.

Le manoir se trouve sur un terrain de 6,6 acres compte neuf chambres à coucher, 11 salles de bain et deux bibliothèques de deux étages. La propriété comprend une suite distincte pour le concierge, une annexe convertie en appartement pour invités, une piscine intérieure, une salle de billard et une chapelle.

La vente du 26, Park Lane Circle, est gérée par la firme new-yorkaise Concierge Auctions et l'agent Barry Cohen, de Re/Max Realtron Realty. Aucun autre détail n'a été fourni au sujet de l'enchère.

La propriété a accueilli plusieurs invités célèbres, incluant l'ex-première ministre britannique Margaret Thatcher, l'ex-président américain Richard Nixon, le chanteur Elton John et le prince Philip, duc d'Édimbourg.

La construction du domaine a été dréalisée par le père de M. Black, George Montegu Black. La maison appartient à la famille depuis 65 ans.

Les détails de l'inscription à la vente en ligne affirment que la propriété a été construite par l'architecte Thierry W. Despont, qui a compté parmi ses clients l'ex-patron de Microsoft Bill Gates, un des hommes les plus riches du monde, ainsi que le designer de vêtements Calvin Klein et l'homme d'affaires grec Stavros Niarchos.

Le quartier torontois cossu de Bridle Path est connu pour ses propriétés immobilières, parmi les plus dispendieuses au pays.

«C'est une grande maison pour deux personnes», a affirmé M. Black dans un communiqué le mois dernier. «Nous allons souvent nous trouver à l'étranger et il sera plus pratique pour nous de déménager dans une (autre) maison, puisque nos carrières ont évolué.»

M. Black, autrefois propriétaire de plusieurs journaux, a purgé une peine de trois ans de prison après avoir été jugé, en 2007, coupable de fraude aux États-Unis alors qu'il était à la tête de la société torontoise Hollinger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer