On a testé: la «vraie» machine à Coke

Préparer soi-même un authentique Coca Cola ou un Sprite à la maison? C'est ce... (Photo fournie par Keurig)

Agrandir

Photo fournie par Keurig

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Le Marec

Collaboration spéciale

La Presse

Préparer soi-même un authentique Coca Cola ou un Sprite à la maison? C'est ce que propose Keurig avec le Kold. En vaut-il le coup?

Si préparer des boissons gazéifiées (ou pas) à base de concentrés est aujourd'hui très fréquent, la plupart des colas proposés avaient une saveur... d'imitation. Impossible également de préparer son Sprite ou son Canada Dry au goût de l'original.

Keurig a décidé d'appliquer ce qu'il fait dans les machines à café aux sodas, c'est-à-dire proposer des capsules ornées du logo de marques connues.

La machine occupe le même espace sur le plan de travail qu'une cafetière Keurig. Plus imposante qu'une cafetière ordinaire, elle reste toutefois assez facile à manipuler.

La mise en route se fait automatiquement dès le câble électrique branché. Par contre, et c'est là son principal défaut, elle met beaucoup trop de temps à refroidir. Comptez deux heures avant de pouvoir l'utiliser. Au quotidien, il faudra donc la laisser branchée. De plus, la réfrigération émet un bruit continu qui est loin de la rendre discrète.

Contrairement à Soda Stream, qui utilise des bonbonnes de gaz, les capsules du Keurig Kold contiennent des billes qui permettent de gazéifier l'eau. Tout comme pour un café en capsule, on place celle destinée à la Kold dans l'emplacement prévu, on appuie sur un bouton, et la machine se charge du reste.

Côté goût, le pari est relevé. Le Coke goûte le Coke! De toute façon, lors des discussions avec Keurig, l'exigence de Coca-Cola a été claire: il fallait que le résultat corresponde au Coca-Cola du commerce! Il en va de même pour les autres boissons comme le Sprite ou le Canada Dry. Il n'y a pas de différence de goût, dans la mesure où l'eau utilisée a été préalablement filtrée. Avec de l'eau du robinet, on perçoit une différence.

Pour qui?

Quand on se penche sur le coût de revient, on réalise que ce produit n'est pas fait pour tout le monde. La machine coûte 399$, et chaque capsule coûte de 1,37 à 1,50$. C'est franchement trop cher. À titre de comparaison, les bouteilles de litres de Coca-Cola coûtent environ 2$ en magasin. Là, on parle de 1,50$ le verre!

Cette machine est donc destinée aux amateurs de gadgets qui veulent impressionner leurs amis.

Il est clair que c'est une machine de première génération qui va être améliorée et que les prix vont baisser, comme dans le cas du café en capsules. En attendant, il s'agit ici d'une machine dispendieuse destinée pour l'instant à un marché de niche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer