Testé

Le robot qui lave les vitres

Le robot laveur de vitres Winbot 730 est... (Photo fournie par le fabricant)

Agrandir

Le robot laveur de vitres Winbot 730 est une machine intéressante, mais pas tout à fait au point.

Photo fournie par le fabricant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Le Marec

Collaboration spéciale

La Presse

Nettoyer des vitres n'est pas la tâche la plus excitante, surtout lorsque l'on possède de nombreuses surfaces. Et lorsqu'on est obligé de sortir à l'étage, cela peut devenir légèrement périlleux. La solution viendrait-elle d'un robot laveur de vitres?

Ecovacs propose une large gamme de robots nettoyeurs. Nous avons porté notre attention sur le Winbot 730, vendu 400 $. Contrairement aux aspirateurs et nettoyeurs de sols dont on doit recharger la batterie, celui-ci est alimenté au moyen d'un long câble. Vous aurez donc à le brancher, puis le débrancher souvent, certes, mais le bon côté, c'est que l'on peut s'en servir en tout temps sans se soucier du restant d'autonomie.

Par ailleurs, le câble est indispensable pour nettoyer les vitres à l'extérieur. En cas de chute, le robot sera retenu et ne blessera personne. Pour plus de sécurité, un harnais est également livré avec l'appareil. Celui-ci joue bien son rôle et garde le Winbot 730 en suspens. Lors de nos tests, il a d'ailleurs chuté lors du deuxième essai. Néanmoins, après de multiples tentatives, il n'est jamais tombé une seconde fois.

Facile à utiliser 

Après avoir vaporisé le liquide nettoyant adéquat sur l'une des lingettes à placer sous l'appareil, on le met en marche, puis on le colle contre la vitre. Le système fonctionne grâce au principe de succion, et après quelques secondes, il s'accroche fermement. Il suffit ensuite de presser le bouton de mise en marche pour qu'il se mette en action. Il scanne d'abord les bordures de la vitre et s'adapte ensuite pour la nettoyer, une opération qui prend cinq minutes en moyenne.

Efficace? 

Nous avons porté notre attention d'abord sur les vitres d'une habitation avec vue imprenable sur le boulevard Pie-IX à Montréal, où les nombreux véhicules émettent des particules qui viennent s'accumuler sur les surfaces. Nous avons réalisé l'autre essai sur des carreaux donnant sur une rue plus calme et donc moins exposée à la pollution. Bonne nouvelle, les vitres sont bien lavées et ne comportent pas de traces visibles... à l'exception de l'endroit où va s'arrêter l'appareil. Comme dans le cas des nettoyeuses de sol, le liquide nettoyant s'accumule pour former une ligne contre la bordure de la lingette nettoyante. Il faudra donc penser après avoir retiré le Winbot 730 à passer un dernier coup de chiffon afin de parfaire le travail.

Toutefois, deux défauts viennent ternir le tableau. Dans certaines conditions d'éclairage, fort soleil d'un côté et zone plongée dans l'ombre de l'autre, le robot met un peu plus de temps à bien adhérer à la vitre. Si ce défaut ne remet pas en cause ses qualités, l'autre est plus ennuyeux. À l'intérieur d'une fenêtre double, lorsqu'il se trouve en haut de celle-ci, le capteur placé sur le dessus de l'appareil est obstrué par le rebord de l'autre fenêtre. Les chenilles tournent alors dans le vide, et le robot se montre incapable de poursuivre sa tâche. Il faut alors le mettre en pause, puis le remettre en route pour qu'il retrouve son chemin.

Enfin, il faut retenir qu'il n'est pas vraiment à l'aise avec les petites fenêtres d'une dimension d'environ 50 sur 40 cm. Il s'arrête souvent et émet un signal sonore d'erreur.

Conclusion 

C'est une machine intéressante, mais pas encore tout à fait au point pour ce prix, car elle peut être prise en défaut dans les doubles fenêtres, très nombreuses au Québec, climat oblige. Si Ecovacs règle ce problème, elle deviendra parfaitement recommandable.

Winbot 730: 400$

Liquide nettoyant vendu par Ecovacs exclusivement (20$ les 2 L)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer