Design ludique

Des créations de style Memphis de Marie-Pier Guilmain... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Des créations de style Memphis de Marie-Pier Guilmain et Maud Beauchamp

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Muriel Françoise

Collaboration spéciale

La Presse

Ettore Sottsass, fondateur du groupe Memphis, qui a fait fureur en Italie dans les années 80, aurait eu 100 ans cet automne. Son style ludique, mêlant le design à l'art dans une explosion de couleurs, inspire la jeune génération de créatifs, y compris au Québec. Exploration de cette décoration vitaminée, parfaite pour se distraire de la grisaille hivernale.

L' a b c du style Memphis

Pour parvenir à leurs fins d'«antidesign», les partisans du groupe Memphis avaient recours à certains procédés typiques. Décryptage en cinq objets.

Stratifié

Le groupe Memphis aimait bousculer les conventions pour réveiller le monde du design. Ses fidèles utilisaient très souvent le stratifié en plastique coloré ou en imitation bois, ce qui donne un petit côté IKEA à certains de leurs meubles. Avec ses planches posées de façon asymétrique, l'étagère Carlton d'Ettore Sottsass, pièce de référence du groupe Memphis, fait penser à un château de cartes. Cette sorte de totem d'intérieur, mêlant couleurs vives et pastel, peut faire office de cloison mobile pour une pièce. Le Musée des beaux-arts de Montréal en possède un exemplaire.

Terrazzo

Le terrazzo, très populaire pour les sols en Italie, a servi de fondation aux designers «Memphis» qui se sont emparés de ce classique de la décoration pour leur mobilier. La table d'appoint Kyoto de Shiro Kuramata, en granito blanc, intègre des éclats de verre coloré dans du ciment. Ce motif est devenu incontournable dans les salons du design ces dernières années. On le retrouve chez de nombreuses jeunes marques, y compris pour de la céramique et de la papeterie. Le grand chic? Le terrazzo avec des éclats de marbre, un amalgame insolite que n'aurait sans doute pas désavoué le groupe Memphis.

Humour

La lampe Tahiti d'Ettore Sottsass est le témoin de la résurgence du style Memphis et de son succès auprès des plus jeunes. C'est souvent la première pièce achetée par les collectionneurs. Sa forme de canard, dont le bec cache une ampoule, est l'emblème d'un design décomplexé. On y retrouve du laminé à imprimé confettis combiné à du métal laqué de couleurs vives. Sottsass cherchait à fuir la banalité du quotidien. Dans une démarche artistique, il accordait la priorité à la présence de l'objet, et non à sa fonction.

Couleurs vives

Les membres du groupe Memphis mettaient un point d'honneur à utiliser et à associer des couleurs vives. Nathalie du Pasquier, dont le travail graphique est notamment distribué par la marque scandinave HAY, mélangeait même celles-ci à des imprimés forts comme pour son canapé Royal, un des «classiques» du groupe. Le cabinet D'Antibes de George Sowden, son mari, avec lequel elle partage un studio créatif à Milan, est, quant à lui, une explosion de couleurs vibrantes: bleu, jaune, rouge. Perché sur de longues jambes, il habite l'espace.

Géométrie

Le groupe Memphis avait une affection particulière pour les triangles et les cercles qu'il reproduisait et empilait dans un cocktail de matières et de couleurs flamboyantes au point de frôler le kitsch. Le fauteuil Bel Air de Peter Shire, originaire de Los Angeles, compte parmi les pièces phares du groupe. Le designer a tiré son inspiration de l'Art déco, de l'architecture «Space Age» des années 50 et du surf, très populaire sur la côte Ouest. Le nom de ce siège asymétrique fait référence à un palace de Beverly Hills.

Ettore Sottsass, fondateur du groupe Memphis,... (Photo fournie par Memphis srl) - image 2.0

Agrandir

Photo fournie par Memphis srl

Quatre designers québécois inspirés

De façon consciente ou non, des designers québécois créent dans la veine du radicalisme du groupe Memphis et explorent les formes, couleurs et matières avec audace. Zoom sur quatre studios balayés d'inspirations multiples.

Nicolas Bellavance-Lecompte: En filigrane

La récente exposition consacrée à Ettore Sottsass au Met, à New York, comptait quatre objets d'Oeuffice, un studio formé de l'architecte québécois Nicolas Bellavance-Lecompte et du designer canadien Jakub Zak. «Le commissaire de l'exposition m'a contacté, car il trouvait le lien très pertinent pour exprimer l'influence du mouvement Memphis chez les créateurs contemporains», raconte Nicolas Bellavance-Lecompte. On retrouvait parmi ceux-ci les tabourets de marbre coloré Kapital, réminiscence de l'architecture classique.

Nicolas partage son temps entre Milan, Beyrouth, où il a ouvert une galerie, et le reste du monde. Sa démarche s'apparente à celle d'un artiste. Comme chez les membres du groupe Memphis, l'industrie le laisse de marbre. «Ettore Sottsass et le mouvement Memphis ont toujours été une source d'inspiration en termes de recherche et de concepts radicaux liés aux formes et utilisations des objets», éclaire-t-il. Certaines de ses pièces, par le choix des matériaux, des motifs et des assemblages, rappellent le style du groupe. «Mais l'inspiration fondamentale de mon travail est surtout l'architecture, les concepts constructifs reportés à une échelle domestique avec un concept et une référence particulière», précise-t-il. Oeuffice sortira une collection de luminaires l'an prochain.

Mpgmb: Par fantaisie

Marie-Pier Guilmain (mpg) et Maud Beauchamp (mb) ratissent les champs de la création avec un plaisir affiché. Ces deux amies d'école mettent à profit leur structure artisanale pour suivre leurs inspirations en toute liberté. Leur entreprise, fondée en 2013 à Montréal, se spécialise dans la céramique et les pièces graphiques. Plusieurs de leurs créations partagent un air de famille avec celles du groupe étoile des années 80.

«Avec l'internet, les designers d'aujourd'hui sont pris dans un flux d'images, explique Maud. On ne peut pas nier qu'il y ait un retour au style Memphis.» «L'inspiration est là; nous faisons des choses ludiques, mais avec notre touche personnelle», précise Marie-Pier.

Le manufacturier Souda, à Brooklyn, a même baptisé leur table en cercles de marbre et de bois empilés «Sass», en hommage à Ettore Sottsass. Mpgmb collabore également avec Gautier studio pour la décoration des chambres d'enfants. Le tandem participera pour la cinquième fois au souk@sat, du 29 novembre au 3 décembre prochains, avec les cache-pots au grillage de métal coloré Valley et des affiches «Memphis».

Zoë Mowat: Aléatoirement

Avec une mère artiste, Zoë Mowat est arrivée au design avec une approche résolument esthétique et expérimentale. Au quotidien, elle jongle avec les matériaux, les textures, les proportions et les couleurs, des plus vives aux neutres. Tout comme les designers du groupe Memphis, ce qui lui a valu d'être citée parmi les designers dont le travail porte la trace de cette influence; une mauvaise lecture, à ses yeux. «Même si mes créations sont clairement postmodernes, le style Memphis n'a jamais compté parmi mes sources d'inspiration», clarifie-t-elle.

En revanche, la designer a été interpellée par le design de la communauté religieuse shaker qui intégrait la couleur dans son travail. Elle fait partie du projet Furnishing Utopia, une réinterprétation contemporaine par des créateurs nordiques. Sa structure de rangement et ses brosses ont été exposées lors de la Semaine du design à New York, en mai 2016 et 2017, ainsi qu'au Salon du meuble de Stockholm l'hiver dernier.

Dear Human: Par jeu

Tout comme les membres du groupe Memphis, Jasna Sokolovic et Noel O'Connell, le couple derrière Dear Human, aiment composer avec les couleurs, des pastels doux au jaune soleil, voire au magenta. «Nous n'avons pas peur des couleurs, associées à des éléments graphiques, elles sont notre signature», sourit Noel. Leurs meubles et objets joyeux s'écartent du schéma classique de l'industrie. Les formes géométriques et les matériaux sont alternés avec candeur.

Le plus bel exemple? La lampe Module qui fait penser aux curieux totems d'Ettore Sottsass. Ici, des anneaux de céramique et de terracotta s'empilent avec des pièces en papier mâché, un pan du design durable investi par la marque installée à Montréal depuis deux ans. «C'est un jeu à anneaux de notre fils qui nous a donné cette idée», raconte Jasna. «Nous nous efforçons de toujours avoir une approche ludique que l'on retrouve également dans le design Memphis», complète Noel. Dear Human participera pour la première fois au souk@sat à Montréal, cet automne, ainsi qu'à la Semaine du design de Toronto et au Salon du meuble de Stockholm l'hiver prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer