Bois McNeil: des gars et des caisses

Les frères Pesant et leurs associés Olivier Grégoire... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Les frères Pesant et leurs associés Olivier Grégoire et Albert Morin offrent des jardinières, mais aussi des caisses en pin faites selon des standards d'autrefois.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a un peu plus d'un an, Arnaud Pesant a offert en cadeau de fête à son frère François une caisse en bois qu'il avait lui-même fabriquée. Sans s'en douter, la première d'une longue série.

Les frères Pesant et leurs associés Olivier Grégoire... (Photo David Boily, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Les frères Pesant et leurs associés Olivier Grégoire et Albert Morin offrent des jardinières, mais aussi des caisses en pin faites selon des standards d'autrefois.

Photo David Boily, La Presse

«Je travaillais en restauration et je cherchais une porte de sortie, dit Arnaud Pesant. Ça faisait un moment que je chérissais l'idée de partir quelque chose avec mon frère.» Il refait la terrasse du restaurant d'un ami et constate en allant dans une pépinière que ses jardinières suscitent de l'intérêt auprès des autres clients.

Il n'en fallait pas davantage pour que Les Bois McNeil voit le jour. Le nom de l'entreprise a beau être emprunté au grand-père maternel d'Arnaud et François Pesant, c'est celui du côté de leur père qui récupérait jadis des boîtiers de télévision en bois pour les revendre dans son magasin de la rue Jarry sous forme d'étagères, meubles et boîtes à fleurs.

Aujourd'hui, les frères Pesant et leurs associés Olivier Grégoire et Albert Morin offrent des jardinières, mais aussi des caisses en pin faites selon des standards d'autrefois.

«Ce ne sont pas des produits qui sont complexes à faire. On n'a pas réinventé la roue, explique Arnaud Pesant. On n'est pas des artistes ou des designers. On tripe sur des choses d'une autre époque et on s'efforce de les fabriquer comme c'était fait. On veut faire des objets pratiques.»

Leurs jardinières, caisses et caissons sont faits pour survivre aux intempéries et sont traités à l'huile de pin et à l'huile de Tung. Fixées au mur à l'intérieur, elles serviront d'étagères.

Le quatuor McNeil se targue d'offrir un produit fait à Montréal, avec des composantes québécoises. «Le fait que ce soit fait à Montréal est un gage de qualité. Quand tu vends ce que tu fais chez toi, tu fais attention à ce que tu produis: c'est ton voisin qui l'achète», illustre Olivier Grégoire.

Un marché à conquérir

Les affaires démarrent en lion pour les quatre gars des Bois McNeil, mais on ne leur reprochera pas d'avoir la grosse tête. Leur logo est buriné à l'intérieur de leurs caisses et jardinières. Ils ne voyaient pas l'intérêt de le mettre à l'extérieur, jusqu'à ce qu'un détaillant leur fasse remarquer que les clients aiment savoir que leur produit est fabriqué au Québec.

De même, c'est sans trop y croire qu'ils ont contacté les magasins Simons avec leurs produits. C'était sans compter sur Olivier, qui «fonce, peu importe qui est le client» et a réussi à convaincre le détaillant québécois de vendre leurs caisses dans certains de ses magasins.

«Il y a 270 pépinières au Québec, on est présents dans 6», dit en riant François Pesant. La marche est peut-être haute à monter, mais ils ont bien des caisses en bois pour y arriver.

Les produits des Bois McNeil sont notamment vendus chez Buk&Nola, Simons et à la Pépinière Jasmin.

La liste complète des détaillants se trouve sur le site web de l'entreprise.

lesboismcneil.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer