Somptueuses têtes de lit

Le lit Mah Jong de Roche Bobois... (Photo fournie par Roche Bobois)

Agrandir

Le lit Mah Jong de Roche Bobois

Photo fournie par Roche Bobois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les chefs de tribus suspendaient leurs trophées de chasse au-dessus de leur couche. Les rois de France mêlaient damas violet et broderies d'or à leur tête de lit. Symbole de pouvoir autrefois, d'esthétique et de confort aujourd'hui, la tête de lit se fait lisse, matelassée, inclinable comme un canapé.

Pour les petits espaces, Bettina Bilodeau de Signature... (Photo fournie par Trica) - image 1.0

Agrandir

Pour les petits espaces, Bettina Bilodeau de Signature Maurice Tanguay recommande ce lit d'inspiration italienne au profil très mince, le Quadrato de la compagnie québécoise Trica. 

Photo fournie par Trica

Jaymar propose le modèle Robin avec une tête... - image 1.1

Agrandir

Jaymar propose le modèle Robin avec une tête ajustable, transformant le lit en canapé de chambre.

Pour Nathalie Dugré, formatrice et designer chez Roche Bobois, le lit haut est synonyme d'opulence, de rêve, d'évasion. Elle confirme que la tête de lit s'allonge depuis quelques années. «Les gens voyagent de plus en plus, vont dans les hôtels boutiques, où l'aménagement des chambres est souvent spectaculaire.» Une influence qu'on reproduit chez soi.

Tout ce qui est haut donne du panache à une pièce, poursuit la designer. «Dans une chambre de huit pieds de hauteur, une tenture qui descend du plafond au plancher fera paraître la pièce beaucoup plus haute qu'une petite tenture courte. On peut faire le même parallèle avec la tête de lit.»

Même les lits très bas à l'italienne sont habillés, note-t-elle. Soit avec une murale ou un immense tableau. «Quand on entre dans une chambre et qu'on voit le lit devant nous, c'est toujours intéressant de traiter le mur derrière. On cherche l'effet un peu théâtral.»

Pour donner une impression d'espace, Nathalie Dugré suggère de dégager la tête de lit de quelques pouces du mur. «Il y a alors une projection d'ombres, et la pièce a l'air plus grande.»

Le lit à tête haute n'est pas à proscrire dans les petites chambres. Il peut trôner avec grâce, mais encore faut-il savoir s'y prendre. «Ce n'est pas la hauteur de la tête de lit qui va imposer, mais le matelas et le sommier qui occupent une énorme surface horizontale. Si cette base est trop haute, l'ensemble va sembler massif.»

Elle insiste aussi sur les tables de chevet qui doivent être bien calibrées à la hauteur du matelas. Et idéalement symétriques, selon ses goûts personnels. «Plus les lignes se ressemblent, plus c'est reposant pour l'oeil. Trop d'éclectisme, c'est fatigant et ça prend un oeil averti.»

Toujours dans une petite chambre, elle recommande de minimiser le nombre de meubles. Deux tables de chevet et une seule commode face au lit, basse sur un mur long, haute sur un mur étroit. En présence de deux vedettes, une est toujours le faire-valoir de l'autre. Même logique en déco, dit la designer. «Pour qu'une tête de lit s'exprime, le reste autour doit être plus sobre.» 

Canapé de chambre

De nos jours, le lit n'est pas que synonyme de sommeil ou de galipettes. On y lit, on y travaille, on pianote sur l'iPad, on écoute la télévision. Le dos bien appuyé sur une tête de lit haute rend ces activités plus confortables. Nathalie Dugré parle même de «canapé de chambre».

Certains modèles ont des têtes inclinables ou déplaçables tout autour du sommier. D'autres ont des lampes intégrées. 

La designer ne cache pas son faible pour les lits en tissu, dont l'engouement va grandissant. Il s'agit selon elle d'un très bon investissement parce qu'il est intemporel. N'ayant ni bois ni métal, le lit en tissu se mariera toujours bien avec des meubles classiques ou contemporains selon les goûts qui changent au fil du temps.

Quant à ceux qui craignent que le tissu soit salissant, elle se fait rassurante. Un traitement imperméabilise et empêche les tâches.

L'art de dormir a beaucoup évolué, dit-elle enfin. En Italie, on trouverait des formats de lit renversants. Ici, la tendance est aux lits grands et très grands, remarque la designer. Devenant de vrais monuments dans la chambre à coucher.

Le lit Profile de Roche Bobois en velours... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Le lit Profile de Roche Bobois en velours bleu-gris 

Le Soleil, Patrice Laroche

Têtes capiteuses

Les têtes de lit capitonnées ont la cote depuis quelques années. Mais ce printemps, elles s'allongent, en doublant de hauteur parfois, alors que les lits, eux, sont plus bas. Les couleurs envahissent les tissus et le bois, comme en témoigne le lit Winston fabriqué par EQ3, une entreprise de Winnipeg.

Chez Structube, la designer Cynthia Gauthier souligne que le tissu est parfois entièrement capitonné, comme le modèle Versailles, parfois seulement aux rebords, comme le modèle Oxford. Swami allie pour sa part une base en placage de noyer nette et contemporaine à une tête de lit haute, incurvée et généreusement rembourrée agrémentée de surpiqûres. Un look plus moderne et masculin, juge la designer.  Michèle LaFerrière et Alexandra Perron

Le bois de grange s'intègre à tous les... (Photo fournie par Catherine Nadeau) - image 3.0

Agrandir

Le bois de grange s'intègre à tous les styles.  

Photo fournie par Catherine Nadeau

Point focal

Le lit est le «point focal» de la chambre. C'est donc «logique» de vouloir le mettre en valeur, affirme la designer Catherine Nadeau.

Elle a conçu cette charmante tête de lit, à droite, et a demandé aux ébénistes d'Espace-Bois, à Saint-Germain-de-Kamouraska, de la fabriquer avec du bois de grange. «Le bois de grange s'intègre à tous les styles», fait-elle observer.

Pour ce projet, elle l'a agencé à un papier peint «effet lin» et l'a jumelé à quelques coussins gris et à de la literie de la boutique Pottery Barn.

Catherine Nadeau remarque que les consommateurs investissent de plus en plus dans leur chambre. Ils ont rénové leur cuisine et leur salle de bain, ils passent maintenant à la chambre. Et le lit est un incontournable. Le bois est un matériau indémodable. Mais aujourd'hui, fait valoir la designer, il y a des stratifiés et des mélamines de très bonne qualité qui imitent le bois de grange à la perfection. «On peut mettre du cuir sur les murs et même des matériaux destinés aux planchers, indique-t-elle. On peut aller au-delà de l'imagination.»  Michèle LaFerrière

Cette housse aux motifs de fleur du désert... (Photo fournie par Home Depot) - image 4.0

Agrandir

Cette housse aux motifs de fleur du désert s'enfile sur une tête de lit existante. 

Photo fournie par Home Depot

Housse, déhousse

Envie d'un lit avec une jolie tête en chêne fumé? Ou plutôt d'un dossier confortable pour lire ou travailler? Signature Tanguay tient en magasin le modèle Bridge du manufacturier québécois Huppé, dont la housse se glisse ou s'enlève avec une facilité déconcertante. La version tissu ou bois donne l'impression de changer de lit en un clin d'oeil. Et le choix de matières et de finis est varié, précise Bettina Bilodeau, designer chez Signature Tanguay. Lit complet et housse se détaillent environ 2300 $.

Home Depot vend pour sa part des housses de la collection Skyline Furniture qui s'enfilent comme un gant sur une tête existante. Ces revêtements 100 % coton, fabriqués à la main aux États-Unis sont en vente en ligne seulement sur homedepot.ca, entre 289 $ et 355 $.

Quand Nathalie Dugré, designer chez Roche Bobois, pense lit déhoussable, elle pense à Flou, le prêt-à-dormir italien qui a lancé en 1978 le lit Nathalie. Né du génie de Vico Magistretti, il est doux, rembourré, déhoussable et lavable. À voir sur le site www.flou.it/fr

Alexandra Perron et Michèle LaFerrière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer