Des pièces qui s'adaptent à volonté

Grâce au module Move Home, Jean-Guy Talbot peut agrandir... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Grâce au module Move Home, Jean-Guy Talbot peut agrandir sa cuisine et son salon durant le jour. En reculant le bloc mobile de 10 pi dans sa chambre, il en gagne tout autant à l'avant de l'appartement.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'an dernier, Jean-Guy Talbot a vendu son spacieux bungalow, situé à Saint-Hubert, pour s'installer non loin dans un appartement de 360 pi2. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il s'y plaît beaucoup. Le secret? Le module Move Home lui permet d'agrandir sa cuisine et son salon durant le jour et de profiter d'une chambre spacieuse la nuit venue.

Le module se déplace facilement. Chaque matin, après avoir replié son lit escamotable contre le mur, M. Talbot fait reculer le bloc dans l'espace dont il se sert peu le jour. Du coup, son salon et sa cuisine gagnent 150 pi2. La nuit, il fait l'opération inverse afin d'agrandir sa chambre et de dormir en tout confort.

«J'aime le concept», souligne M. Talbot, qui apprécie aussi le fait que l'immeuble, hyper vert, soit entièrement fait de bois lamellé-collé et lamellé croisé. Aucun gypse ne couvre les murs.

«Je me sens bien, poursuit-il. Je peux recevoir sans problème ma famille. Mes quatre petits-enfants veulent un module pareil!»

Le module comprend d'un côté une cuisine compacte équipée notamment d'un réfrigérateur, d'une plaque de cuisson, d'un évier et d'armoires. De l'autre côté, adjacent à la chambre, se trouve une micro salle de bains, avec une douche vitrée, une cuvette qui rappelle celles que l'on retrouve dans les avions et un lavabo.

Du côté de la chambre, la cinquième version... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Du côté de la chambre, la cinquième version du module Move Home renferme une micro salle de bains avec une douche vitrée, une cuvette qui rappelle celles que l'on retrouve dans les avions et un lavabo.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Dans le complexe locatif La Loggia urbaine, à Saint-Hubert, 4 des 13 logements sont équipés d'un tel module. «Ce sont les quatre premiers qui ont été loués», souligne fièrement l'inventeur, l'architecte Pierre Leclerc, qui teste ses créations dans son propre immeuble, où les premiers locataires sont arrivés en juillet 2016.

Jean-Guy Talbot met à l'épreuve la cinquième génération du module. De nombreuses améliorations ont été apportées au concept, si bien que la septième version, prête à être fabriquée dans une usine à Sainte-Julie, attire sérieusement l'attention de promoteurs de la région de Montréal. La salle de bains, intégrée dans le module, est notamment plus attrayante. Beaucoup de rangement est prévu dans l'appartement. Un écran tactile remplace aussi les boutons du début, faisant tout aussi aisément reculer et avancer le bloc grâce à un ingénieux système mécanique sur rail.

Le principe demeure toutefois le même: des tuyaux flexibles, s'enroulant et se déroulant au haut du mur, remplacent la tuyauterie traditionnelle de la cuisine et de la salle de bains.

Nombreux avantages

«Le module permet de vivre dans un petit logement sans faire de sacrifices, souligne Jean Drolet, directeur général de l'entreprise Move Home. On ne couche pas dans le salon.»

Des détecteurs de mouvement, installés partout, rendent le produit très sécuritaire, renchérit Pierre Leclerc, qui a fondé et préside l'entreprise.

La sixième version du module Move Home comporte... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

La sixième version du module Move Home comporte plusieurs améliorations, démontre l'architecte Pierre Leclerc. Beaucoup de rangement a été ajouté dans le condo témoin et une table extensible peut être intégrée dans une armoire.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le module ne peut bouger si quelqu'un se trouve devant ou à l'intérieur. Un plaisantin ne pourrait ainsi actionner le mécanisme lorsque quelqu'un prend sa douche. Même chose si la plaque de cuisson fonctionne.

La valve de l'eau est par ailleurs coupée lorsque personne ne se trouve devant l'évier de la cuisine, dans la douche ou dans la salle de bains. Les dégâts d'eau, un véritable fléau dans les tours d'habitation, sont ainsi prévenus.

Autre avantage: dans un immeuble neuf, un constructeur peut intégrer huit logements plutôt que six par étage, précise M. Leclerc. L'immeuble sera terminé plus rapidement et sans perte de matériaux, puisque tout est réalisé en usine.

Avec son coactionnaire Raymond Ouellette, l'architecte a de grandes visées à l'international. Le marché de la rénovation à Montréal est aussi prometteur. «De grands logements de 25 pi de largeur et 50 ou 60 pi de profondeur, difficiles à louer parce que très chers et mal isolés, pourraient être coupés en deux pour donner des lofts de 25 pi sur 25, au goût du jour et isolés selon les dernières normes Novoclimat», souligne-t-il.

M. Leclerc et son équipe profiteront de la tenue du Sommet mondial du design 2017 à Montréal, du 16 au 25 octobre, pour faire découvrir le module à un vaste public. Les visiteurs pourront en faire l'expérience à l'aide de casques de réalité virtuelle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer