Des planchers à réinventer

Le pochoir est l'une des techniques prisées par... (Photo fournie par Mr. & Mr.)

Agrandir

Le pochoir est l'une des techniques prisées par ceux qui décident de changer de décor en peignant leur plancher.

Photo fournie par Mr. & Mr.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a ceux qui veulent redonner un peu de chaleur à un triste plancher de béton. Ne plus voir ce vernis jauni sur la marqueterie du salon. Oublier les horribles carreaux au sol de la salle de bains: toutes les raisons sont bonnes pour changer l'apparence du plancher d'une pièce, et la tâche n'est pas si complexe. À condition de suivre quelques règles de base.

Pourquoi peindre?

«Parce que cela coûte trop cher de changer un plancher!» Mysha Bolen l'avoue: en avoir eu les moyens, elle aurait tout bonnement arraché les carreaux sans intérêt de sa salle de bains pour les remplacer par des carreaux de ciment dernier cri. Les choses étant ce qu'elles sont, la blogueuse américaine s'est résignée à les repeindre au pochoir avec un tel succès qu'elle s'apprête à repeindre d'autres pièces de sa maison.

D'autres sont toutefois plus réticents à faire miroiter les économies. «On le fait pour avoir une oeuvre unique, donner un cachet particulier à une pièce qu'on aime», dit Marie-France Kech, experte de la peinture décorative à Montréal. Il n'y a rien de tel qu'une couleur pimpante pour égayer une chambre d'enfant, du blanc pour éclaircir le sombre salon du chalet, etc. Johanne Bilodeau, de l'atelier Peintre de l'illusion, voit aussi défiler bien des Montréalais lassés d'un vieux plancher au vernis jauni, mais dont les lattes ont été trop amincies par les sablages successifs pour l'être de nouveau.

Les surfaces idéales

Le béton et le bois sont les surfaces idéales pour les projets de peinture; les avis sont plus partagés pour la céramique. Chez Benjamin Moore, par exemple, on déconseille de la peindre - tout comme le plancher flottant -, alors que les représentants des peintures décoratives Chalk Paint, d'Annie Sloan, l'approuvent. Un an après avoir recouvert ses carreaux de ces produits, Mysha Bolen a dû repasser sur quelques éclats envolés. «Si c'était à refaire, je sablerais un peu pour que le produit adhère mieux, mais les corrections se font rapidement, cela reste une bonne option», dit-elle.

La peinture au pochoir donne un caractère unique... (Photo fournie par Mr. & Mr.) - image 2.0

Agrandir

La peinture au pochoir donne un caractère unique à une pièce. Sur la photo: les pochoirs de la série Ground By, de Mr. & Mr.

Photo fournie par Mr. & Mr.

Nettoyage ou sablage?

À peu près «80 % du résultat tient dans la préparation», prévient Sophie Bergeron, directrice de la couleur et du design chez Benjamin Moore. Il faut, à tout le moins, laver de manière impeccable le sol - plusieurs conseillent le même nettoyant tout usage qui est employé pour nettoyer les murs avant de les repeindre (T.S.P.). La céramique gagne à être sablée: «On aura une meilleure accroche si la surface est plus poreuse», note Marie-France Kech. La peintre professionnelle Rita-Marie Babin suggère fortement l'emploi d'un apprêt adapté au type de surface. 

Le polissage

La peinture ne fait que maquiller le plancher, elle ne le répare pas, rappelle Tania Trudel, propriétaire d'Aube Design, qui a mené plusieurs projets du genre. Pour un résultat le plus lisse possible, il faudra soit sabler le sol, soit le recouvrir d'une très fine couche de béton liquide, ce qui permet notamment d'effacer les joints d'un plancher de céramique, mais requiert un certain doigté.

L'importance du temps

«Respecter les temps de séchage est essentiel pour obtenir un résultat durable», prévient Tania Trudel. Il faut généralement compter 24 heures entre chacune des couches, mais Mme Trudel conseille de faire preuve d'encore plus de patience. Certaines peintures nécessitent l'application d'une à deux couches de laque - surtout dans les endroits les plus passants. Dans tous les cas, on attendra idéalement jusqu'à 30 jours avant d'y reprendre un rythme d'activités normal. 

Éviter les contrefaçons

«Évitez d'imiter une autre matière», conseille la peintre Manon-Rita Babin, qui a réalisé plusieurs projets du genre. On ne dupera personne en voulant transformer un vieux plancher de pin en marbre luxueux. Mieux vaut utiliser, à profit, les lignes et textures naturelles de la matière, transformer un plancher de bois clair en bois foncé, ou à motif, etc. 

Les grandes tendances

Mat ou étincelant, le blanc est encore le grand chouchou des clients et des designers, remarque Sophie Bergeron, de Benjamin Moore, même si les couleurs pastel gagnent aussi en popularité. Les pochoirs font un retour, particulièrement pour habiller les planchers de béton d'anciens locaux industriels. «C'est pratique pour marquer la division entre deux espaces dans un même local», remarque le designer Michaël Godner, de 45 Nord atelier.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer