Jacques & Anna: tel père, telle fille

  • Anaïe Dufresne et son père Jacques Pharand, cofondateurs de Jacques & Anna, une jeune entreprise de création et de fabrication de luminaires, qui peuvent être réalisés sur mesure. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    Anaïe Dufresne et son père Jacques Pharand, cofondateurs de Jacques & Anna, une jeune entreprise de création et de fabrication de luminaires, qui peuvent être réalisés sur mesure.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 1 / 9
  • L'atelier Jacques & Anna loge dans l'espace Trinidad Studio, rue Chabot, à Montréal. Un espace de travail collectif qu'Anaïe Dufresne partage avec la photographe Fannie Laurence et la firme de design graphique Don Carlo. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    L'atelier Jacques & Anna loge dans l'espace Trinidad Studio, rue Chabot, à Montréal. Un espace de travail collectif qu'Anaïe Dufresne partage avec la photographe Fannie Laurence et la firme de design graphique Don Carlo.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 2 / 9
  • Jacques Pharand, un ingénieur, prête main-forte à sa fille et la conseille, notamment, d'un point de vue technique. «Jacques & Anna demeure encore un à-côté, avoue Anaïe. Mon père travaille à la Ville de Montréal et je planche, parallèlement, sur un projet de banque d'images vidéo», précise celle qui a obtenu un bac en scénographie. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    Jacques Pharand, un ingénieur, prête main-forte à sa fille et la conseille, notamment, d'un point de vue technique. «Jacques & Anna demeure encore un à-côté, avoue Anaïe. Mon père travaille à la Ville de Montréal et je planche, parallèlement, sur un projet de banque d'images vidéo», précise celle qui a obtenu un bac en scénographie.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 3 / 9
  • Il y a environ deux ans, alors qu'elle travaillait au restaurant H4C Place Saint-Henri, Anaïe a proposé d'ajouter sa touche à l'éclairage des lieux. «C'est à ce moment que le projet de Jacques & Anna a débuté», raconte celle qui a opté pour Anna plutôt qu'Anaïe pour la marque. «J'ai choisi Anna pour la sonorité et aussi parce que mes proches m'appellent bien souvent Anna», justifie-t-elle. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    Il y a environ deux ans, alors qu'elle travaillait au restaurant H4C Place Saint-Henri, Anaïe a proposé d'ajouter sa touche à l'éclairage des lieux. «C'est à ce moment que le projet de Jacques & Anna a débuté», raconte celle qui a opté pour Anna plutôt qu'Anaïe pour la marque. «J'ai choisi Anna pour la sonorité et aussi parce que mes proches m'appellent bien souvent Anna», justifie-t-elle.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 4 / 9
  • Les cofondateurs de Jacques & Anna ont conçu et réalisé des suspensions pour le Café 8 oz., à Montréal. «C'est le projet qui nous a lancé», indique Anaïe. Ici, un aperçu des suspensions au Café 8 oz. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    Les cofondateurs de Jacques & Anna ont conçu et réalisé des suspensions pour le Café 8 oz., à Montréal. «C'est le projet qui nous a lancé», indique Anaïe. Ici, un aperçu des suspensions au Café 8 oz.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 5 / 9
  • Comme son père, Anaïe Dufresne est manuelle. «Nous adorons concevoir, fabriquer. Ça nous unit», confie Anaïe. Cette dernière aime aussi chiner les globes <em>vintage</em>, qu'elle intègre dans ses luminaires. «Quant aux autres composantes (douilles, bois, métal...), elles sont neuves.» Ici, ce modèle unique de suspension est formé d'un globe de verre, de laiton et d'un fil de tissu vert olive. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    Comme son père, Anaïe Dufresne est manuelle. «Nous adorons concevoir, fabriquer. Ça nous unit», confie Anaïe. Cette dernière aime aussi chiner les globes vintage, qu'elle intègre dans ses luminaires. «Quant aux autres composantes (douilles, bois, métal...), elles sont neuves.» Ici, ce modèle unique de suspension est formé d'un globe de verre, de laiton et d'un fil de tissu vert olive.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 6 / 9
  • D'abord, Anaïe sélectionne les matériaux et esquisse la forme des lampes. Ensuite, le père et la fille s'entendent sur le produit final. «On peut repasser 10 fois sur un même dessin de lampe», admet Jacques Pharand. Le tandem a conçu des modèles de luminaires pour quelques restaurants à Montréal, comme celui-ci, au profil triangulaire, que l'on peut voir au restaurant Candide. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    D'abord, Anaïe sélectionne les matériaux et esquisse la forme des lampes. Ensuite, le père et la fille s'entendent sur le produit final. «On peut repasser 10 fois sur un même dessin de lampe», admet Jacques Pharand. Le tandem a conçu des modèles de luminaires pour quelques restaurants à Montréal, comme celui-ci, au profil triangulaire, que l'on peut voir au restaurant Candide.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 7 / 9
  • Anaïe Dufresne s'inspire d'abord des matériaux, mais aussi d'arts visuels, d'architecture contemporaine et de ses nombreux voyages pour concevoir ses lampes. Surtout, elle a su créer son style tout en finesse, empreint d'élégance et de simplicité, auréolé d'un effet <em>vintage</em>. Enfin, cette dernière préfère l'éclairage (flatteur) des ampoules à incandescence. «Jusqu'à présent, je n'ai rien encore trouvé de similaire», affirme-t-elle. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    Anaïe Dufresne s'inspire d'abord des matériaux, mais aussi d'arts visuels, d'architecture contemporaine et de ses nombreux voyages pour concevoir ses lampes. Surtout, elle a su créer son style tout en finesse, empreint d'élégance et de simplicité, auréolé d'un effet vintage. Enfin, cette dernière préfère l'éclairage (flatteur) des ampoules à incandescence. «Jusqu'à présent, je n'ai rien encore trouvé de similaire», affirme-t-elle.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 8 / 9
  • L'atelier Jacques & Anna est ouvert au public, sur rendez-vous. Des luminaires peuvent être achetés sur place ou commandés, sur mesure. Le prix des lampes commence à 80$, pour un modèle de la collection Blocs. (PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO)

    Plein écran

    L'atelier Jacques & Anna est ouvert au public, sur rendez-vous. Des luminaires peuvent être achetés sur place ou commandés, sur mesure. Le prix des lampes commence à 80$, pour un modèle de la collection Blocs.

    PHOTO FANNIE LAURENCE, FOURNIE PAR TRINIDAD STUDIO

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lucie Lavigne
Lucie Lavigne
La Presse

Jacques Pharand, 61 ans, et sa fille Anaïe Dufresne, 30 ans, ont fondé la marque de luminaires Jacques & Anna. « Une jeune entreprise père-fille », résument-ils. Spécialisée dans la création de lampes pour la maison ou le milieu commercial, cette petite entreprise montréalaise propose des créations dont le style, qui allie délicatesse et sobriété, fait craquer les adeptes de nouveautés.

>>>Consultez le site de Jacques & Anna.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer