Décorer à deux

Maxime St-Jean, 26 ans, sa conjointe Eliane Sauvé,... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Maxime St-Jean, 26 ans, sa conjointe Eliane Sauvé, 27 ans, et leur chat Robin, dans leur appartement du Mile End, à Montréal. Le couple désire renouveler la déco de l'espace salon-salle-à-manger, notamment. 

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lucie Lavigne
Lucie Lavigne
La Presse

Il veut du blanc. Elle veut de la couleur. Il se contente de son vieux meuble télé. Elle veut le changer. Décorer à deux n'est pas (toujours) de tout repos. Deux couples nous ont confié leur tableau d'inspiration, et deux experts nous livrent leurs solutions pour parvenir à un compromis... dans l'harmonie !

Après la «décorista», le «décoristo»

On connaît les « décoristas » : des passionnées de décoration qui ont du flair pour les tendances et qui naviguent allègrement sur les applis et sites de partage de photos (Instagram, Pinterest...). Mais voilà, une sorte de pendant masculin - le décoristo - gagne du terrain. Un homme qui donne son avis, qui peut craquer pour le style mid-century et qui n'est pas forcément designer ou architecte dans la vie.

Bien sûr, tous les hommes ne se transformeront pas en décoristo du jour au lendemain.

Mais il « suit le grand mouvement général d'addiction à la déco », annonçait le magazine Madame Figaro, il y a quelques années. 

Un constat partagé par la Montréalaise Vanessa Sicotte, blogueuse déco depuis 2009.

«Beaucoup d'hommes s'intéressent à la décoration. Tant et si bien que les décisions se prennent maintenant à deux.»

Vanessa Sicotte
Blogueuse déco depuis 2009

Celle qui a récemment lancé un service de e-design, c'est-à-dire des consultations déco par le truchement de son site internet Damask & Dentelle, rappelle qu'« il n'y a pas si longtemps encore, l'homme vivait généralement dans le décor de madame ». 

Bref, les temps changent et nous avons tenté d'en savoir un peu plus sur le phénomène en invitant deux couples à réaliser individuellement un tableau d'inspiration avant de se lancer dans des travaux d'aménagement, une étape importante qui permet d'exprimer ses goûts et ses envies.

« Et avant d'accumuler les photos et les idées inspirantes trouvées dans les magazines et l'internet, je conseille aux gens de magasiner chez eux, au préalable, et de photographier tout ce qu'il leur plaît pour la pièce à décorer », souligne la styliste déco. 

« Attention aussi aux tableaux d'inspiration trop touffus, enchaîne l'architecte Sébastien Parent, de l'agence La Shed architecture. Il vaut mieux trier vos photos, comparer vos tableaux, si vous êtes en couple, et "débattre" à la maison avant de rencontrer un concepteur. Ainsi, il lui sera plus facile de cerner vos goûts. » 

Le diable est dans les détails

Vanessa Sicotte et Sébastien Parent ont analysé les tableaux des deux couples qui ont un goût sûr et un intérêt pour le design actuel.

Leurs désaccords portaient principalement sur des détails, comme la couleur, les accessoires, les meubles à garder ou à changer, mais pas d'ultimatums du type : « J'exige que mon panneau de signalisation (Arrêt, sens unique...) soit installé dans le salon ! » Ou, comme l'a déjà observé Vanessa Sicotte : monsieur veut garder sa table à café faite de pneus de camion. « Il y a toujours une solution, assure-t-elle. Dans ce cas-ci, la table a été légèrement transformée et trône maintenant dans le jardin ! »

Pierre-Olivier Houde, 33 ans, et sa conjointe Véronique... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

Pierre-Olivier Houde, 33 ans, et sa conjointe Véronique Gingras, 29 ans, dans leur duplex, à Montréal. Entrepreneur général, Pierre-Olivier est en train de transformer le petit immeuble en maison unifamiliale.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Imaginer une nouvelle chambre

Véronique Gingras, 29 ans, et Pierre-Olivier Houde, 33 ans, emménageront ce printemps dans leur demeure, complètement rénovée, du Plateau-Mont-Royal. Elle est conceptrice-rédactrice chez lg2. Lui est entrepreneur général, fondateur de l'entreprise Le Pierre rénovation et aux commandes des travaux. Pour nous, ils ont épinglé plusieurs photos déco résolument dans le coup en prévision de l'aménagement de leur chambre.

Les goûts...

...de Véronique

Rose quartz (l'une des tendances Pantone 2016) et vert émeraude ou jade, miroir à reflet or rose, housse de couette en fibre naturelle texturée (comme le lin), literie à motif, tapis et coussins colorés, design d'inspiration scandinave, éclairage de lecture et quelques plantes bien choisies... Véronique a tout de la « décorista » : un oeil avisé et un faible pour les beaux objets !

>>>Voyez le tableau d'inspiration Pinterest de Véronique.

...de Pierre-Olivier

« Selon lui, notre chambre pourrait être meublée d'un lit et de deux tables de chevet. Rien de plus ! », révèle Véronique. En effet, les photos d'ambiance du tableau de Pierre-Olivier se distinguent par le dépouillement, le blanc, le bois et quelques imprimés soigneusement sélectionnés. Très (très) peu de coussins, tapis, plantes et touches de couleur. « Mon style se situe à mi-chemin entre un intérieur minimaliste japonais et celui d'un chalet scandinave. J'apprécie certains détails chaleureux comme le bois ou la simplicité d'une grosse couverture en tricot. Mais je n'aime pas les espaces trop encombrés et l'accumulation d'objets », avoue Pierre-Olivier.

>>>Voyez le tableau d'inspiration Pinterest de Pierre-Olivier.

Terrain d'entente

Voici quelques-unes des propositions et solutions d'aménagement de l'architecte Sébastien Parent, de La Shed architecture.

Du contreplaqué russe pour recouvrir le rangement, qui fait office de tête de lit. Ainsi, le bois réchauffe et procure du caractère à l'ensemble. « Et on évite, par la même occasion, que la chambre ne soit entièrement blanche, comme le souhaitait Pierre-Olivier », note l'architecte.

Un accent de couleur sur l'un des murs (gris souris, par exemple) participerait à créer une ambiance plus enveloppante.

« Si Pierre-Olivier refuse la mise en place d'un tapis, je compenserais alors avec une literie douillette [jeté, housse de couette...] peut-être ornée d'un motif géométrique. » Dans le même esprit, des rideaux - pleine hauteur - en tissu texturé procureraient, en prime, une qualité acoustique à la pièce. Autrement, un grand tapis de feutre (plutôt qu'à poils longs) et au design neutre pourrait agir comme plan B.

En guise d'accessoires, un banc vintage peint de couleur émeraude ou jade (au goût de Véronique) pourrait être placé près de la fenêtre. Il suffirait ensuite d'y déposer une ou deux plantes (dans un pot pastel ?). Sinon, une touche de rose quartz pourrait être contenue dans une grande affiche ou une sérigraphie d'un artiste local. Autre idée : de grands cadres posés au sol, contre le mur, formeraient une composition un rien bohème.

Un lampadaire orientable permettrait à Véronique de lire au lit. Et, de l'autre côté du lit, une lampe pourrait être déposée sur une table d'appoint au design scandinave ou vintage. « Ainsi, l'effet kit serait évité. »

« Enfin, on pourra éclairer la penderie de type walk-in, derrière le lit, et obtenir un bel éclairage indirect », fait remarquer Sébastien Parent.

Eliane Sauvé et Maxime St-Jean.... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE) - image 6.0

Agrandir

Eliane Sauvé et Maxime St-Jean.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Repenser le salon

Eliane Sauvé, 27 ans, productrice à l'agence de photographes Consulat, et Maxime St-Jean, 26 ans, étudiant en photographie et bassiste au sein du groupe montréalais Human Human, entendent bien rafraîchir la déco de l'espace salon-salle à manger de leur logement du Mile-End. En phase avec l'air du temps, leurs tableaux Pinterest respectifs sont très inspirants.

Les goûts...d'Eliane

Son tableau d'inspiration est dominé par les ambiances délicatement bohèmes, un rienvintage, le bois brut, les luminaires au style néo-industriel et au design élégant. Elle trouve que la table de la salle à manger (de son arrière-grand-mère maternelle) est trop massive, alors que son copain l'apprécie. Elle préférerait des chaises plus stylisées et peut-être dépareillées, alors que Maxime, qui les a achetées dans un bazar, les aime bien. Quant à la petite table qui sert de meuble-télé - elle a l'avantage de prendre peu de place, fait valoir Maxime -, elle doit être changée pour un meuble fermé afin de cacher les fils et l'équipement, insiste Eliane. Cette dernière aimerait aussi ajouter une touche de couleur et un assortiment de plantes dans son intérieur.

>>>Voyez le tableau d'inspiration Pinterest d'Eliane.

...de Maxime

De toute évidence, Maxime a un penchant pour l'esprit mid-century, notamment pour les buffets aux lignes graphiques, les teintes plutôt sobres et les luminaires au caractère unique, dotés d'un abat-jour opaque permettant de diriger la lumière. À l'inverse, Eliane a épinglé plusieurs photos de luminaires à l'abat-jour discret ou simplement ornés d'ampoules sphériques. Une chose est sûre, tous les deux sont insatisfaits de l'éclairage actuel.

>>>Voyez le tableau d'inspiration Pinterest de Maxime.

Terrain d'entente

Voici quelques-unes des solutions et propositions de la blogueuse et styliste déco Vanessa Sicotte, qui a analysé les tableaux du couple et l'aménagement actuel de son appartement.

« Il faudrait déplacer le meuble-télé et lui donner une autre fonction. Il pourrait être posé dans l'entrée en guise de banc pour mettre ses bottes ou dans la chambre. Peu importe, il est beaucoup trop petit pour servir de meuble-télé. » Suggestion : une crédence en bois des années 60 (esprit mid-century) dotée de portes coulissantes permettrait de cacher les appareils électroniques et les fils de la télé.

Quant à l'ancien banc blanc qui contient le tourne-disque et des vinyles de collection, « il est bien tel qu'il est. Toutefois, il faudrait trier les vinyles. Certains d'entre eux pourraient être hébergés dans la crédence. »

Du côté de la salle à manger, « La table est massive, mais je peux vivre avec et concéder une victoire à Maxime [qui l'aime bien] : on la garde ! Par contre, je recommande de remplacer les chaises. Le modèle moulé Eiffel Tower, de Charles et Ray Eames, un classique des années 50, s'agencerait bien avec les meubles en place. Et je privilégierais une seule couleur, tel le blanc ou le turquoise. » Mais contrairement à certaines images du tableau d'Eliane, la disposition de chaises dépareillées ne serait pas idéale. « Je préconise souvent le style dépareillé, mais ici, en raison des proportions de la pièce et de l'assortiment de meubles éclectique, le résultat risque d'être visuellement trop "bruyant". »

Autre observation : un lustre architectural, plus impressionnant qu'une ampoule nue au-dessus de la table de salle à manger, serait approprié. « Afin de concilier les goûts des tourtereaux, je proposerais un lustre qui soit à la fois aérien et linéaire avec une saveur rétro, comme une création tubulaire en laiton et bois de la firme montréalaise Hamster. » Aussi, un lampadaire pourrait être posé près du canapé, ainsi qu'une lampe de table sur le meuble du tourne-disque.

Inutile de changer le banc qui sert de repose-pieds dans le salon : il est unique et pratique. « Mais la meilleure façon de le "pimper" serait de remplacer la carpette qui est en dessous et qui ne fonctionne pas du tout, car elle est trop petite pour la pièce. »

« En ce qui a trait à l'ajout d'une touche de couleur, un désir d'Eliane, je suggère quelques coussins décoratifs, esprit bohémien, sur le nouveau canapé. Une tension entre les lignes angulaires et masculines du meuble capitonné et l'assortiment souple et texturé des coussins bohémiens servira de lien au look de la pièce. »

Enfin, vivement les plantes ! « Ils ont une fenêtre idéale pour ça ! Le couple pourrait, entre autres, regrouper plusieurs plantes dans des contenants variés sur un piédestal ou un support [comme ceux de la collection Satsumas, d'IKEA] afin d'obtenir un look jungle en vogue et d'allure très années 70. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Aménagement: l'art du compromis

    Décoration

    Aménagement: l'art du compromis

    Vanessa Sicotte, chroniqueuse et styliste déco, ainsi que Sébastien Parent, architecte, ont à analyser les images qui inspirent leurs clients. Et il... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer