La maison Pantone

Chaque année, Stéphanie Cliche repeint son appartement avec... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Chaque année, Stéphanie Cliche repeint son appartement avec la teinte qui sera tendance pour les 12 mois à venir selon Pantone, leader international de la couleur.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme une enfant à l'approche de Noël, Stéphanie Cliche attend toujours impatiemment que Pantone annonce la couleur de l'année. Parce que chaque année, elle repeint son appartement avec la teinte qui sera tendance pour les 12 mois à venir, selon le leader international de la couleur.

Exceptionnellement, en 2016, la couleur Pantone de l'année... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Exceptionnellement, en 2016, la couleur Pantone de l'année est constituée de deux teintes: un rose «chaud et enveloppant» et un bleu «frais et calme».

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

« Dès le mois de septembre, je n'arrête pas d'en parler ! Et aussitôt que ça sort, je m'en vais chercher ma couleur », lance la maman de deux enfants de 6 et 9 ans, en nous accueillant dans son appartement de Rosemont fraîchement peint de « rose quartz » et de « bleu sérénité ».

Exceptionnellement, en 2016, la couleur Pantone de l'année est constituée de deux teintes : un rose « chaud et enveloppant » et un bleu « frais et calme ».

Même le bouquet de fleurs a été conçu... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Même le bouquet de fleurs a été conçu en utilisant les couleurs de Pantone.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Selon l'entreprise américaine, le mélange de ces deux nuances insufflerait un sentiment d'apaisement et de paix en cette période difficile pour la planète. « Alors que les consommateurs cherchent la pleine conscience et le bien-être comme antidote au stress des temps modernes, accueillir des couleurs qui comblent notre quête de réconfort et de sécurité devient plus important », note Pantone sur son site.

Si les nuances pastel chassent quelque peu la grisaille hivernale dans l'appartement de Stéphanie, celle-ci est d'abord restée perplexe face au choix de Pantone. Pas de souci avec le bleu, qui est sa couleur préférée. Mais son mari craignait un peu l'arrivée du rose sur les murs de sa maison... « J'ai dû balancer mes couleurs, explique la peintre en bâtiment de profession. Tout est possible, mais il faut y aller avec parcimonie avec le rose, question que ce soit agréable pour tout le monde. »

Elle a donc peint la poutre et une partie du couloir en bleu, alors que le rose, discret, s'est taillé une petite place un peu partout, autour d'un cadre ou au-dessus de la porte d'entrée.

C'est après avoir reçu un courriel de promotion de Pantone qu'elle a commencé à fouiner sur le site de l'entreprise.

«Quand j'ai su qu'il y avait une couleur de l'année, je me suis dit : c'est clair qu'il faut que je fasse ça chez nous !»

Stéphanie Cliche

Puisque c'est la troisième année qu'elle passe à l'acte, elle commence à prendre l'habitude. Elle sait, par exemple, qu'elle doit traverser une longue série d'essais et d'erreurs avant de tomber sur la bonne teinte. Elle a aussi dû accepter que les goûts de Pantone n'étaient pas toujours en accord avec les siens. En 2015, la couleur de l'année était le « marsala », un mélange entre le marron et le bordeaux qui ne l'inspirait guère.

« Si ça avait été juste de moi, je n'aurais jamais mis de rouge, dit-elle. Mais finalement, quand j'ai peint par-dessus à la fin de l'année, je m'en suis même ennuyée. Ça avait un punch, une présence ! » Même chose avec le violet de 2014, une couleur qu'elle n'aurait jamais choisie d'emblée, mais qu'elle a fini par apprécier.

Des passeports aux pinceaux

Il n'y a pas si longtemps, Stéphanie était agente de passeports au gouvernement du Canada. Mais après 20 ans comme fonctionnaire fédérale, elle a tout balancé pour retourner... au secondaire. Elle avait alors 40 ans.

Après un diplôme d'études professionnelles en peinture en bâtiment à l'École des métiers de la construction, elle est aujourd'hui peintre pour les parcs à la Ville de Montréal, et travailleuse autonome le reste du temps. Pour cette dernière partie de son métier, elle doit minimalement se tenir au courant des tendances en décoration. « Quand tu es peintre en bâtiment, tu es formé pour exécuter, mais quand tu es travailleur autonome, tu dois prendre des initiatives. Comme je n'ai aucune formation en design d'intérieur, je sais que je ne me trompe pas avec Pantone. »

Et pour 2017, à quoi peut-on s'attendre ? « Puisque c'est un balancier, si cette année on est dans le cocooning, l'année prochaine on devrait en sortir », prédit Stéphanie. Une chose est certaine, elle sera fidèle au poste, armée de ses pinceaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer