L'atelier des bouquets: comment devenir son propre fleuriste

L'atelier des bouquets: inspiration et conception... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

L'atelier des bouquets: inspiration et conception

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des fleurs à la maison tous les jours ? Tout le temps ? Et pourquoi pas ? C'est l'approche que défend la fleuriste Carmel Sabourin Goldstein dans son premier ouvrage L'atelier des bouquets, qui démystifie en 253 pages l'art de fleurir sa maison au quotidien.

Carmel Sabourin Goldstein... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Carmel Sabourin Goldstein

Photo Martin Chamberland, La Presse

« Avoir des bouquets à la maison chaque semaine, c'est hautement faisable. Il faut arrêter de penser que c'est cher et difficile, et de les réserver juste aux grandes occasions », lance-t-elle en entrevue.

Pour ce faire, la jeune Montréalaise explique comment s'approvisionner à peu de frais en sachant ouvrir l'oeil pour dénicher les trésors. « Je cueille partout, ou presque ! » dit-elle, un sourire dans la voix. Sur le bord d'une route, dans une ruelle, aux abords d'un boisé, sur un terrain vague, mais pas sans faire preuve d'une certaine éthique, c'est-à-dire en éliminant d'office tout ce qui a été planté par autrui, bien sûr, puis en ne cueillant que le strict minimum pour limiter l'empreinte sur la nature et le gaspillage. « Je déteste jeter des fleurs », dit-elle. 

C'est d'ailleurs pour éviter le gaspillage qu'elle a préféré, après avoir travaillé plusieurs années pour des fleuristes en boutique, lancer sa petite entreprise en 2008, et qu'elle n'accepte que des contrats pour des événements prévus à l'avance. « En boutique, il faut avoir des stocks énormes pour répondre aux besoins de la clientèle, mais on finit toujours par jeter beaucoup. »

La matière première trouvée, Carmel Sabourin Goldstein explique comment en tirer de petites oeuvres d'art en proposant des projets simples - pour se faire la main - et des plus complexes, allant jusqu'à la couronne de fleurs, toujours en suivant le fil des saisons. Elle prend aussi soin de préciser en tout temps s'il s'agit de fleurs sauvages, cultivées au Québec ou importées.

Les conseils de base

Pour faire de beaux bouquets, Carmel Sabourin Goldstein conseille d'utiliser beaucoup de verdure. « Ça ne marche jamais quand on essaie d'avoir un look très rempli si on ne commence pas avec une bonne base de verdure », juge-t-elle. 

Gardez la palette de couleurs la plus simple possible. Il sera plus facile de faire une composition harmonieuse en travaillant avec des fleurs monochromes qu'en essayant d'agencer du rouge, du rose, de l'orange, alouette. 

Optez pour un petit vase. « On a besoin de moins de fleurs pour avoir un effet luxuriant, observe Carmel Sabourin Goldstein. Les gens ont souvent de grands vases qui sont difficiles à remplir - et c'est vrai qu'un bouquet coûte cher dans ces conditions. Mais généralement, c'est rare qu'on a besoin d'un récipient plus gros qu'un pot Mason de 1 litre. »

L'atelier des bouquets : inspiration et conception

Carmel Sabourin Goldstein

Éditions Flammarion, 256 pages, 39,95 $ 

À noter : Carmel Sabourin Goldstein prévoit donner une série d'ateliers de fabrication de bouquets et de projets floraux dans les prochaines semaines.




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer