Comment acclimater ses plantes au grand air ?

Un séjour estival au grand air est souvent... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Un séjour estival au grand air est souvent bénéfique aux plantes d'intérieur dans la mesure où l'acclimatation se fait progressivement.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Charles-Édouard Carrier

Collaboration spéciale

La Presse

Selon les experts, les plantes d'intérieur peuvent bénéficier d'un séjour estival au grand air.

Pour bien des variétés, il s'agit d'un environnement presque parfait qui leur permet de prendre des forces après un long hiver entre quatre murs: soleil, vent et pluie contribuent grandement à la croissance dans un habitat tout ce qu'il y a de plus naturel. Même si elle est avantageuse pour les plantes, la transition vers l'extérieur doit tout de même respecter quelques grands principes.

Température, luminosité, vent

Même si elle est avantageuse pour les plantes, la transition vers l'extérieur doit tout de même respecter quelques grands principes. L'été n'arrive malheureusement pas du jour au lendemain. Les plantes n'aiment pas les changements brusques et ont besoin elles aussi de s'acclimater progressivement à leur nouvel environnement. Les rayons du soleil qu'une plante capte derrière une fenêtre sont moins puissants. Il n'y a pas de vent et la température est stable. Dehors, c'est tout le contraire. Les plantes sont tout de même capables d'y vivre très bien, pourvu qu'on leur donne un petit moment pour s'habituer.

« On prévoit de 7 à 10 jours d'acclimatation pour une plante d'intérieur que l'on sort à l'extérieur. La lumière directe et le vent sont les principaux facteurs auxquels elle devra s'adapter », explique Jean-Pierre Parent, préposé aux renseignements horticoles au Jardin botanique de Montréal. Il suggère de les placer dans un endroit mi-ombragé ou ombragé pour commencer.

On peut déposer les plantes à la base d'un arbre, dont le feuillage protège des rayons du soleil. Autrement, elles peuvent être placées sous une galerie ou un porche. Il faut cependant être vigilant : protégées du soleil de midi, les plantes peuvent se trouver pleinement exposées lorsque le soleil se lève ou se couche.

Si ce n'est pas possible d'obtenir une telle protection, on peut utiliser une toile en géotextile qui bloque à peu près la moitié des rayons du soleil et protège aussi du vent.

Surveiller la météo et les insectes

Bien que les journées soient chaudes, les nuits peuvent être encore froides en mai. On doit donc se baser sur la température la plus froide sur un cycle de 24 heures pour décider ou non de sortir ses plantes et attendre que la température nocturne minimale ne soit pas sous les 10 °C. Si une plante est dans un environnement trop froid, les séquelles peuvent lui être fatales. En cours de saison, une nuit très fraîche est annoncée ? On rentre la plante à l'intérieur. Même chose si Dame Nature décide de faire souffler des vents d'une force hors norme ou de laisser tomber quelques grêlons.

À l'extérieur, les plantes sont également plus vulnérables aux attaques par les insectes. Il faut inspecter la terre et les feuilles de temps en temps pour s'assurer qu'aucun visiteur inopportun ne s'y est installé.

Quelles plantes sortir ?

Selon M. Parent, la plupart des plantes peuvent être sorties à l'extérieur, pourvu que l'on connaisse bien leurs particularités. « Il faut bien tenir compte des besoins de chacune des variétés et garder en tête que l'entretien de la plante pourrait être compliqué par des conditions qui ne sont pas optimales à son développement et un environnement qui ne répond pas à ses besoins. »

À l'extérieur, l'apport en eau devra être augmenté et les plantes plus petites et fragiles auront tendance à sécher rapidement. Il faut habituellement augmenter la fréquence des arrosages. Les averses de pluie ne sont pas toujours suffisantes pour maintenir le bon taux d'humidité.

Les plantes en milieu urbain

En ville, il est tout à fait approprié de décorer son balcon de quelques plantes d'intérieur pour la saison estivale. Encore là, il faut bien évaluer le type d'environnement dans lequel on place ses plantes. Par exemple : le balcon d'un appartement au dernier étage, orienté vers le sud-ouest et localisé dans une rue très large expose les plantes à de grands vents et à un ensoleillement maximum. Certaines plantes y sont très à l'aise, alors que pour d'autres, ça peut être dommageable. « Plus on monte en élévation, plus il est difficile de laisser ses plantes à l'extérieur. Il faut opter pour des plantes capables de supporter un climat aride », suggère le spécialiste.

Bien connaître les besoins de ses plantes et s'assurer de respecter ceux-ci garantissent un été bénéfique à des plantes qui méritent elles aussi un peu de vrai soleil !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer