Aménagement paysager pour gens sensibles

Une grille forgée par un artisan marque le... (Photo fournie par Jean-Claude Hurni)

Agrandir

Une grille forgée par un artisan marque le seuil du jardin Simplement chic. Le sentier en ardoise mène à l'aire réservée au basketball.

Photo fournie par Jean-Claude Hurni

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Les gens expriment leur désir avec des mots, nous le traduisons par un dessin, résume Marie-Andrée Fortier, architecte paysagiste et propriétaire d'Art&Jardins. Nous harmonisons les goûts de chacun, tout en adaptant le jardin au style de la maison et du lieu. Respecter l'ambiance présente est aussi important que de créer de l'ambiance.»

La création d'un jardin s'est démocratisée, selon cette architecte paysagiste, pour qui le meilleur outil demeure un plan bien fait. «Certains paient pour un plan, qu'ils vont ensuite réaliser par étapes», indique-t-elle.

Côté tendances, «on peut dire que les jardins québécois sont moins «hollywoodiens» qu'autrefois. Ils ont trouvé leur propre caractère et se comparent avantageusement avec les jardins d'ailleurs, sur les plans de la conception, des matériaux et de la beauté».

«Nos jardins ont un rôle bien important, soutient Mme Fortier. C'est important de mettre le nez dehors et de relaxer chez soi. Les gens qui s'offrent un jardin sont très sensibles. Un bel environnement est ce qu'ils peuvent se donner de mieux. Là se forgent les riches souvenirs, avec la famille et les amis...»

Simplement chic

C'est en déclinant mille tons de gris que Mme Fortier a conçu le jardin Simplement chic, à Saint-Lambert, autour de la nouvelle piscine. Une réalisation qui a été honorée au concours 2013 de l'Association des architectes paysagistes du Québec. Dans le prolongement de la piscine, on trouve une surface d'ardoise canadienne (très dense, qui n'éclate pas), avec insertions de pierre de Saint-Marc, sur laquelle repose un chapiteau de belles dimensions. À l'autre extrémité: une aire de jeu en pavés à l'ancienne est dotée d'un panier de basketball.

Espace restreint

Dans un autre projet, qui s'est distingué au même concours, Mme Fortier a dû composer avec un espace restreint. Nommé «Vivre dans le bois» et réalisé à Boucherville, le jardin est visible de la cuisine et de la salle à manger, et il attire les gens dehors, comme le voulait sa propriétaire. Le défi a consisté à garantir l'intimité sans donner une sensation d'emprisonnement. Des cloisons ajourées et une haie de thuyas ont répondu à cette exigence. Au bout du jardin, une porte ouvre sur la piste cyclable. La lumière filtre entre les planches des cloisons et à travers la pergola. Au point focal du jardin: un plancher d'ardoise avec une insertion de thym laineux et un gros pot en terracotta glacé. «La vie des occupants a changé, rapporte Mme Fortier. Ils passent leur temps dehors.»

Potager ornemental

Tous les dimanches, Marie-Andrée Fortier profite du paisible potager ornemental qu'elle a aménagé sur le côté de sa maison. C'est un potager fait de pierre, d'eau et de plantes.

De forme ronde - «le terrain commandait cela» -, il présente en son centre une fontaine en forme de potiron, oeuvre du sculpteur Pierre Roy. «Nous lavons et pelons nos légumes dehors, dans le bassin.» Une pergola de dimensions respectables abrite une table et des bancs en pierre de Saint-Marc, brute et sciée. «Les plantes de potager sentent bon et les fines herbes éloignent les insectes, dit Mme Fortier. La pierre réchauffe la terre et favorise la croissance des plants. C'est important que le potager ait une belle forme. Lorsque la terre est à nu, il demeure beau.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer