La ruelle: une oasis fantaisiste

Alain Duchesneau et Jean Blanchette sur leur balcon.... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Alain Duchesneau et Jean Blanchette sur leur balcon. Derrière eux, la remise sur le toit de laquelle Alain s'installe pour égayer de sa musique la fête qu'ils organisent chaque année.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Commencé au début des années 80 dans le Plateau-Mont-Royal, le verdissement des ruelles se répand de façon exponentielle. Incursion dans un Montréal de plus en plus vert et convivial.

Quand on l'aborde, on ne saisit pas tout de suite ce que cette ruelle a de particulier.

À l'est de la rue Fabre, entre les rues Bélanger et Jean-Talon, elle semble étirer comme toutes les autres son ruban bétonné entre deux rangées de cours plus ou moins fleuries. Des cordes à linge traversent son ciel, où la lessive du jour claque joyeusement au vent.

Mais quand on l'emprunte par son extrémité sud, on est frappé par un joli jardin en coin, abondamment fleuri, en hommage à un certain Michel.

Puis on aperçoit des bancs, des bacs à roulettes débordants de fleurs, des massifs d'hémérocalles, des clôtures couvertes de vigne vierge. Des pots de peinture, recyclés en pots à fleurs et peints de dessins enfantins aux couleurs vives, sont accrochés aux poteaux.

Au bout de quelques mètres, une cour particulièrement fantaisiste attire l'oeil. «Bienvenue chez nous», clame le mur de la «shed» en lettres noires drolatiques.

Par la porte entrouverte de la maison, on aperçoit un mannequin de couturier habillé d'une élégante robe noire à demi terminée. Sur la table de la cuisine trône une machine à coudre. C'est ici que vit et travaille Jean Blanchette, costumier qui a exercé son art pendant 25 ans aux États-Unis avant de rentrer à Montréal en 1986. Son compagnon, Alain Duchesneau, est auteur-compositeur-interprète et comédien. Les deux, affables, truculents, colorés, semblent directement sortis d'une pièce de Michel Tremblay ou d'un roman d'Yves Beauchemin.

L’accueillante courette d’Alain Duchesneau et de Jean Blanchette,... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

L’accueillante courette d’Alain Duchesneau et de Jean Blanchette, dans Rosemont.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

«Ah! notre ruelle, elle est belle, hein? s'exclame M. Duchesneau, questionné par La Presse. On la doit à un voisin, Michel St-Pierre. C'est lui, l'instigateur de tout ça. Malheureusement, il est mort d'un cancer il y a peu de temps. Le jardin que vous avez vu au coin, c'est pour lui rendre hommage. Aujourd'hui, de jeunes familles ont pris la relève, dont beaucoup de Français de France - ce sont les plus impliqués. » 

«Depuis qu'on a verdi la ruelle, il y a moins de voitures, et celles qui passent roulent plus lentement.»

«Les enfants peuvent jouer en sécurité. D'ailleurs, il y en a de plus en plus, ça met de la vie, c'est vraiment l'fun! poursuit-il. C'est comme une continuité de la cour. Et ça a beaucoup rapproché les gens. Les voisins se connaissent, se parlent... Il y en a bien quelques-uns qui ne veulent rien savoir, mais ils ne participent pas aux corvées, c'est tout.» 

Son compagnon reprend: «Chaque année, en juillet, nous organisons une grande fête. Alain monte sur le toit de la remise pour faire de la musique. On installe des tables avec de la nourriture, les gens apportent leurs boissons, c'est très convivial. Tout le monde est invité.» 

Ruelle poétique

Un peu plus bas, au sud de la rue Bélanger, aussi à l'est de la rue Fabre, David Gaudreault a activement contribué à la métamorphose de sa ruelle. Il y habite depuis 20 ans, sa fille y a grandi, et il voit maintenant les nouvelles générations s'approprier l'espace.

Ici, des poèmes et des fresques ornent les murs, on a peint au sol des jeux de marelle, placé des cuisinettes-jouets ici et là. De jolis bancs alternent avec des bacs à fleurs tous différents, dans une harmonie continue. De fins pétales neigent doucement sur cette oasis tout en longueur où la ville semble ne plus vouloir entrer. Non plus que les voitures, d'ailleurs. «C'est la beauté de la chose, dit M. Gaudreault. Les enfants et les chats sont rois!»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer