Sept conteneurs, une maison

Nichée dans la forêt en périphérie de Sainte-Adèle,... (Photo Robert Mailloux, La Presse)

Agrandir

Nichée dans la forêt en périphérie de Sainte-Adèle, l'accueillante maison de Jocelyne Labelle et de Bernard Morin laisse deviner les formes des conteneurs dont elle est constituée.

Photo Robert Mailloux, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 10 mois, Bernard Morin et Jocelyne Labelle ont concrétisé un rêve audacieux: construire leur maison à partir de sept conteneurs maritimes, dans la forêt près de Sainte-Adèle. Par l'entremise de leur toute jeune entreprise Idekit, ils offrent maintenant leur expertise à ceux désireux de suivre leurs traces.

Le grand espace dégagé occupé par la cuisine,... (Photo Robert Mailloux, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le grand espace dégagé occupé par la cuisine, la salle à manger et le salon est formé de deux conteneurs placés en parallèle, et entre lesquels on a fait tomber les murs sciés des conteneurs pour faire le plancher.

Photo Robert Mailloux, La Presse

L'été et l'automne 2006, le couple scie, élague et délimite dans la forêt l'emplacement de la future maison, entraînant dans l'aventure ses six enfants, qui ont alors de 4 à 12 ans et bientôt deux chiens... En avril 2007, on creuse et on coule les semelles et un mur de soutènement. Les autres murs de fondation seront constitués des conteneurs eux-mêmes. «Au début, nos six enfants nous traitaient de fous! raconte Jocelyne, diététiste de formation. Ils disaient que nous allions être bien trop à l'étroit.»

Des hêtres, des érables et des pins sèchent sur place jusqu'en mai 2007, lorsque commence la construction proprement dite, curieux théâtre d'été qui a dû intriguer bien des écureuils.

Premier acte: une grue pose deux conteneurs à l'envers sur les semelles de béton. Le plancher devient plafond de bois. On pose un drain français et on coule une dalle de béton. Voilà le sous-sol bien campé.

Deuxième acte: on dépose sur les deux conteneurs trois nouveaux blocs. À 12 pieds d'intervalle, les parois des murs de deux conteneurs sont découpées pour être rabattues à l'horizontale, en guise de fond pour le plancher, ce qui dégage un espace de 28 pieds sur 28 pieds pour le salon, la salle à manger et la cuisine.

Troisième acte: on couronne l'édifice de deux derniers conteneurs. Les poutres sont taillées au moulin portatif.

Au rez-de-chaussée, le plancher de béton est parcouru d'invisibles tuyaux d'eau qui le réchauffent en hiver et le rafraîchissent en été. Il est recouvert de résine d'époxy solide. Écrin original pour une décoration très nature près de l'entrée: des feuilles de la forêt sont prises dans l'époxy comme des fossiles dans l'ambre.

Les comptoirs de la cuisine sont en fibrociment, lui aussi recouvert d'un lisse fini d'époxy solide. Les armoires proviennent d'un kit Ikea. De la fenêtre de la cuisine, on aperçoit un joli cabanon de bois bientôt chapeauté d'une toiture jardin.

Le couple envisage de doter la maison d'un poêle au bois ou au gaz.

Bachelor au sous-sol

Le sous-sol possède une entrée de plain- pied, car la maison est construite sur une pente. Il est aménagé en bachelor de 4 pièces et demi, facile à louer dans la région pendant la saison du ski.

Le temps de la construction, la famille vivait dans la maison d'à côté, achetée par Jocelyne. «La maison de conteneurs était au départ pour Bernard et ses deux fils, relate-t-elle. Nous voulions vivre dans deux maisons voisines.» Mais déjà, le couple et les six enfants envisagent sereinement la vie sous un même toit. Il faudra donc ajouter un conteneur à la maison pour laisser aux filles de Jocelyne leur aile personnelle. «Le conteneur est très indiqué pour ajouter une aile à une maison, comme cela devient souvent nécessaire lors qu'on décide de vivre en famille recomposée», fait remarquer Jocelyne.

Une entreprise pour aider les autoconstructeurs

Forts de leur propre expérience de chantier, Jocelyne Labelle et Bernard Morin ont mis sur pied Idekit, une entreprise qui facilite la vie des autoconstructeurs en leur fournissant conteneurs, matériaux divers, suivi et conseils pour l'édification de leur petit nid écolo-écono-personnalisé.

Bernard y pensait à vrai dire depuis l'École d'architecture. Pendant les 20 années où il a pratiqué le métier d'architecte, sa planche à dessin a vu passer les plans de quelques logis en conteneurs. «Mais les clients reculaient avant la construction. Il leur manquait juste un peu d'appui...»

Comme un gros jeu de Lego...

«Idekit livrera et disposera les conteneurs selon le plan, explique M. Morin, avec les bonnes distances entre eux, les ouvertures déjà prêtes pour les fenêtres, les portes, les espaces intérieurs et les sorties mécaniques.» La préparation du conteneur comprendra aussi la structure d'acier intégrée au caisson et soudée, la mise en place d'un soufflage en quadrillage de 2 par 3 croisés, servant à la fois pour l'isolant en mousse d'uréthane de soya et pour le clouage du parement extérieur. Les surfaces de tôle seront nettoyées, réparées et enduite d'une couche de peinture de fond. Idekit fournira une toiture sur contre-plaqué,

«Si le client le désire, poursuit M. Morin, nous livrerons et installerons les poutres. Le toit sera assemblé sur place ou livré déjà monté.» Le client peut commander en option des portes et des fenêtres, des cloisons pour l'intérieur, la plomberie et l'électricité de base. Il doit par ailleurs s'occuper lui-même de la fondation, de la moitié de la toiture à assembler sur place (à partir du matériel du kit), de la plomberie, de l'électricité, de la mécanique, d'environ 20% du cloisonnement intérieur et de la finition intérieure et extérieure.

Court-circuiter l'industrie

L'autoconstruction à partir de conteneurs témoigne certes d'un souci pour l'environnement et les finances personnelles. Mais plus encore, elle satisfait le désir de «se réapproprier ce dont l'industrialisation nous a dépossédé», fait remarquer Jocelyne. «Cela permet de ne pas avoir à attendre pour de la main-d'oeuvre non disponible, renchérit Bernard. Par exemple: la plomberie de nos maisons est apparente, avec six pouces de béton coulé par dessus. L'autoconstructeur n'a pas besoin du plombier. Il n'a pas non plus à ériger des murs porteurs ou à mettre des planchers à niveau, ce qui élimine la dépendance à ces corps de métier.»

Il reste encore à l'entreprise Idekit à trouver un terrain, peut-être à Mirabel, où façonner les conteneurs.

Le marché

Bernard et Jocelyne s'attendent à ne pas manquer de clients. «Le marché est en expansion, affirment-ils. Déjà aux États-Unis, une centaine de constructeurs fabriquent des maisons en conteneurs. Nous commencerons par le Québec mais d'ici trois ans, nous prévoyons offrir notre produit dans l'ensemble de l'Amérique du Nord.»

DEUX MODÈLES ET LEUR PRIX

Idekit propose pour des maisons deux ensembles de base.

> Ensemble 1 de base: 48 000$ pour 1600 pieds carrés

> Ensemble 2 de base: 62 000$ pour 2000 pieds carrés Si l'achèvement des travaux est réalisé par le propriétaire, à l'exception de la plomberie et de l'électricité de base, il devra prévoir débourser environ deux fois le montant de l'ensemble de base, plus le transport et les taxes.

Le prix revient à environ 70$ le pied carré. Cela ne comprend pas le coût du terrain, son aménagement, les travaux d'excavation et l'expertise des professionnels liés au projet.

PROJETS SIMILAIRES

> Au Québec, l'architecte Pierre Morency a été le premier à intégrer les conteneurs maritimes à une construction, sa résidence secondaire au bord du lac Aylmer. Son projet lui a valu le prix Marcel-Parizeau 2007 de l'Ordre des architectes du Québec pour une maison de moins de 150 000$.

> Aux Jeux olympiques de Whistler de l'hiver 2010, les planificateurs de l'événement veulent construire un parc de dortoirs-conteneurs pour résoudre un problème critique de logement du personnel.

> À Amsterdam, les étudiants et les assistés sociaux peuvent, pour un loyer moitié moins cher que ceux du marché, loger dans des logis-conteneurs de 24 mètres carrés.

> À Londres, Container City 1 et 2 regroupent des ateliers-résidences, des logements économiques et suffisamment mignons pour être très prisés par les Londoniens.

 _______________________

La maison en conteneurs fait partie du circuit de la Fondation Saint-Bernard. On pourra donc la visiter le 5 août prochain, de même que quelques autres bâtiments d'intérêt de Sainte-Adèle. Infos: 1-877-229-7731.

Idekit a «conteneur sur rue» au 68, chemin du Golf à Sainte-Adèle, www.maisonidekithome.com  

Autres vendeurs d'habitations-conteneurs en kit: www.quik-build.com, www.softstainless.com

 




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer