Aider son enfant à réaliser ses rêves

Le REEE sert à financer les études postsecondaires... (Photo 123rf/ stylephotographs)

Agrandir

Le REEE sert à financer les études postsecondaires d'un enfant. Dans le cas où celui-ci décide de ne pas poursuivre ses études, le capital investi retourne au souscripteur, tandis que les subventions gouvernementales sont remises aux gouvernements.

Photo 123rf/ stylephotographs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE REER
ZONE REER

Parvenir à épargner peut dépendre de ses conditions de travail, de santé, de ses responsabilités familiales. Et ces conditions peuvent varier selon que vous êtes dans la trentaine, à la mi-quarantaine, ou dans la soixantaine avec la perspective d'une retraite. C'est en souhaitant répondre à quelques-unes des questions que se posent ces trois groupes d'âge que Le Soleil aborde cette année ses cahiers REER. »

28 novembre 2013Bloc photo Raphaelle Plante - Infographie (Focus1 / Jocelyn Bernier)
Raphaelle Plante

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Vous venez d'accueillir votre premier-né et vous souhaitez planifier le financement de ses études futures? Votre jeune garçon rêve de devenir pilote d'avion de ligne, et votre filleule a tout ce qu'il faut pour être une virtuose promise à un brillant avenir? La meilleure façon de contribuer à leur succès est de souscrire à un régime enregistré d'épargne-études (REEE).

Une personne qui souhaite aider son enfant et trouver la meilleure façon de mettre de l'argent de côté aura tout avantage à opter pour le REEE en raison des subventions gouvernementales qui s'appliquent, indique Marc-Antoine Reid, directeur régional à Québec pour le Groupe Investors. «Le plus important à savoir, quand tu contribues, c'est que les subventions et le rendement [de l'argent investi] vont à l'enfant, tandis que le capital te revient», précise M. Reid.

Plusieurs subventions

La Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE) s'élève à 20 % du montant cotisé à un REEE, jusqu'à un maximum de 500 $ sur une cotisation annuelle de 2500 $. Cette subvention est offerte jusqu'à la fin de l'année durant laquelle l'enfant atteint 17 ans. Selon le revenu familial du responsable de l'enfant, ce dernier pourrait recevoir un supplément de 10 % ou de 20 % au premier montant de 500 $ cotisé au REEE chaque année.

Le Bon d'études canadien est versé aux enfants nés après le 31 décembre 2003, dont la famille reçoit le Supplément de la prestation nationale pour enfants (pour les familles à faible revenu). Une somme de 500 $ est octroyée dès l'ouverture d'un REEE, puis 100 $ sont versés chaque année jusqu'à ce que l'enfant atteigne l'âge de 15 ans. La subvention peut donc atteindre un maximum de 2000 $.

Au Québec, l'incitatif québécois pour l'épargne-études (IQEE) prend la forme d'un crédit d'impôt remboursable qui est versé directement dans le REEE d'un enfant qui a moins de 18 ans. La subvention correspond à 10 % du montant cotisé, jusqu'à concurrence de 250 $ annuellement. Pour les familles à faible revenu, un montant supplémentaire de 50 $ par année peut être ajouté.

Du charabia, tout ça? Marc-Antoine Reid utilise un exemple: supposons qu'un souscripteur verse 1000 $ pas année dans un REEE pendant 15 ans. Les subventions accordées annuellement seront au minimum de 300 $ (SCEE de 20 % et IQEE de 10 %). Lors du retrait, le bénéficiaire (l'enfant) recevra l'argent des subventions (4500 $) ainsi que le rendement sur le capital investi. Le souscripteur récupérera quant à lui son capital (15 000 $), qu'il sera libre de réinvestir comme bon lui semble, par exemple dans un REEE pour un autre enfant ou dans un REER pour sa retraite.

À savoir

Le REEE sert à financer les études postsecondaires d'un enfant. Dans le cas où celui-ci décide de ne pas poursuivre ses études, le capital investi retourne au souscripteur, tandis que les subventions gouvernementales sont remises aux gouvernements. Dans certains cas, le souscripteur a aussi droit aux revenus de placement, moins l'impôt applicable.

Attention, toutefois : il n'y a pas d'obligation de fermer le régime s'il ne sert pas tout de suite. Il peut généralement demeurer ouvert pendant 35 ans, donc il pourrait servir si jamais l'enfant décide de reprendre les études plus tard.

Il n'y a pas de réduction d'impôt pour cotiser au régime, mais les sommes s'accumulent à l'abri de l'impôt. Les sommes déposées dans un REEE sont non imposables lorsqu'elles sont retirées, mais les revenus de placement et les subventions le seront entre les mains de la personne qui fait des études grâce au régime.

De nombreux fournisseurs offrent le régime. «La plupart des clients ne savent pas que c'est offert par la majorité des institutions financières», note M. Reid. Il ne faut donc pas hésiter à «magasiner» son REEE.

Il existe trois types de régimes : familiaux, individuels et collectifs. Seuls les régimes familiaux permettent de nommer plusieurs bénéficiaires, mais le souscripteur doit obligatoirement avoir un lien de sang avec ceux-ci (en général les parents ou les grands-parents).

Dans le cas des autres régimes, «généralement n'importe qui peut devenir le souscripteur initial», indique M. Reid.

*Autres sources: gouvernement du Canada, Revenu Québec, Protégez-vous: guide pratique de l'investisseur

Des questions à poser

Pour bien choisir son REEE, Protégez-vous dresse dans son Guide pratique de l'investisseur une série de questions à poser à ceux qui offrent le régime :

* Quels sont les frais d'ouverture du régime et les frais sur les placements déposés à l'intérieur du REEE?

* Y a-t-il une cotisation minimale initiale à verser?

* Quelle est la durée du contrat?

* Pourrez-vous faire les cotisations que vous désirez ou sont-elles fixées? Aurez-vous les moyens de les faire pendant toute la durée du contrat?

* Quels sont les programmes d'études admissibles?

* Pourrez-vous retirer votre argent si vous en avez besoin?

* Est-ce que vous pouvez changer de régime? Si oui, à quelles conditions?

* Dans quoi vos cotisations seront-elles investies? Y a-t-il des risques?

* Quand pourrez-vous obtenir des fonds de ce régime? Est-ce dès la première année d'études postsecondaires de l'enfant?

* Quelles sont les dates limites pour réclamer du régime?

* Est-ce que vous pouvez transférer votre REEE à un autre bénéficiaire? Quels sont les frais?

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer