Véhicules de placement: le REER et le CELI toujours rois

Jean-Philippe Joncas, analyste en planification financière et fiscaliste... (Photo Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Jean-Philippe Joncas, analyste en planification financière et fiscaliste à l'Industrielle Alliance

Photo Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE REER
ZONE REER

Parvenir à épargner peut dépendre de ses conditions de travail, de santé, de ses responsabilités familiales. Et ces conditions peuvent varier selon que vous êtes dans la trentaine, à la mi-quarantaine, ou dans la soixantaine avec la perspective d'une retraite. C'est en souhaitant répondre à quelques-unes des questions que se posent ces trois groupes d'âge que Le Soleil aborde cette année ses cahiers REER. »

<p>Jean-Michel Poirier</p>
Jean-Michel Poirier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) On peut épargner à tout âge, peu importe sa situation financière. Le Soleil a consulté Jean-Philippe Joncas, analyste en planification financière et fiscaliste à l'Industrielle Alliance, afin de connaître les meilleurs véhicules de placement en fonction de trois situations de vie différentes.

Scénario 1 : Un salarié dans la moyenne (45 000 $ par année)

«La première chose à faire, c'est d'analyser la situation globale du client, estime M. Joncas. Fait-il partie des chanceux qui possèdent un fonds de pension garanti par son employeur? On regarde l'ensemble des éléments sociaux fiscaux.»

Pour un salarié qui possède un revenu garanti de son employeur, il est préférable d'opter pour l'épargne systématique. «Dans le budget, on crée un pôle de dépense épargne. À chaque paye, on place de l'argent. Ça peut être 25, 50 ou 100 dollars, l'important c'est d'en mettre de côté», dit M. Joncas. 

Mais on le place où, cet argent-là? «Quand les revenus sont intéressants, le REER est une bonne option», explique M. Joncas. Comme les crédits REER sont reportables à partir de la majorité, on peut le maximiser à la quarantaine, période où le salaire est le plus élevé. «Il faut cependant faire attention. Si les revenus estimés à la retraite sont similaires à la vie active, le client devra payer le même impôt.»

Avec le REER, tous les intérêts ne sont pas imposables tant que l'argent est dans le régime. «Et grâce à l'intérêt composé à long terme, l'effort pour atteindre un capital de 200 000 ou 300 000 $ sera moindre.»

Pour un salarié avec un revenu moindre, «le CELI est une alternative intéressante». Il peut être complémentaire au REER, mais il peut aussi être employé seul. «Le CELI donne beaucoup de flexibilité lors du retrait.» Et comme il n'augmente pas le revenu, «on n'a pas de surprise quand vient le temps de faire ses impôts», ajoute M. Joncas.

Scénario 2: Un travailleur autonome (100 000 $ par année)

«La situation d'un travailleur autonome est toujours plus complexe», lance d'emblée Jean-

Philippe Joncas. Comme ils n'ont ni salaire garanti ni fonds de pension de l'employeur, «ils ne peuvent se fier aux régimes gouvernementaux, comme la Régie des rentes du Québec, car ce n'est pas suffisant. Ils doivent donc faire un effort supplémentaire pour mettre sur pied leur propre fonds de retraite.»

Encore une fois, le CELI et le REER sont des options intéressantes. Mais il faut faire attention aux plafonds de cotisation. «Le gouvernement a réduit les plafonds de cotisation au CELI de 10 000 $ en 2015 à 5500 $ en 2016. Et avec un tel revenu, il est rare que le client va vouloir réduire énormément son train de vie. Et vivre avec 80 000 $ par année à la retraite, ça prend énormément de capital, surtout considérant l'augmentation de l'espérance de vie», nuance M. Joncas.

Il faut donc se tourner vers les fonds non enregistrés, comme les fonds communs de placement ou le marché boursier, pour diversifier son portefeuille. 

L'immobilier peut également être une option. «Les revenus de location sont récurrents, mais ça demande du travail. Les immeubles doivent être entretenus et il faut être prêt à assumer des périodes creuses, comme un logement vacant pendant plusieurs mois», précise M. Joncas. Et il faut savoir si l'épargnant est suffisamment à l'aise avec les obligations de propriétaire. «Certaines personnes auront de la difficulté à recevoir des appels le dimanche soir pour réparer une toilette bouchée», illustre le planificateur financier.

Et comme les revenus ne sont pas garantis, le travailleur autonome peut vivre des périodes creuses. «C'est certain que, quand on doit faire le choix entre épargner ou mettre de la nourriture sur la table, le choix est vite fait.» Mais, estime-t-il, la beauté de l'épargne, c'est qu'on peut décider d'en mettre moins pendant quelques mois. «Il faut cependant faire attention, on peut facilement arrêter d'épargner complètement. Il faut donc faire preuve de rigueur», met en garde M. Joncas.

Scénario 3 : Un étudiant travaillant à temps partiel

Même avec un faible revenu, il est possible d'épargner. Dans le cas d'un étudiant, «s'il a plus de 18 ans, c'est vraiment le CELI qu'il faut privilégier, car il offre tellement d'options», indique M. Joncas. Et pas que pour la retraite. «On peut épargner pour un voyage, une voiture ou pour tout autre projet.» Et comme le CELI n'augmente pas le revenu, «si l'étudiant est sur les prêts et bourses, il ne sera pas coupé». Le CELI est également facile à gérer quand vient le temps de faire la déclaration de revenus. «Il n'y a pas de papier supplémentaire. Et pour le planificateur financier, c'est aussi facile d'ouvrir un CELI qu'un compte à intérêts élevés, c'est la même paperasse», explique M. Joncas.

Le REER est une autre option. Et grâce au régime d'accession à la propriété (RAP), qui permet de retirer jusqu'à 25 000 $ d'un REER en vue de l'achat ou de la construction d'une propriété, il peut donc servir à autre chose qu'à épargner uniquement pour la retraite, un projet qui peut paraître lointain pour des personnes plus jeunes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer